La diplomatie culturelle soviétique en Suisse. Entretien avec l’historien Jean-François Fayet

VOKS Fayet

Chers lecteurs,

Voici le deuxième des Entretiens de Paprik@2F, cette fois avec l’historien Jean-François Fayet, auteur d’un récent ouvrage remarqué sur la diplomatie soviétique en Suisse.  Ce livre est une contribution importante à l’histoire du travail et des réseaux soviétiques transnationaux d’influence culturelle. Bonne lecture ! 

RD : Jean-François Fayet, vous êtes un spécialiste de l’histoire du Komintern, avec la biographie que vous avez consacrée à Karl Radek, et de la diplomatie culturelle de l’URSS. Votre dernier livre porte sur la diplomatie culturelle soviétique en Suisse, à travers l’action de la VOKS. Pourriez-vous en quelques lignes, nous expliquer ce qu’est la VOKS ?

J-F F : La Société soviétique pour les échanges culturels avec l’étranger (VOKS) relève de ce que j’ai appelé, en référence à la notion de “double politique” développée par E. H. Carr, la troisième dimension de la politique extérieure soviétique, c’est-à-dire tout se qui se situe entre la diplomatie “officielle”, incarnée par le Commissariat du peuple aux affaires étrangères (NKID), et l’organisation de la révolution mondiale, portée par l’Internationale communiste (IC).

Mais la VOKS n’est pas une création ex-nihilo. Fondée en 1925, elle prolonge de fait le travail de l’OBI (le Bureau unifié d’information), un sous-département de la Commission pour l’aide étrangère à la Russie affamée, à la tête duquel on retrouve déjà Olga Kameneva, la première présidente de la VOKS, et nombre de ses collaborateurs. Dès l’origine, les activités de ce bureau d’information avaient pris la dimension d’un travail de propagande culturelle, l’OBI organisant à l’étranger, selon des pratiques initiées par le Secours ouvrier international (SOI) de Willi Münzenberg, des tournées d’artistes et de savants, des présentations d’expositions et de films soviétiques, la diffusion de publications en plusieurs langues. C’est aussi à cette époque que se mettent en place les premiers voyages encadrés de personnalités étrangères en Russie soviétiques. A la différence du SOI, qui constitue son pendant prolétarien, l’OBI agissait en premier lieu parmi les cercles non-prolétariens, et c’est tout naturellement que la VOKS oriente ses activités en direction des membres des professions intellectuelles et de la bourgeoisie progressiste afin de se créer “un réseau et un espace de sympathie hors des milieux d’enracinement traditionnel du communisme”.

Le but affiché de la VOKS consiste à “aider l’étranger à connaître la culture soviétique et à informer l’URSS des principaux événements culturels étrangers”. Mais un rapport interne de son président Fedor Petrov, daté de 1931, révèle que la VOKS avait aussi d’autres ambitions plus politiques : “Sans se faire d’illusions sur les perspectives à long terme, ni sur la solidité politique de ces couches fragiles, instables, que sont les membres de l’intelligentsia petite-bourgeoise, la VOKS a pour tâche de neutraliser les campagnes les plus nuisibles contre nous dans ces masses, par une bonne propagande sur la construction socialiste soviétique.” Un travail qui s’inscrit dans un projet cohérent d’élaboration et de diffusion d’une image positive et contrôlée de l’URSS à l’étranger, dont l’enjeu est de lui permettre de rétablir sa crédibilité diplomatique et de reconstruire son économie.

RD: Vous vous appuyez, dans votre livre, sur un remarquable ensemble archivistique. Pourriez-vous décrire ce travail dans les archives soviétiques de la VOKS à Moscou ?

J-F F: Grâce à l’ouverture des archives ex-soviétiques, nous pouvons désormais suivre toute l’histoire de cette entreprise de séduction lancée par la VOKS, de sa dépendance à l’égard des institutions soviétiques et de ses réseaux internationaux, du premier contact établi avec Moscou (parfois une simple demande d’abonnement à une revue) jusqu’au compte rendu des entretiens effectués lors de l’incontournable voyage en URSS venant sanctionner les relations culturelles avec l’URSS.

Les traces de ce travail se lisent principalement dans le fonds 5283 de la VOKS, déposé dans les Archives d’Etat de la Fédération de Russie (GARF) à Moscou. Un fonds dont la richesse qualitative et quantitative (28 inventaires pour un total de 13 351 dossiers !) ouvre un immense espace de recherche de dimension internationale. J’ai complété ce fonds par ceux de la Croix-Rouge soviétique et de la Commission pour l’aide étrangère à la Russie, dont les représentants à l’étranger sont souvent les mêmes que ceux de la VOKS, ainsi que par les archives du Département propagande du Comité exécutif de l’IC et celles d’autres mouvements comme les Amis de l’Union soviétique déposées aux Archives d’Etat d’histoire sociale et politique de Russie (RGASPI).

Le dépouillement m’a pris près de deux années de travail quotidien dans les archives ; un si long séjour en Russie est un privilège rendu possible par l’obtention d’un subside du Fonds national de la recherche scientifique, l’équivalant suisse du CNRS.

RD: À vous lire, vous concluez à l’échec de la campagne de séduction soviétique en faveur de l’image de l’URSS. Comment l’expliquez-vous ?

J-F F: Notre perception de l’Union soviétique de l’entre-deux-guerres est modifiée par ce que j’appelle le filtre déformant de la Guerre froide, le statut acquis par la Russie dans le prolongement de la Seconde Guerre mondiale. On oublie ainsi souvent que la Russie soviétique des années vingt est un pays extrêmement fragile, pauvre et surtout totalement isolé diplomatiquement. Le fait qu’un petit pays comme la Suisse se permette de boycotter l’Union soviétique en dit long sur son statut de paria. On sous-estime aussi la force de l’anticommunisme de l’époque, en Suisse comme dans la plupart des pays.

Il faut par ailleurs souligner la modestie des moyens mis à la disposition de la VOKS. Au-delà de la pompeuse complexité des organigrammes de la machine propagandiste, la diplomatie culturelle soviétique apparaît, à la lecture des archives, beaucoup plus modeste et artisanale que ne le laissent croire les publications de la Guerre froide. La VOKS ne dispose que d’une structure légère : un secrétariat, quelques bureaux, des départements territoriaux composés de traducteurs, des guides, des chauffeurs, et des délégués, les représentants plénipotentiaires de la VOKS à l’étranger. Mais ces bureaux et surtout ces départements sont chichement dotés en personnel. Le bureau d’accueil des étrangers, qui représente pourtant la vitrine de la VOKS, ne compte en 1931 que trois collaborateurs en hiver et quatre en été. Certains départements territoriaux sont de véritables coquilles vides. La VOKS c’est donc surtout un carnet d’adresses, quelque 400 spécialistes soviétiques des arts et de la science, classés en sections thématiques, auxquels la VOKS renvoie ses correspondants étrangers. Elle est donc totalement dépendante du bon vouloir de ses partenaires soviétiques. A la différence des organisations proches du Parti, elle ne dispose que d’un maigre budget, tout à fait dérisoire compte tenu des objectifs assignés. Et celui-ci est encore drastiquement réduit durant les années trente avec la politique de recherche de devises imposée par le programme d’industrialisation.

Enfin cette politique, initiée au nom d’un compromis provisoire avec le monde extérieur, manque de légitimité aux yeux du Parti communiste. La VOKS qui ne compte aucun proche de Staline au sein de sa direction est sans poids politique. Pire, en raison de ses liens originels avec les trotskystes (l’appui apporté par Christian Rakovski à Kameneva, qui est la sœur de Trotski) et le recrutement d’une partie de son personnel parmi la vieille intelligentsia, elle est soupçonnée dès sa fondation d’être un nid d’espions. Ses membres seront ainsi souvent victimes des purges des années trente.

RD: Votre monographie décrit avec un grand luxe de détails la politique culturelle soviétique en Suisse. Le contexte helvète (dans la mesure où la Suisse ne reconnaît pas l’URSS) est spécifique. Pourriez-vous brosser une comparaison rapide avec la situation française ?

J-F F: S’il apparaît très modeste, ou du moins mitigé, le bilan de ce Soft power soviétique est surtout fortement contrasté, révélant de fortes disparités d’un pays à l’autre. Les résultats sur le terrain dépendent des configurations politiques nationales, de la nature des relations officielles avec le pays concerné et des traditions d’échanges dans les domaines culturel, scientifique et économique confortées par l’enseignement de la langue russe, bref d’une certaine porosité du milieu d’accueil aux flux intellectuels et matériels venant de Russie. Seuls de rares pays répondent à ces critères : l’Allemagne de la République de Weimar, la Tchécoslovaquie, et dans une moindre mesure la France, très exceptionnellement les Etats-Unis et le Japon.

A l’inverse de ces quelques cas, la diffusion de la culture soviétique se heurte en Suisse, comme en Belgique, en Espagne, en Irlande, aux Pays-Bas, au Portugal, mais aussi en Grande-Bretagne, dans les pays scandinaves, les Etats baltes et ceux des Balkans, pour se limiter au seul continent européen, à d’extraordinaires résistances qui témoignent de la prépondérance du sentiment antisoviétique. A l’échelle mondiale le cas suisse n’est donc pas si spécifique.

S’il dispose d’une représentativité certaine, l’intérêt du cas suisse ne procède donc pas de l’intensité et de la qualité des échanges culturels effectués entre les deux pays. Il réside, en revanche, dans le rôle de laboratoire que la Suisse a joué, en tant que siège d’une multitude d’organisations internationales, dans l’élaboration d’un compromis provisoire s’agissant des contacts de la Russie soviétique avec le monde extérieur.

Genève, le 24 octobre 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *