Les ouvriers en France : des usines aux ateliers (entretien avec l’historien Xavier Vigna)

Xavier Vigna OuvriersANR PAPRIK@2F : Après avoir proposé une très belle synthèse sur les ouvriers en France au XXe siècle, chez Perrin, vous proposez au lecteur un ouvrage illustré sur le monde ouvrier (Les ouvriers. La France des usines et des ateliers 1880-1980, Les Arènes, 2014). Pourriez-vous expliciter le rapport du PCF à la classe ouvrière ?

L’ouvrage est constitué essentiellement de documents, parfois sous forme de fac-similé, à partir des années 1880 que Rachel Grunstein, formidable éditrice aux Arènes, et moi avons choisis. Il n’est pas centré sur le mouvement ouvrier, a fortiori sur le PCF. Mais dans la mesure où il a voulu être le parti de la classe ouvrière, il a souhaité l’encadrer, la représenter et la mobiliser dès sa fondation, et plus encore à partir de la bolchévisation. Et il est parvenu à s’implanter, parfois solidement, au travers de militants, souvent syndiqués à la CGT de surcroît. Le livre renferme de ce fait de nombreux textes écrits par des ouvriers communistes, même s’ils ne sont pas toujours présentés comme tels : Alfred Pacini parmi les dockers marseillais, Marcel Donati qui a écrit sur la sidérurgie lorraine, Christian Corouge chez Peugeot-Sochaux, etc. Des prêtres-ouvriers se retrouvèrent aussi au PC, parmi lesquels Paul Anglade dont l’autobiographie est également utilisée. En outre, les militants communistes ont été souvent en première ligne dans les mobilisations : pendant la Résistance évidemment, mais aussi dans tous les mouvements de grève. Je cite ainsi un long rapport des RG sur les grèves de l’automne 1947 qui incrimine l’action des communistes. De même, le livre contient un rapport sur une séquestration en 1967 : le sous-préfet ne le précise pas mais les « meneurs » militent aussi au PCF.

ANR PAPRIK@2F :  Et à l’inverse des ouvriers au PCF ?

Les rapports entre la classe ouvrière, très diverse et en constante recomposition, et le PCF, sont complexes. Le PCF est parvenu à imposer son hégémonie sur la classe ouvrière du Front populaire jusqu’à la fin des années 1960 de sorte qu’elle s’est largement reconnue en lui. Quand les premières études de sociologie électorale apparaissent au milieu des années 1950, environ un ouvrier sur deux vote communiste. C’est aussi l’effet d’un encadrement, qui passe par toute une série d’organisations liées au PC : la CGT, mais aussi Tourisme et Travail par exemple qui organise les vacances. Dans le même temps, une fraction conséquente de la classe ne s’est jamais reconnue dans le PC. L’ouvrage présente ainsi d’autres formes d’organisation et d’encadrement, qui relève aussi du mouvement ouvrier : une double page porte ainsi sur la Maison du Peuple et l’expérience coopérative à Saint-Claude dans le Jura, et une autre sur la Jeunesse ouvrière chrétienne.

ANR PAPRIK@2F : avez-vous trouvé des éléments sur les Rabcors ?

Les rapports de correspondants ouvriers d’usine ne sont pas cités dans l’ouvrage. En revanche, plusieurs rabcors qui ont écrit des textes avec une ambition littéraire sont présentés. J’aime beaucoup une nouvelle d’Henri Peigue dans le recueil Des ouvriers écrivent, publié à l’initiative du PC, qui raconte comment son militantisme passe par l’autodidaxie. De même, j’utilise à plusieurs reprises l’ouvrage d’André Philippe, L’Acier, publié aux Editions sociales internationales en 1937 et qui obtient le prix Ciment, et que son auteur Claude Liogier écrivit pendant sa détention en 1932. Ce roman est tout à fait remarquable, y compris dans sa dimension proprement littéraire. Il m’importe beaucoup de signaler combien la littérature ouvrière doit parfois être lue comme une véritable entreprise littéraire, avec d’authentiques réussites : L’Acier en est une.

ANR PAPRIK@2F : quel document retiendriez-vous dans votre ouvrage sur cette relation particulière entre PCF et ouvriers ? Pourquoi ? 

Carnet Charles DEBARGE repro 1S’il ne fallait retenir qu’un seul document, ce serait l’extrait des carnets de Charles Debarge. Je trouve ce document à la fois passionnant et bouleversant. Certes, les carnets ont été publiés par les Editions sociales après la guerre mais l’édition est profondément retouchée et donc complètement tronquée. Ici, le lecteur touche presque du doigt ces carnets d’un authentique résistant mineur viscéralement attaché au Parti communiste. Ces carnets, qui se trouvent au Musée de la Résistance nationale à Champigny, montrent la volonté de Debarge d’écrire pour justifier son double engagement, proprement insécable chez lui, de communiste et de résistant. Et j’aime beaucoup ce texte parce qu’on y voit aussi la volonté de Debarge de bien écrire, en utilisant des formules soignées ou le passé simple, comme dans les rédactions qu’il a sans doute faites enfant à l’école primaire. Et dans le même temps, le texte est truffé de fautes d’orthographe et de syntaxe. En le publiant tel quel, sans rien changer, nous espérons montrer au lecteur ce que pouvait être la culture d’un mineur communiste. C’était aussi une manière de rappeler combien la résistance communiste ouvrière fut à la fois précoce et héroïque.Panorama


2 réponses

  1. WIECZORKIEWICZ dit :

    Bonjour,
    Je suis émue de voir, même sur le net, le carnet de mon arrière grand père.
    En effet, il est truffé de fautes d’orthographe, mais elles sont tellement touchantes. Merci de faire perdurer sa mémoire.

    • jeanvigreux dit :

      Bonjour,
      nous vous remercions pour ce message émouvant. Tout le mérite revient à l’historien Xavier Vigna et surtout à la qualité des archives présentées (celles de votre arrière grand-père).
      Bien à vous,
      Jean Vigreux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *