Georges Guingouin : retrouver le « préfet du maquis ». Entretien avec l’historien Fabrice Grenard (3)

photo2Voici enfin la troisième et dernière partie de l’interview avec Fabrice Grenard. Le blog de l’ANR Paprik@2F ne manquera pas de vous en proposer d’autres dans les semaines qui viennent.

RD : La fin de la vie de Guingouin est marquée par une rupture très dure avec le Parti. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui expliquent que le parti ait perdu le « préfet du maquis » ? 

Les incompréhensions qui se sont développées au cours de la période clandestine et qui avaient provoqué de fortes tensions entre Guingouin et l’appareil, n’ont pas été levées au moment de la Libération même si le « préfet du maquis » a recollé avec l’appareil après sa rupture de l’automne 1943 et que le parti le met en avant localement pour en faire le candidat à la mairie de Limoges. Guingouin ne comprend pas les sanctions dont il a fait l’objet sous l’Occupation alors que son travail s’est avéré efficace. Une partie de l’appareil de son côté a tendance à le considérer comme une « tête brulée » et un indiscipliné, car il n’a pas hésité à prendre son autonomie en 1943 plutôt que d’accepter l’autocritique. Au cours des années qui suivent la fin de la guerre, le conflit est latent. Guingouin reproche au parti de ne pas soutenir suffisamment sa politique à la mairie de Limoges. Le parti le soupçonne d’être un « diviseur » au sein de la fédération de la Haute-Vienne. Guingouin aimerait également obtenir de la direction centrale une réhabilitation de son action clandestine sous l’Occupation, avec la reconnaissance que son travail en milieu rural, contraire aux ordres de ses supérieurs, avait été efficace. Il adresse en ce sens en 1949 un rapport de 50 pages à Thorez, dans lequel il s’attaque directement à des cades influents du comité central, notamment Léon Mauvais, son supérieur hiérarchique lors de la période clandestine.

La crise éclate en 1952. Elle s’inscrit dans le cadre d’une véritable « chasse aux sorcières » développée par la direction du PCF, qui ne concerne pas que le cas Guingouin, mais tous ceux susceptibles de remettre en cause la ligne officielle du parti et d’apparaître comme des « titistes ». La direction du PCF porte les pires accusations contre Guingouin, qualifié « d’ennemi de la pire espèce ». Le « préfet du maquis » n’aurait en réalité cessé de trahir la cause communiste. Ses liens avec le SOE britannique sous l’Occupation ou le fait d’avoir été fait compagnon de la Libération par de Gaulle sont présentés comme les preuves flagrantes de cette « trahison ». Le parti accuse également Guingouin de s’être enrichi et d’avoir détourné des fonds importants lorsqu’il était à la tête de son maquis. Il s’agissait d’une technique classique destinée à « ternir » l’action des Résistants en expliquant qu’ils avaient agi avant tout par intérêt personnel (la même accusation est portée en 1952 contre Charles Tillon, obligé de faire son autocritique). Refusant d’accepter les critiques qui lui sont faites et de rentrer dans le rang, ce qui lui aurait permis de rester militant du PCF, Guingouin se défend, critique ouvertement la direction communiste dans la presse, mobilise ses soutiens en Haute-Vienne. Alors que la fédération de la Haute-Vienne se divise entre « guigouinistes » et « anti-guingouinistes », la direction du PCF organise son exclusion à la fin de l’année 1952, en lui donnant une façade démocratique (cette exclusion aurait été voulue et votée par les militants locaux alors que pour l’obtenir sans résistance, la direction a changé Guingouin de section pour le placer dans une section qui lui était défavorable). Dix-sept ans après y avoir adhéré, Guingouin était ainsi exclu d’un parti pour lequel il avait pourtant le sentiment d’avoir pris des risques considérables et sacrifié une grande partie de sa vie. Il ne sera réhabilité par la direction du PCF qu’à la toute fin de sa vie, en 1998, à l’initiative de Robert Hue.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *