Georges Guingouin : retrouver le « préfet du maquis ». Entretien avec l’historien Fabrice Grenard (2)

Voici la deuxième partie de l’entretien avec l’historien Fabrice Grenard sur Georges Guingouin.

photo1RD : Dans votre livre, vous recourez souvent à la comparaison des maquis entre eux, selon les régions où ils s’implantent ou les organisations qui les mettent sur pied : Francs-Tireurs partisans (FTP) communistes ou Armée secrète (AS). C’est une méthode remarquable et très instructive. Quels en sont les principaux enseignements ?

 À travers la figure de Georges Guingouin, ce qui m’a surtout intéressé, c’est effectivement d’essayer de comprendre comment se constitue et comment fonctionne un maquis, quels sont ses activités, son organisation, ses rapports avec la population locale. Cette recherche sur Georges Guingouin et son maquis s’inscrit d’ailleurs dans un travail plus large sur les maquis en général, sujet sur lequel j’ai déjà publié plusieurs travaux. Il me semblait que le plus efficace pour saisir au plus près ce phénomène des maquis était d’essayer une immersion dans un maquis particulier, pour en suivre l’évolution, mois par mois, de sa création jusqu’à la Libération. Comme des travaux importants avaient déjà été menés sur le Vercors ou les Glières, les deux maquis les plus emblématiques, il m’a semblé intéressant de faire le même genre de travail avec le maquis Guingouin.

Une vision quelque peu téléologique de l’histoire de la Résistance consiste à penser que le passage à une lutte armée avec des rassemblements de combattants clandestins dans les forêts ou les montagnes était quelque chose d’inscrit dans la logique des choses. En réalité, ce n’est nullement le cas, la France ne se situant pas dans la même situation que les pays d’Europe de l’Est ou des Balkans (Grèce, Yougoslavie), qui ont vu des maquis se constituer dès les premiers jours de l’occupation allemande, avec parfois des unités entières de l’armée régulière basculant dans la clandestinité pour mener la guérilla face aux forces allemandes. Le passage à la lutte armée avait bien été pensé par les différentes organisations de la Résistance au fur et à mesure qu’elles se développaient en 1941 et 1942, mais il ne devait pas prendre la forme des maquis. Le parti communiste privilégiait l’action de commandos en milieu urbain, chargés de mener des actions de sabotage et de guérilla, mais dont les membres devaient se « fondre » dans la population des grandes villes. Du côté des organisations non communistes, on prévoyait la mise sur pied d’une véritable armée clandestine, l’AS (Armée secrète), avec des officiers et des combattants organisés au sein d’une structure très hiérarchisée, mais qui ne devait se mobiliser qu’au lendemain du débarquement allié pour entrer en action, chacun de ses membres devant se cacher derrière une couverture « légale » en attendant le jour J.

C’est le STO qui a changé totalement la donne en février 1943, avec des milliers de réfractaires cherchant à se cacher, à l’appel des organisations résistantes d’ailleurs, en milieu montagnard ou forestier. Mises au pied du mur en quelque sorte, les organisations résistantes décidèrent d’encadrer ces réfractaires dans des camps afin de constituer des unités combattantes. Seuls ceux qui étaient prêts à accepter des conditions de vie et d’entraînement difficiles et à se soumettre à une discipline militaire, furent enrôlés, ce qui ne représente environ que 10 % du nombre total de réfractaires. Mais deux conceptions différentes se font alors jour. Celle des FTP, qui consiste à disséminer des camps de petite taille (une dizaine de combattants au maximum) pour mener une stratégie de guérilla immédiate (sabotages, exécutions de collaborateurs, embuscades contre des colonnes allemandes). C’est la stratégie dite de la « boule de mercure » selon la formule de Charles Tillon (après avoir mené une opération, les groupes se dispersent telles des petites boules de mercure insaisissables). Guingouin a appliqué cette stratégie, même lorsqu’il était en rupture avec l’appareil FTP : si son maquis a toujours possédé un camp principal servant de QG, ses hommes étaient dispersés en petites unités, qualifiées de « volantes » à partir du printemps 1944 par le « préfet du maquis ». Son maquis ne rechercha pas non plus l’affrontement direct avec les Allemands, sauf lors des combats de l’été 1944. Mais en avril 1944, lorsqu’une colonne allemande de la division Brehmer parcourut son secteur, Guingouin ordonna le repli de l’ensemble de ses hommes dans le département voisin de la Creuse.

Encadrés le plus souvent par des officiers de carrière, les maquis de l’AS en revanche étaient organisés différemment. Les camps étaient plus importants et les maquisards s’y livraient à un véritable entraînement militaire, respectant le cérémonial d’une armée régulière (levée des couleurs, chants militaires…). Ces maquis avaient surtout pour objectif de devenir des « maquis mobilisateurs » au moment du débarquement allié. Ils furent ainsi accusés parfois par les communistes d’être trop passifs et attentistes, attendant le débarquement pour passer à l’action là où les FTP mènent une guérilla importante dès le développement de leurs premiers maquis au printemps 1943.

Ces deux types différents d’organisation expliquent aussi des rapports qui n’étaient souvent pas de même nature avec les populations locales. Les maquis FTP pouvaient en général s’appuyer sur un réseau de militants clandestins efficaces (celui du PC) pour obtenir les complicités nécessaires à sa sécurité et son développement dans son environnement local (ravitaillement, renseignements…). Mais parce qu’ils étaient plus actifs, les maquis FTP suscitaient également davantage de crainte pour les populations locales, qui redoutaient que les opérations des maquisards ne débouchent sur d’importants désordres et se traduisent pas des représailles, ce qui explique souvent un rejet plus fort des « maquis rouges ». Les maquis de l’AS, en revanche, ne suscitent pas forcément les mêmes craintes (à tort d’ailleurs, car toute intervention allemande contre un maquis, quel qu’il soit, se traduit par des représailles sur les civils) ce qui explique qu’ils aient pu être mieux acceptés par les populations locales.

Dans la réalité, si cette opposition entre stratégie de la « boule de mercure » du côté FTP et « maquis mobilisateurs » du côté de l’AS se retrouve à travers quelques exemples symboliques (le maquis des Glières, celui du Vercors ou du Mont Mouchet du côté e l’AS ; le maquis de Guingouin, les « maquis rouges » du Sud Ouest du côté FTP), elle ne fut toutefois pas systématique en raison du pragmatisme adopté par certains chefs de l’AS. Ainsi, dans l’Ain, le colonel Henri Romans-Petit, qui préfère ne pas trop exposer ses maquisards, fait le choix de la dispersion et de la dissémination des camps, même s’il s’efforce de réunir l’ensemble de ses hommes pour certaines opérations spectaculaires, comme le défilé dans les rues d’Oyonnax le 11 novembre 1943.

RD : Vous avez étudié en détail la libération de Limoges par les FTP en août 1944. L’heure, pour les communistes, était-elle à la révolution ?

 La Libération de Limoges a effectivement donné lieu à de nombreux fantasmes, alimentant les discours anticommunistes sur le spectre d’une révolution rouge à laquelle la France aurait échappé de justesse à la Libération. En pleine Guerre Froide, en janvier 1953, on verra par exemple Paris Match expliquer qu’à travers Guingouin avait régné en 1944 « l’ombre d’une République soviétique dans les monts limousins ». Le journal va même jusqu’à soutenir la thèse selon laquelle la prise du pouvoir par les communistes à Limoges constituait la première étape avant une opération aéroportée de l’Armée rouge qui n’avait nullement l’intention de s’arrêter à Berlin en mai 1945 mais voulait poursuivre son offensive pour prendre le contrôle de toute l’Europe, jusqu’à l’Atlantique !

En réalité, il n’a jamais été question que la Libération s’accompagne d’une révolution communiste à Limoges, comme le montre les conditions mêmes de cette libération. Tout d’abord, si l’on a pu avancer que Limoges avait été l’une des rares villes en France correspondant au schéma d’une libération s’accompagnant d’une insurrection populaire, cela doit être fortement nuancé. La ville, encerclée par des maquis qui avaient désormais un rapport de force en leur faveur, est tombée comme « un fruit mûr » après que le général allemand, considérant la prise de la ville comme inéluctable, ait accepté de signer la reddition de sa garnison pour préserver la vie de ses hommes. Limoges est effectivement l’une des rares villes françaises qui se soit libérée avant l’arrivée des forces alliées. Mais il n’y a pas eu à l’intérieur même de la ville de grève générale ou une insurrection permettant de donner à la libération un caractère populaire…et de se conformer au modèle insurrectionnel où les forces révolutionnaires doivent à la fois agir depuis l’extérieur mais aussi à l’intérieur des villes, notamment pour s’emparer avant toute autre organisation, des leviers de commandement. Si à travers Guingouin, chef départemental FFI, les maquis de Haute-Vienne étaient bien dirigés par un communiste, de nombreux maquisards ne l’étaient pas, notamment les gendarmes et GMR de la garnison de Limoges, qui s’étaient ralliés au maquis quelques jours avant la reddition allemande, permettant de faire basculer le rapport de force en faveur de la Résistance locale, tout en investissant aussi les principales places d’officiers du fait de leur expérience militaire au sein de l’état-major FFI départemental dirigé par Guingouin. Enfin, en raison de la présence aux côtés de Guingouin de quelques hommes de l’ombre largement oubliés aujourd’hui mais dont le rôle a été essentiel lors des événements menant à la Libération de Limoges, la situation était en quelque sorte « sous contrôle » et toute initiative isolée de la part du « préfet du maquis » était impossible.

Guingouin avait tout d’abord à ses côtés un membre du comité central du parti, Jean Chaintron, l’empêchant de pouvoir aller au-delà de ce que souhaitait la direction communiste. Or, il n’était nullement dans l’intention de celle-ci de prendre le pouvoir par les armes en France à la Libération, justement pour ne pas alimenter l’anticommunisme et préserver l’avenir afin de parvenir éventuellement au pouvoir par la voix des urnes. Localement, à Limoges, Guingouin constitue d’ailleurs un élément clé de cette stratégie. Il doit apparaître comme un homme d’ordre, rassembleur, ce qu’il s’efforce de faire au cours des journées qui ont suivi la Libération de Limoges, réprimant les actes d’indiscipline de ses hommes et tentant de contrôler l’épuration. La stratégie sera payante puisqu’à travers lui, les communistes pourront s’emparer de la mairie de Limoges en mai 1945. Outre Chaintron, une seconde personnalité joue un rôle essentiel lors de la Libération de Limoges et contribue largement à contrôler Guingouin. Il s’agit d’un officier britannique, membre du SOE, le major Staunton, parachuté dans le maquis Guingouin au lendemain du débarquement. C’est d’ailleurs en grande partie grâce à Staunton que la ville de Limoges a été libérée sans combat. Initialement, le général allemand Gleiniger avait refusé de se rendre à un chef de « maquis rouge », repoussant les conditions de capitulation présentées par Guingouin. Ce n’est que lorsqu’il apprit qu’il y avait à ses côtés un officier britannique, que Gleiniger accepta de capituler. Mais Guingouin ne participa pas à la réunion au cours de laquelle Gleiniger signa l’acte de reddition. Cette présence britannique démontre que si Limoges a effectivement été libérée avant l’arrivée des Alliés, cela ne l’a pas été totalement sans eux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *