Georges Guingouin : retrouver le « préfet du maquis ». Entretien avec l’historien Fabrice Grenard (1)

En fonction de l’actualité éditoriale et historiographique, l’équipe de l’ANR Paprik@2F vous proposera régulièrement des interviews d’historiens spécialistes de son domaine. Nous incitons par conséquent les auteurs à nous envoyer des services de presse : nous n’hésiterons pas à faire état, sous une forme ou une autre, de leurs travaux les plus récents. Aujourd’hui, nous avons le plaisir de publier la première partie de l’interview réalisée par l’historien Romain Ducoulombier avec Fabrice Grenard, historien et enseignant habilité à diriger des recherches. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de la Résistance et  en particulier d’une toute récente biographe de Georges Guingouin, pour laquelle il vient de recevoir le prix de la Fondation de la Résistance.

photo livreRD : Fabrice Grenard, vous êtes spécialiste des maquis pendant la Seconde Guerre mondiale, sur lesquels vous avez écrit plusieurs ouvrages de référence. Vous venez de publier une biographie remarquée de Georges Guingouin (Vendémiaire, 2014). Pourquoi, aujourd’hui, est-il possible de « retrouver » Guingouin ?

En réalité, bien que le personnage de Georges Guingouin soit souvent mentionné dans des ouvrages consacrés à l’histoire de la Résistance ou des maquis, les faits le concernant étaient essentiellement tirés d’un livre que lui-même avait écrit, intitulé Quatre ans de lutte sur le sol limousin, et paru en 1974 dans la collection « Libération de la France » dirigée par Henri Michel. Ce livre est tout à fait singulier car il prétend par certains aspects être un livre d’histoire du fait de la collection dans laquelle il a été publié (Guingouin parle d’ailleurs de lui à la troisième personne du singulier) alors qu’il s’agit bien de Mémoires (loin de tenter une approche globale de la résistance limousine et de la libération de la région, conformément à l’esprit de la collection, Guingouin se limite en réalité à sa seule trajectoire et à son seul maquis). Georges Guingouin n’avait donc jamais fait l’objet jusqu’ici d’un travail « scientifique », c’est-à-dire s’efforçant de confronter ses écrits avec les différents fonds d’archives disponibles ainsi que les témoignages de ceux qui avaient pu le côtoyer au cours de la période, que ce soit au sein du parti communiste, dans son maquis ou dans les structures départementales de la Résistance en Haute-Vienne (il fut chef départemental FFI à la Libération). Je m’étais à plusieurs reprises intéressé à la figure de Georges Guingouin dans mes travaux précédents, que ce soit pour évoquer son rôle en tant que chef de maquis pour réprimer le marché noir dans son secteur (La France du marché noir, Payot, 2008) ou ses efforts pour lutter contre toute forme d’indiscipline, réglementer les réquisitions et empêcher les pillages au sein de son maquis (Maquis noirs et faux maquis, Vendémiaire, 2011). C’est donc la volonté d’en savoir plus sur le personnage et d’adopter cette démarche historique qui m’a conduit à écrire sa biographie. Ma démarche a consisté à confronter les différents éléments qui avaient contribué à faire de Guingouin un véritable personnage de légende (il aurait été l’un des premiers dissidents du parti à s’opposer au pacte germano-soviétique, le premier à constituer un maquis en milieu rural, se serait retrouvé à la tête d’une importante zone libérée, avec le soutien de toute la population locale, bien avant le débarquement allié en Normandie…) avec l’ensemble des fonds d’archives disponibles, notamment les archives du parti communiste, celles des FTP du Limousin, les archives administratives (rapports de préfets) et celles de la répression (police, justice), jusqu’aux différents rapports qui ont pu être réalisés sur l’action de son maquis émanant des institutions militaires françaises ou des agents britanniques du SOE qui avaient été parachutés dans son maquis au lendemain du 6 juin 1944. À partir du moment où ces archives permettaient de « décloisonner » et d’élargir les points de vue sur des faits pour lesquels nous n’avions jusqu’alors que la version de Georges Guingouin, il était inévitable que les conclusions de mon travail amènent à nuancer un certain nombre d’éléments qui avaient contribué à sa légende, même s’il ne s’agit pas du tout de remettre en cause le courage et l’action d’un des plus grands Résistants français.

RD : Guingouin a souvent été appelé le « préfet du maquis ». Dans votre livre, vous montrez que ce surnom a beaucoup fait, paradoxalement, pour l’aura de Guingouin. Pouvez-vous nous décrire ce mécanisme ?

 À partir de l’automne 1943, Georges Guingouin a commencé à diffuser dans le secteur où s’était implanté son maquis, dans la partie sud-orientale de la Haute-Vienne, autour du massif du Mont Gargan, des affiches signées du « préfet du maquis » imposant à la population locale différentes réglementations concernant ce qui touchait le plus les Français de la période dans leur quotidien, à savoir le ravitaillement alimentaire et les prix des produits agricoles. Ces « arrêtés » sont très vite devenus le symbole d’un territoire qui échappait de façon précoce à l’administration de Vichy puisque le maquis imposait sa loi. Ils démontraient également les efforts des maquisards pour ne pas apparaître comme des bandits ou l’incarnation du désordre, comme les en accusait la propagande de Vichy, dès lors que l’essor du maquis s’accompagnait d’une législation nouvelle qui se voulait plus juste que celle de Vichy (les prix étaient ainsi fixés par Guingouin à un niveau supérieur à la taxe de Vichy, jugée insuffisamment rémunératrice pour les producteurs agricoles mais les profits obtenus de façon scandaleuse grâce au marché noir étaient sévèrement réprimés).

En réalité, Guingouin ne fut pas le seul à agir de la sorte et à utiliser le qualificatif de « préfet du maquis » (on parle aussi parfois de « préfet des bois »). On trouve des exemples équivalents dans toutes les régions qui ont connu des maquis importants au cours de la période, que ce soit dans les Alpes, le Jura, le Massif Central… Mes recherches m’ont d’ailleurs montré que dans la région limousine, d’autres responsables de maquis avaient pu servir d’exemple à Guingouin, notamment des chefs de l’AS (Armée secrète) en Haute-Corrèze, qui diffusèrent dans leur secteur des arrêtés du préfet du maquis dès le début de l’été 1943.

Si après la guerre, ce qualificatif a surtout été attribué à Guingouin, c’est en raison de la mise en avant dont celui-ci a très rapidement fait l’objet. Le PCF y participe largement puisque le parti a besoin au moment de la Libération, de s’appuyer sur des chefs de maquis comme lui, symbolisant le rôle de fer de lance des communistes dans la Résistance intérieure. Dès la fin de l’année 1944, Guingouin fait ainsi l’objet d’un petit film intitulé R5, histoire d’un maquis qui le présente comme le « préfet du maquis ». Plusieurs ouvrages illustrés, des expositions sont également consacrés au « préfet du maquis » Guingouin en 1945. Toute cette propagande a indéniablement joué un rôle important dans la popularité du personnage, lui permettant d’ailleurs d’être élu maire de Limoges aux élections du printemps 1945, à 32 ans seulement. Mais l’expression de « préfet du maquis » a également eu des effets pervers, tendant à faire paraître Guingouin comme quelqu’un qui contrôlait totalement son territoire bien avant la Libération, minimisant le contexte particulier de la lutte clandestine et de ses nombreuses difficultés, notamment en termes de liaison et de déplacement. Paradoxalement, l’expression se retourna aussi contre lui et fut mise à profit par ses adversaires qui cherchèrent après la guerre à montrer qu’il était le principal responsable des différentes dérives ou des exactions qui avaient pu se développer dans la région limousine à la fin de l’Occupation. Celles-ci émanaient le plus souvent de personnes isolées, mais Guingouin aurait dû savoir les contrôler selon ses détracteurs, dès lors qu’il s’était attribué ce rang de « préfet du maquis », sensé lui donner autorité sur l’ensemble des autres groupes clandestins.

RD : Les rapports de Guingouin avec le parti ont été difficiles pendant la guerre, alors qu’il avait organisé l’un des principaux maquis FTP. Pourquoi ? 

 Guingouin adhère au parti communiste en 1935 et devient rapidement l’un des cadres communistes sur le plan local, exerçant les fonctions de « secrétaire de rayon » dans les cantons d’Eymoutiers et de Châteauneuf-la-Forêt. À ce titre, c’est lui qui anime dans ce secteur la campagne du parti lors des élections du printemps 1936. Guingouin se montre particulièrement discipliné, appelant les militants de son rayon à toujours remplir leurs devoirs à l’égard du parti, à en accepter la ligne et la hiérarchie. Son travail jugé tout à fait satisfaisant par ses supérieurs lui permet de grimper au sein de la fédération limousine, en siégeant au bureau régional et en obtenant une rubrique importante dans le journal Le Travailleur du Centre (il est chargé de rédiger les articles de politique extérieure au début 1939). Le pacte germano-soviétique ne remet nullement en cause la fidélité de Guingouin au parti, puisqu’il milite clandestinement lors de la « drôle de guerre » alors qu’il est mobilisé dans l’armée, et participe à la reconstitution illégale du parti en Haute-Vienne au début de l’Occupation.

Les tensions qui se sont ensuite développées entre Guingouin et l’appareil ont souvent été présentées comme la preuve qu’il avait été un « dissident », refusant d’appliquer les consignes du comité central. En réalité, mon interprétation est quelque peu différente. Guingouin, à mon sens, a voulu être un « trop bon élève » du parti, cherchant systématiquement au début de l’Occupation, en tant que cadre local, à montrer qu’il était actif, à adopter des initiatives pour que le parti revive localement dans son secteur, à encadrer les militants en leur fournissant des éléments de langage et des tracts destinés à les mobiliser. Le problème réside dans le contexte particulier dans lequel s’effectue ce travail : la clandestinité, les liaisons souvent interrompues avec l’appareil, l’isolement. Alors que Guingouin pensait « bien faire », certaines de ses initiatives furent mal acceptées par l’appareil car elles n’avaient pas toujours été validées par ses supérieurs (simplement parce que les liaisons étaient coupées ou difficiles en réalité). Le parti souhaitait par ailleurs surtout mener une activité importante dans les milieux urbains. Les initiatives de Guingouin en milieu rural, dans son secteur d’origine, étaient considérées comme inutiles et peu efficaces. Enfin, il ne faut pas négliger non plus qu’à plusieurs reprises, d’importantes arrestations ont touché des militants ou des responsables qui avaient été en contact avec Guingouin en Haute-Vienne ou en Corrèze (notamment son supérieur hiérarchique direct au sein de la direction départementale, Germain Auboiroux), ce qui a pu amener certains membres de l’appareil à soupçonner Guingouin de ne pas toujours respecter les consignes de sécurité ou de trop exposer son organisation.

La rupture entre Guingouin et l’appareil sera consommée à l’automne 1943, à la suite du désaveu de son travail à la tête de son maquis par ses supérieurs, qui lui reprochent une campagne de sabotage des batteuses au moment de la moisson (cette initiative risquait d’éloigner les paysans, attachés à la propriété de leurs moyens de production, de la cause communiste). Pendant environ six mois, jusqu’au printemps 1944, Guingouin évoluera ainsi avec ses maquisards de façon autonome. Il reviendra dans le giron FTP au lendemain du débarquement allié, la force de son maquis lui permettant d’accéder au rang de chef départemental FTP. Le parti se sert alors indéniablement de lui pour peser localement en vue de la Libération (Guingouin accède à la direction militaire de l’ensemble des forces FFI du département en août 1944).

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « Georges Guingouin : retrouver le « préfet du maquis ». Entretien avec l’historien Fabrice Grenard (1) », ANR PAPRIK@2F, 20 octobre 2014 [en ligne : http://anrpaprika.hypotheses.org/2887]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *