Grève de l’impôt ?

impot 3

La Voix Paysanne, 15 septembre 1934: Détail

Au cours de la crise des années 1930, alors que le PCF est encore marqué par la ligne sectaire « classe contre classe » décidée en 1928 au VIe Congrès de l’Internationale communiste, on assiste à des actions de plus en plus marquées contre l’Etat. Dans, le monde rural, la Confédération générale des paysans-travailleurs (CGPT) d’obédience communiste va jusqu’à prôner la grève de l’impôt.

Payer l’impôt en nature

En fait de grève de l’impôt, il s’agit plutôt de payer en nature « les redevances au fisc ». Cette révolte antifiscale qui évoque d’autres émotions populaires et paysannes n’est pas forcément acceptée par la direction du PCF. Il s’agit pour Renaud Jean de mener « une bataille du blé », afin d’obtenir un « moratoire de fait » de la fiscalité ; « depuis des années en effet les négociants céréaliers refu­sent de respecter les prix minimum fixés par l’État. De ce fait, la CGPT, forte de ses succès contre les ventes-saisies, décide d’appeler les métayers à la grève de l’impôt ou à payer l’impôt avec du blé »1. Maurice Thorez n’est pas d’accord avec cette motion du IIe Congrès de la CGPT, de l’automne 1933, il écrit même à Renaud Jean que le secré­tariat du parti n’est pas d’accord avec ce mot d’ordre « faux et dan­gereux […] Le mot d’ordre nous apparaît comme un abandon des mots d’ordre précédents lancés par le parti et la CGPT […] Le secré­tariat insiste auprès de toi pour que ce mot d’ordre soit retiré »2.

impot 1

L’Humanité, 15 septembre 1934

Un répertoire d’action élargi

Toutefois, le changement de ligne du PCF avec l’émergence du Front populaire et l’aval de l’Internationale communiste permettent d’envisager ce type d’action. La première manifestation a lieu dans le département de Renaud Jean à Marmande en août 1934 – près d’un an après la lettre de Thorez. Le mouvement s’étend alors à tout le département et aux départements limitrophes. Le monde rural entre ainsi dans le cycle des manifestations de masse3. Ces manifestations ne sont pas l’apanage de la gauche: le Front paysan regroupant l’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA) et les dorgéristes4 n’hésite pas à organiser des rassemblements de masse qui débouchent sur des manifestations importantes en cette période de crise et de désespoir. L’élément le plus connu, mais aussi le plus tragique de cette période trouble est la manifestation de Chartres, avec la prise de la Préfecture par les éléments les plus radicaux.

Le PCF et l’agitation dans les campagnes

Le PCF tente alors de rivaliser avec des manifestations d’ampleur plus réduites, mais qui participent à cette politisation accrue et surtout à dénoncer l’UNSA comme un syndicat tenu par les hobe­reaux, les comtes, les marquis qui ne travaillent pas la terre, mais qui la font travailler comme sous l’Ancien Régime : les paysans exploi­tants doivent alors mener eux-mêmes leurs luttes dans le cadre d’organisations émancipées de la tutelle des notables traditionnels, c’est ce que proposent les communistes, en reprenant parfois des thématiques impulsées par Gambetta une cinquantaine d’années auparavant.

impot 2

La Voix Paysanne, 15 septembre 1934

La manifestation la plus remarquée fut celle de Miramont-de-Guyenne en septembre 1934. « Profitant de l’affluence que suscite le marché aux prunes, les militants cégépétistes, accompagnés de 18 charrettes à bœufs où sont disposés des sacs de blé, défilent dans les rues pour s’acquitter chez le percepteur de leurs impôts en nature »5 le 10 septembre 1934. La réussite de cette démonstration a suscité d’autres mobilisations ; ainsi, lors d’un grand meeting paysan le 25 septembre 1934 à Saint-Avit-Senieur en Dordogne, Maurice Thorez apporte son soutien aux paysans qui ont décidé de payer leurs impôts en blé, évalué au cours légal. « Le percepteur refusera, ce sera donc la grève de l’impôt »6.

Cette agitation importante au cours des années du Front popu­laire permet au PCF de renouer avec la lutte émancipatrice d’une paysannerie qui refuse d’être soumise à l’ordre établi, à « l’ordre naturel des champs » : « Sachez toujours, camarades, que le bour­geois qui monte avec vous dans le train qui nous mène à l’émanci­pation paysanne, ne jouera jamais d’autre rôle que celui de serre-frein », écrivait Pierre Petitjean à propos des actions menées dans l’Allier à l’automne 19367.

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Grève de l’impôt ? », ANR PAPRIK@2F, 7 octobre 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2689]

  1. Max Lagarrigue, La Confédération Générale des Paysans Travailleurs (cgpt). Émergences, actions et difficultés d’un syndicalisme de “classe” dans les années trente, Le Festin, revue des patrimoines, des paysages et de la création en Aquitaine, n° 25, Bordeaux, 1998, p. 64. []
  2. Lettre de M. Thorez à R. Jean en date du 1er septembre 1933, Archives départementales du Lot-et-Garonne, Fonds R. Jean. []
  3. Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue, Crises politiques et mani­festations en France, Paris, Aubier, 1998 et Danielle Tartakowsky, Les manifes­tations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998. []
  4. David Bensoussan, « L’Union nationale des syndicats agricoles (unsa) face au Front populaire», dans Gilles Morin et Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 189-197. []
  5. Max Lagarrigue, Renaud Jean. Carnets d’un paysan député communiste, Anglet, Atlantica, 2001, p. 54, citant Archives départementales du Lot-et-Garonne, fonds rg 1825W15. []
  6. Ad. Dordogne, 4 M 195. []
  7. Article de Pierre Petitjean, Allier, Chassons les hobereaux, La Voix Paysanne, 26 septembre 1936 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *