Les maisons d’édition du PCF et la Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, ce que Jean-Yves Mollier nomme l’« habitus de soumission »1 des éditeurs aux ordres du pouvoir en place a donné lieu à une réelle collaboration intellectuelle de la part de l’essentiel des grands éditeurs français. Si la version officielle a longtemps affirmé que l’épuration des catalogues avaient été imposée par les Allemands, l’examen des sources révèle que nombre d’éditeurs, encouragés par le Cercle de la librairie (le syndicat patronal français des industries du livre), n’ont pas attendu pour confectionner eux-même des listes de proscription.

Les éditions du PCF pendant la Drôle de guerre

En août 1939, lorsque le Parti Communiste Français est interdit, ses maisons d’éditions, ses librairies et le CDLP (Centre de diffusion du livre et de la presse)) sont fermés et les stocks saisis et pilonnés par le gouvernement. Aucun livre, aucune brochure n’est publié pendant un an, ce que déplore un parti qui considère qu’il ne peut y avoir de militants communistes réellement efficaces sans écrits politiques pour les former.

En 1940, lors de l’invasion allemande, la direction du PCF négocie alors avec l’ambassade allemande la parution légale du journal l’Humanité et envisage de faire de même avec les livres. Cette stratégie est rapidement abandonnée car condamnée par le Komintern. L’activité éditoriale du PCF entre alors totalement dans la clandestinité. Si la presse est privilégiée, l’installation d’imprimeries typographiques clandestines permet également la publication de brochures et de manuels de formation idéologique devant permettre la transmission d’une culture politique.

Les éditions clandestines

En 1941, en zone Nord, le PCF crée la collection « Hier et aujourd’hui », une structure qui publie des textes plus ou moins littéraires chargés de convaincre les militants du bien-fondé de la lutte armée. Mais c’est l’année 1942 qui marque un tournant. Le PCF ne parvient plus à faire face à l’intense répression policière qui arrête les militants et entraîne perquisitions et saisies dans les imprimeries et les centres de stockage : de 34 titres publiés en 1941, on tombe à 5 l’année suivante. Les éditions du PCF se trouvent également en concurrence avec les Éditions de minuit, crées en 1941 par Vercors et Pierre de Lescure. Celles-ci, en offrant une littérature au service de la Résistance, et non au service d’une seule idéologie marquent une rupture avec les pratiques des maisons d’édition du PCF.

Le CNE et la Bibliothèque française

Louis Aragon à Saint-Martin d'Août, une petite commune à proximité de Saint-Donat (Drôme), août 1944 [?]. http://www.museedelaresistanceenligne.org/media.php?media=456

Louis Aragon à Saint-Martin d’Août, une petite commune à proximité de Saint-Donat (Drôme), août 1944 [?]. http://www.museedelaresistanceenligne.org/media.php?media=456

Afin de suivre cette évolution, le PC soutient alors la création du Comité national des écrivains, affilié au Front national, et le dote d’une maison d’édition, la Bibliothèque française. Celle-ci, placée sous la responsabilité d’Aragon se veut le relais de la résistance intellectuelle nationale. Son influence reste néanmoins modeste en comparaison de celle des Éditions de Minuit.

Mais pour le PCF, les milieux intellectuels, dans le contexte de l’époque, restent une cible secondaire. Dans la continuité des années d’avant-guerre, le Parti communiste français considère toujours l’édition comme un outil de formation et une pratique indispensable pour offrir une base idéologique qui assure une cohésion à l’appareil politique communiste.

Les éditions du PCF et la Libération 

Cet objectif perdure à la Libération. La formation idéologique des militants est alors confiée aux Éditions sociales tandis que les éditions Hier et Aujourd’hui et à la Bibliothèque française, toujours dirigée par Aragon, se consacrent à la littérature romanesque. Le contrôle de l’appareil éditorial appartient, lui, toujours à l’appareil de direction.

Avec, d’une part, un contexte très favorable au commerce du livre et, de l’autre, l’évolution du PCF qui devient réellement un parti de masse, la forme de sa production éditoriale évolue. La brochure est abandonnée au profit du livre et de pratiques éditoriales davantage commerciales.

C’est d’abord un succès : de 1944 à 1947, 90 titres sont publiés chaque année. Néanmoins, dès 1947, les effets conjugués de la crise économique de l’édition et d’un contexte politique moins favorable obligent le PCF à réorganiser son système éditorial. Hier et Aujourd’hui et la Bibliothèques françaises, les deux maisons d’éditions crées durant la guerre, fusionnent  et deviennent alors les Éditeurs français réunis.

Pour aller plus loin

BOUJU Marie-Cécile, Lire en communiste, les maison d’édition du Parti communiste français (1920-1968), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

DUCANGE, Jean-Numa, HAGE Julien, MOLLIER Jean-Yves (dir.), Le Parti communiste français et le livre : écrire et diffuser le politique en France au XXsiècle (1920-1992), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2014.

MOLLIER Jean-Yves, « L’édition française dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale », Vingtième siècle, 2011/4 n°112, p.127-138.

Pour citer ce billet : Eloise Dreure, «Les maisons d’édition du PCF et la Seconde Guerre mondiale», ANR PAPRIK@2F, 17 septembre 2014 [en ligne:http://anrpaprika.hypotheses.org/2498]

  1. Mollier Jean-Yves, L’édition française dans la tourmente de la Seconde guerre mondiale, Vingtième siècle, 2011/4 n°112, p.127-138. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *