Un archiviste de retour de Russie

Pour sa première mission scientifique en Russie, l’ANR Paprik@2F a choisi d’envoyer Romain Ducoulombier et Victor Lagarde dans les archives du RGASPI afin de confronter les ressources disponibles à la MSH de Dijon avec la réalité des fonds sur place. Romain Ducoulombier exposait dernièrement des pistes de réflexion sur l’intérêt du voyage dans les archives de Moscou :                                http://anrpaprika.hypotheses.org/1976

Victor Lagarde présente aujourd’hui ses questionnements sur la pratique archivistique russe contemporaine.

Salle de lecture du 5e étage du RGASPI

Une fois dépassé le dépaysement dû à la langue et au gigantisme de Moscou, la rencontre avec les archives russes n’en demeure pas moins une expérience inédite pour un jeune archiviste habitué à la pratique archivistique française1

Attentes et réalités

Une des premières choses marquante est l’écart assez considérable entre l’avant-goût que représente le site internet du RGASPI et les réalités de la consultation sur place.

Le site internet, vitrine du centre d’archives, est par bien des aspects à la pointe des pratiques de mise en ligne de documents historiques (on soulignera ici le travail sur la base de données des archives des Brigades Internationales où numérisation de grande qualité et océrisation des documents sont au rendez-vous). Arrivé sur place, le degré d’informatisation et d’utilisation des nouvelles technologies est tout autre. Le remplissage des fiches de lecteurs se fait par écrit et en russe (un traducteur est plus que conseillé pour les non-russophones), et il convient de s’inscrire tous les jours sur pas moins de trois registres : celui des présences journalières, celui des casiers et celui de l’emprunt de documents2

Parmi les modalités de consultation, la réservation des cotes au préalable est obligatoire, mais celle-ci nous permet de se voir attribuer un casier où tous les dossiers commandés sont déposés, ceci permet de mieux gérer son travail, consulter plusieurs dossiers en même temps, et de garder de côté des dossiers que l’on souhaiterait consulter ultérieurement. Ce décalage permet de voir la mutation progressive des pratiques archivistiques au RGASPI : si le site internet marque la volonté de modernisation du centre d’archives, la visite sur place montre que l’apparition du tout numérique n’a pas encore révolutionné les habitudes de travail au RGASPI.

La politique de clôture des fonds

Le voyage à Moscou m’a forcé à comparer les pratiques archivistiques russes et françaises, en particulier sur les délais de consultation. Il ne semble pas exister en Russie de lois comparables à celles régissant en France la consultation des archives et en particulier sur les délais de communicabilité de celles-ci3. Dans la pratique, de nombreux chercheurs en histoire contemporaine sont contraints de demander des dérogations afin de parer à des délais parfois longs, en particulier ceux concernant la sûreté de l’Etat (50 ans)4.

La pratique russe privilégie la fermeture de dossiers, mais sans critères d’ancienneté des documents. Dans les faits, la démarche peut sembler moins claire, puisque la motivation de la clôture de ces fonds reste à discrétion des archivistes russes. Lors de notre visite au RGASPI, nous désirions consulter certains de ces fonds fermés, notamment des fonds personnels : l’accès en demeura impossible, malgré nos demandes répétées. A l’inverse, de nombreux dossiers ouverts seraient incommunicables en France en raison des délais de communicabilité5. La notion de dossier fermé en Russie semble impliquer sa fermeture effective. Cela dit, le RGASPI s’est lancé récemment dans une politique d’ouverture de fonds nouveaux, passant ainsi d’une fermeture ferme à une ouverture franche, mais par le biais de la mise en ligne massive. On peut retrouver cette logique au travers de la base de données Stalin Digital Archives, les dossiers composant cette base étant fermés avant leur publication sur le net (à consultation onéreuse)6.

Au final, ce qui est m’a le plus marqué c’est sans doute l’affluence des chercheurs dans le centre d’archives moscovite. La présence de chercheurs de pays variés, tout particulièrement anglo-saxons, montre l’intérêt et l’importance inégalée de ce centre d’archives pour la recherche sur le communisme mais aussi sur des sujets beaucoup plus étendus et variés. Si le nombre de lecteurs français dans les salles du RGASPI a eu tendance à décroître dans les années 2000, le travail dans les archives russes est pour l’historien du contemporain une expérience irremplaçable et un passage obligé.

Pour aller plus loin :

Coeuré, Sophie, La Mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007

Oleg Hlevnjuk, « L’historien et le document », Cahiers du monde russe [En ligne], 40/1-2 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2007, URL : http://monderusse.revues.org/5

Pour citer ce billet : Victor Lagarde, « Un archiviste de retour de Russie », ANR PAPRIK@2F, 1 juillet 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2396]

  1. Pour un aperçu de la pratique archivistique russe, le numéro 3-4 (second semestre 2002) de la revue COMMA du Conseil International des Archives dédiés aux archives russes apporte une vision d’ensemble sur les différents centres d’archives et sur la richesse de leurs fonds. []
  2. La pratique entend également que l’on inscrive son nom dans les fiches destinées à cela dans les dossiers d’archives eux-mêmes. Ceci a pour principal avantage de savoir si les documents que l’on a sous les mains ont été consultés auparavant, et par qui ! []
  3. Ces délais de communicabilité sont disponibles : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/5610 []
  4. http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/chiffres-clefs-rapports-et-etudes/observatoire/ []
  5. Il est en effet possible de consulter des dossiers d’archives dont les bornes chronologiques dépassent les années 1980. []
  6. http://www.stalindigitalarchive.com/frontend/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *