Les écrits de prison : une source originale

Portrait_WR_Barel

Portrait de Waldeck Rochet par Virgile Barel

L’emprisonnement politique en France a une longue histoire. Tout le monde a en mémoire la défense de Calas par Voltaire, la prise de la Bastille, l’incarcération de Louis-Auguste Blanqui dit « l’enfermé », puis l’indignation d’Émile Zola pour défendre le capitaine Dreyfus. Les multiples campagnes d’amnistie, ponctuées par des rassemblements, ou encore les grèves de la faim des emprisonnés participent à ce malaise qui existe sur les répressions d’État dans le cadre d’une démocratie qui garantit les libertés individuelles. Les militants communistes, jugés comme de « dangereux révolutionnaires » ont souvent connu la prison dans l’entre-deux-guerres, allant jusqu’à l’interdiction du parti après la signature du pacte germano-soviétique et l’arrestation des députés communistes en octobre 1939, conduisant à leur procès et leur internement jusqu’en février 1943.

Le statut de prisonnier politique

Emprisonnés, les militants politiques, souvent pour passer le temps, mais aussi pour continuer une formation théorique ont écrit des carnets, des mémoires.1 La possibilité d’écrire sur le moment ou de prendre des notes sur la vie en prison dépend largement du cadre de la détention et de l’application des règles de vie. La IIIe République définit par l’arrêté de Constans en date du 4 janvier 1890, le régime de détention des politiques. Toutefois, les anarchistes en sont exclus à cause de leurs crimes… Dès lors, la différence des statuts des prisonniers politiques dépend du bon vouloir des gouvernants : tout repose sur les origines sociales et les orientations politiques du prisonnier. Jean-Claude Vimont a décrit avec précision la genèse du régime politique dans les prisons françaises et notamment à Sainte-Pélagie avec son célèbre quartier des écrivains.2 Ce régime politique dans les prisons a été codifié par une circulaire de Herbette en 1890 qui prévoit pour les prisonniers politiques la possibilité de réunions communes, la possibilité de recevoir la presse et de correspondre librement.

À la prison de la Santé, 1929. Au premier plan assis : Paul Vaillant-Couturier (député de la Seine). Au second plan, entre autres : Pierre Lacan (rédacteur à l’Humanité), Gabriel Péri (rédacteur à l’Humanité), Maurice Thorez, André Marty,

À la prison de la Santé, 1929. Au premier plan assis : Paul Vaillant-Couturier (député de la Seine). Au second plan, entre autres : Pierre Lacan (rédacteur à l’Humanité), Gabriel Péri (rédacteur à l’Humanité), Maurice Thorez, André Marty.

Entre les deux guerres mondiales, les prisonniers de la Santé sont astreints au règlement suivant, dont voici quelques extraits : « […] Travail. Les détenus politiques ne travaillent que sur leur demande. Ceux désirant travailler peuvent être employés aux travaux organisés dans l’Établissement. Ils bénéficient dans ce cas des 7/10 du produit de leur travail et en ont la libre disposition. Ils ont par ailleurs toute faculté de se livrer à des occupations intellectuelles compatibles avec la tranquillité et le bon ordre de l’Établissement. […]

Correspondance. L’envoi et la réception des correspondances, livres, brochures, communications et objets divers sont soumis au visa préalable prescrit pour toutes les catégories de détenus. Le visa ne sera, en aucun cas donné, aux correspondances contenant des appels à l’agitation, des propositions séditieuses, l’apologie de faits tombant sous le coup de la loi. Les détenus seront avisés que s’ils commettent des infractions à cette règle, leur correspondance ne sera plus autorisée qu’avec leur famille. Aucun article de journal dont ils seraient les auteurs ne sera transmis à sa destination. Ils seront par contre autorisés à recevoir tous les journaux quotidiens ou périodiques dont ils donneront la liste.

En ce qui concerne les prévenus politiques, aucun papier, aucun objet ne leur sera remis sans autorisation du Juge d’Instruction. Ce dernier fera connaître au Directeur de l’établissement les autorisations précises pouvant faire exception à cette règle.

Promenades en commun. Les détenus politiques doivent être séparés des autres catégories pénales et placés dans des cellules ou chambres individuelles. Ils ont la faculté de travailler, de prendre leur repas; de se promener au préau avec les autres détenus de même catégorie, si les circonstances le permettent et selon les conditions déterminées par le règlement intérieur, sous réserve de mesures à prendre en cas d’abus ou de nécessité de service. Les chants, les cris, manifestations bruyantes sont formellement interdits Cette vie en commun dont peuvent bénéficier les détenus politiques ne devra en aucun cas leur permettre de faire de la prison un foyer d’agitation et d’y continuer la propagande ayant motivé leur condamnation. Ceux n’observant pas cette règle pourront faire l’objet d’une proposition de mise au régime commun. […] »3

Une typologie des écrits de prison :

a) La correspondance

On peut classer la correspondance de prison en fonction du destinataire, du mode de communication légal ou illégal et de la teneur de la lettre – d’ordre privé, juridique ou bien politique. Évidemment, ces critères ne sont qu’analytiques et n’induisent pas que, dans la réalité, ces découpages soient exclusifs les uns des autres.

Il y a d’abord les lettres de procédures que le prisonnier rédige à l’intention du juge d’instruction et qui ont pour fonction d’assurer sa défense. Si l’on prend comme exemple le cas du complot communiste étudié par Frédéric Monier4, on retrouve de multiples traces de ce type de lettres. Les dossiers d’instruction sont une mine d’information, comme celui du complot de 1929 conservé aux archives de Paris5, ou encore celui du procès des députés communistes en 1940 qui est conservé aux archives du Service historique de la défense à Vincennes6. Les dossiers des avocats sont également utiles lorsqu’ils sont disponibles (par exemple, les archives de Maître Vienney conservées au Musée d’Histoire Vivante de Montreuil). Enfin, des doubles sont parfois conservés par les auteurs dans leurs archives privées.

Parallèlement à ces écrits de procédure, on trouve fréquemment des lettres revendiquant le statut de prisonnier politique. Ces lettres à la différence des premières sont souvent collectives et revêtent le caractère de véritables pétitions, voire de lettres ouvertes, et peuvent être reproduites sous forme de tract ou dans la presse. Ces lettres ouvertes publiées dans la presse sont évidemment conçues comme des moments de campagne de mobilisation et de défense collective. Certaines lettres franchissent les murs de la prison et ont une fonction politique directe comme la célèbre lettre d’André Marty prenant à partie le général Foch en août 1927, une dizaine de jours après son arrestation.7

Dans les archives, on trouve aussi des lettres de prison à prison. Signalons par exemple la lettre du « soviet des emprisonnés politiques de Nancy » à ceux de la Santé le 18 juin 19308.

Dernière catégorie de lettres : les lettres d’ordre privé envoyées à la famille et aux amis. Elles mêlent à la fois description de la vie quotidienne et correspondance sentimentale (comme celle de François Billoux à sa femme et à sa fille entre 1939 et 1943). Évidemment ces lettres pour franchir les murs de la prison empruntent des chemins légaux ou illégaux ; on connaît le rôle des avocats et des visites dans ce cadre9. Mais dans les deux cas, l’auteur de la lettre ne peut méconnaître le risque de lecture par une tierce personne. Sinon elles peuvent suivre le chemin légal, celui de la censure.

Enfin, la dernière lettre, celle du condamné à mort, envoyée à sa famille ou ses proches lors des années sombres de la Seconde Guerre mondiale, est un genre à part.10 Parfois elles ont pu être écrites plus tard, comme celle de Pierre Sémard : de l’usage d’un genre pour la mémoire communiste, le faux étant si proche du réel… afin de construire l’identité du groupe.

photo 1

A la prison de la Santé en 1939 :Carnets de F.Billoux, fonds privés H.Brun, numérisation ADIAMOS-MSH

b) Les carnets de prison et journaux intimes

Certains prisonniers ont eu le réflexe de prendre des notes tout au long de leur détention. Ils continuent ainsi un travail commencé auparavant, comme c’est le cas pour Marcel Cachin et ses carnets11, ou rédigent pour la première fois leur journal. Ces documents relèvent d’abord d’une stratégie de survie. Ils permettent au prisonnier d’affronter l’ennui et l’épreuve de l’enfermement en étant actif. Certains de ces journaux et carnets nous sont parvenus. Citons par exemples, les carnets de François Billoux, de Waldeck Rochet, de Pierre Sémard ou encore les carnets de dessin de Virgile Barel (conservés au Musée de Champigny). Ces carnets soulignent à la fois le souci du quotidien (alimentation, occupation rythmée de la journée), mais aussi la transformation des prisons en écoles où les détenus peuvent parfaire leur formation en mettant en œuvre des cours collectifs.

Certains de cahiers de prisons ont été explicitement utilisés pour rédiger autobiographies et souvenirs. C’est le cas de Léon Moussinac12 ou de Raoul Calas qui a publié et complété son journal lors de son cinquantième anniversaire13. Son journal avait miraculeusement survécu dans un maquis aux années de guerre. Évidemment avec ce genre de document se pose la question de la comparaison entre l’ouvrage publié et le document original.

Il faut ajouter un dernier type d’écrits de prison, beaucoup plus rare : la presse carcérale. Il arrive que, bien organisés, les prisonniers politiques rédigent un journal dans la prison.

Page 3  de Billoux_06

Carnets de F.Billoux, 28 mars 1940
Fonds privés H.Brun, numérisation ADIAMOS-MSH

Ces écrits de prison restent une source précieuse, qui révèle l’intimité des prisonniers et nous montre comment les militants sont confrontés à la répression de l’État. Ils invitent à comprendre comment la prison est une « école de formation » qui renforce les convictions des détenus : comme l’écrivait Jules Fourrier, « les prisons de la bourgeoisie nous servent d’université »14 Mais ces écrits permettent également de voir comment un groupe fonctionne, quelles sont les tâches de chacun et parfois les inimitiés personnelles et politiques qui le traversent. Ainsi François Billoux, évoquant les députés qui abandonnent le parti lors du procès en avril 1940, peut écrire à propos de Marius Vazeilles, le 28 mars 1940 : « celui-ci demande à retourner à son plateau des Mille-Vaches qu’il faudra alors appeler celui des Mille et Une » !(voir image jointe).

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Les écrits de prison : une source originale », ANR PAPRIK@2F, 3 juillet 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2387]

  1. Bernadette Morand, Les écrits des prisonniers politiques, Paris 1976 []
  2. Jean-Claude Vimont, La Prison politique en France. Genèse d’un mode d’incarcération spécifique (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Anthropos, 1993 []
  3. Archives de Paris, D 2 Y 14/635 []
  4. Frédéric Monier, L’apparition du complot communiste en France (1917-1932) : le pouvoir d’État et l’opinion publique face à la section française de la troisième Internationale dans les années vingt, sous la direction de J.-J. Becker, Université Paris-X Nanterre, 1995 []
  5. Archives de Paris, 221/78-1 articles 5 à 11 : Affaire Arrachard []
  6. SHD, 9N 363 []
  7. Voir les archives d’André Marty conservées à la Bibliothèque du Centre d’histoire sociale du XXe siècle et la brochure Au cachot pour avoir répliqué au Maréchal Foch qui veut détruire les Soviets, 1927, 16 p. []
  8. Archives de Paris D 2 Y 14/635, archives de la prison de la Santé []
  9. par exemple, « Mémoires de Vassart » publiés dans les Cahiers d’histoire sociale n°8, printemps-été 1997, p. 169 et suivantes []
  10. Guy Krivopisko, La Vie à en mourir. Lettres de fusillés (1941-1944), Paris, Tallandier, 2003, préface de François Marcot. []
  11. Denis Peschanski (dir.), Les Carnets de Marcel Cachin 1906-1947 Paris, CNRS-Éditions, 1993-1998. []
  12. Léon Moussinac. Le Radeau de la Méduse, journal d’un prisonnier politique, 1940-1941, Paris, éd. Hier et aujourd’hui, 1945, 285 p. []
  13. Calas Raoul, Souvenirs d’un condamné à mort, Paris, Editions Sociales 1976, 190 p. []
  14. Jules Fourrier, Graine rouge, Paris, La Brèche, 1983, p. 24. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *