Les femmes en grève pendant le Front populaire

greve céramique Paray 1936

Grèves au Paray-le Monial, 1936
Source: Musée P. Charnoz

Les quelques années d’histoire du Front Populaire constituent un épisode majeur de l’histoire sociale française du XXe siècle. Pourtant si l’on s’attarde sur la question du militantisme syndical féminin pendant cette période d’engagement, il faut admettre que nos connaissances demeurent restreintes, pour la Confédération Générale du Travail particulièrement. Les syndicalistes femmes de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens ont « bénéficié » d’un meilleur traitement de la part des historiens grâce à l’organisation spécifique adoptée par la centrale chrétienne pour ses adhérentes. Dès la fin du XIXe siècle, la CFTC a en effet opté pour une stratégie sexuée d’encadrement et créé ses premiers syndicats féminins1 Les historiens ont donc pu travailler sur des archives aux contenus sexuellement identifiés. À l’inverse, la CGT s’étant toujours refusée à organiser les femmes dans des structures différentes  de celles des hommes, les recherches ont été limitées par la rareté des sources. Pour pouvoir traiter de l’engagement féminin à la CGT durant le Front populaire, il faut donc chercher des éléments d’information dans les archives de l’organisation par le filtre de la composition sexuée des catégories professionnelles2 afin d’esquisser les contours d’une génération de femmes militantes à une époque où leur citoyenneté n’était pas reconnue.

La séquence du Front populaire opère en effet un bouleversement pour le syndicalisme qui voit s’accomplir la réunification du mouvement confédéré entre la CGT et la CGTU en mars 1936 et « la ruée syndicale » dans les mois suivants, après les grèves du printemps. La nomination de trois sous-secrétaires d’Etat dans le premier gouvernement de Léon Blum, qui reste un symbole fort du Front populaire, ne change cependant pas le statut politique des femmes qui restent exclues du suffrage universel. Il en est tout autrement de la lutte syndicale…

Des femmes en grève : une trêve dans l’ordre sexué ?

bedeau

Enterrement du bedeau (chronométreur)

Après la victoire du Front populaire, les femmes font leur retour remarqué3 dans l’action sociale par leur participation à la vague de grèves de mai-juin 1936. La grève joue un rôle particulier pour ces travailleuses puisque si les hommes ont tendance à s’accaparer la conduite de la grève, nombre d’entre elles les accompagnent et en sont parfois à l’origine. Principalement issues des corporations hors industrie et peu habituées à la grève, elles se joignent au mouvement, à l’instar des employées des grands magasins parisiens qui deviendront l’un des symboles de cette lutte. Dans ces secteurs, la CGT n’a pourtant que très peu d’adhérent(e)s. Aux Magasins Réunis de l’Étoile à Paris, on ne compte par exemple qu’une syndiquée CGT et quelques militantes CFTC sur plus de 500 employées4 La participation des femmes aux luttes du printemps 1936 ne peut donc être attribuée à une quelconque obédience syndicale. Leurs motivations sont principalement d’ordre salarial. Bien que les injures et les cas de harcèlements sexuels soient courants, ils n’apparaissent pas autant que la question des salaires dans les cahiers de revendications. À Troyes, les ouvrières du textile réclament ainsi l’égalité de traitement avec leurs homologues masculins.5 Comme l’explique Jeanne Martin, la très féministe secrétaire du syndicat CGT de la Confection pour dames de la région parisienne : « Notre salaire, c’est notre indépendance. Nous voulons mener une vie digne, nous ne voulons pas dépendre de l’homme. Nous ne voulons plus être livrées à la prostitution »6

Mais les hommes tiennent quasiment toujours la direction des luttes. À la fédération de l’Habillement, secteur pourtant très féminisé, la grève est animée par les hommes. Aussi, malgré une implication incontestable, la pratique gréviste, principalement masculine, tend à reléguer les femmes au second plan. L’occupation des usines reste là encore une affaire d’hommes où la différenciation sexuée des tâches est marquée. En général, les femmes participent au ravitaillement tandis que les hommes tiennent les piquets de grève et mènent les rondes nocturnes. De même, les syndicats sont réticents à l’idée de laisser les usines occupées par les femmes durant la nuit, la presse de droite dénonçant des actes immoraux. Dans le film Grèves d’occupation, tourné par des militants cégétistes, le commentaire stipule bien qu’aux usines Renault de Billancourt « le problème des couchages est rapidement résolu par les hommes qui, seuls, occuperont les usines pendant la nuit » (voir ci-bas, la vidéo de Cinearchives, minute 4:30).

Problèmes de leadership

grévistes 15e arrondissement

Mai-Juin 1936 Grévistes du 15e arrondissement
Fonds Pivert, CHS-MPphC164

Il existe évidemment des exceptions. Les grands magasins parisiens, dont 80% de la main-d’œuvre est féminine, sont ainsi occupés en partie par les femmes, de même que dans l’industrie textile du Nord où Charles Leblond, ouvrier à Fives-Lille, dit des ouvrières qu’elles sont « quelques fois supérieures aux hommes même dans l’orientation de la lutte »7. Ici c’est effectivement Martha Desrumeaux – trésorière de l’Union Départementale CGT et membre du Comité central du PCF – qui coordonne les différents mouvements de grèves principalement féminins. Dans les grands magasins parisiens, on trouve également Madeleine Colliette au sein du Comité de grève8 Notons que parmi ces meneuses, une majorité d’entre elles sont issues de la tendance unitaire (ex-CGTU), ce qui tend à confirmer, qu’à l’instar des hommes, les militantes de ce courant sont plus combatives que leurs homologues confédérées9. Mais dans l’ensemble, les femmes qui dirigent la lutte et/ou occupent leur lieu de travail sont minoritaires. Quant aux grèves strictement féminines, elles demeurent en réalité un épiphénomène. Elles sont limitées aux établissements appliquant une stricte division sexuée du travail, où la main-d’œuvre féminine est séparée des hommes, comme c’est le cas aux usines Citroën à Paris. Ainsi lors de la grève de la métallurgie parisienne du printemps 1938, c’est Rose Zehner, déléguée-ouvrière CGT immortalisée par l’objectif de Willy Ronis, qui anime la grève dans son atelier de sellerie employant exclusivement des ouvrières. Enfin, il peut aussi arriver aux hommes de s’inviter aux grèves féminines afin de leur apporter expérience et soutien10 L’absence de syndiquées dans un grand nombre de petites entreprises artisanales et provinciales explique alors ce renfort masculin. Les leaders syndicaux locaux viennent aider les ouvrières grévistes inexpérimentées à organiser le mouvement, à établir leurs cahiers de revendications et à négocier avec les employeurs.

La mise en retrait des travailleuses durant les grèves s’explique donc par leur inexpérience d’abord – la plupart de ces femmes découvrent le syndicalisme dans l’euphorie du mouvement de grèves du printemps 1936 mais n’ont souvent aucune expérience militante – ensuite car le geste gréviste est à cette époque encore perçu comme un acte viril et à ce titre devant être mené par des militants aguerris. C’est seulement dans les semaines et les mois qui suivent le mouvement de grève que les travailleuses investiront les structures de la CGT et feront l’apprentissage du militantisme syndical.

Portée du mouvement

grève Galeries Lafayette 1936

Grève aux Galeries Lafayette 1936

Il n’en demeure pas moins que leur entrée dans la lutte revendicative marque une rupture significative dans l’équilibre des rapports sociaux de sexe. À la différence d’anciens mouvements, celui des midinettes de 1917 ou des sardinières en 192411, la participation des femmes aux grèves de 1936 n’est pas circonscrite à une corporation ni limitée géographiquement, elle est cette fois interprofessionnelle et nationale. Enfin, elle ne se confine pas à l’industrie et atteint le secteur non productif. De plus, l’occupation des usines inédite à cette échelle, rompt là encore avec l’histoire des luttes des femmes puisque les grèves féminines étaient auparavant marquées par leur caractère légaliste12. Or l’occupation, bien que tolérée par le Gouvernement, demeure par nature illégale. D’ailleurs, le patronat ne se privera pas de le souligner13. La généralisation à la main-d’œuvre féminine de « la grève sur le tas » peut alors laisser penser qu’elle est l’expression d’une volonté d’émancipation (de ce point de vue le témoignage de Simone Weil est particulièrement parlant14 ) et de reconnaissance  économique – donc sociale – du rôle des femmes. On assiste en quelque sorte à une première étape dans la déconstruction d’une représentation collective des femmes, passives et apolitiques et à l’affirmation de leur citoyenneté sociale. Les premières analyses d’Henriette Nizan (femme de Paul, écrivain et journaliste communiste15 ) ou de Cilly Vassart  (femme d’Albert, membre du Comité central du PCF)  vont en tout cas dans ce sens :

« Qui oserait encore dire que les femmes ne vont pas en avant, qui oserait encore refuser à ces femmes, qui ont pris leur responsabilité dans la grande lutte qui se termine maintenant, l’égalité des droits ? »16.

Sur ce point, les espoirs seront néanmoins déçus. Car si l’Accord Matignon accorde aux femmes le droit d’élire leurs délégués (et d’être elles-mêmes élues), les travaux de Catherine Omnès, Helen Harden Chenut ou de Michelle Zancarini-Fournel ont montré que les femmes ont été quelque peu flouées par la généralisation des conventions collectives. La codification sexuée des métiers et des fonctions, fixée par les conventions, a resserré dans de nombreux cas le champ des possibles des ouvrières, freiné leur mobilité professionnelle et les a cantonnées dans des tâches parcellaires. Au total, les salaires des ouvrières ont vu le montant de leur rémunération amputé de 20% à 25% par rapport à celle de leurs homologues masculins.

Pour aller plus loin :

Morgan Poggioli, « A travail égal, salaire égal » ? La CGT et les femmes au temps du Front populaire, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2012, 145 p.

Pour citer ce billet : Morgan Poggioli, « Les femmes en grève pendant le Front populaire », ANR PAPRIK@2F, 3 juin 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2272]

  1. J. Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1944), Lyon, PUL, 2003. []
  2. C. Omnes, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe siècle, Paris, Les Éditions de l’EHESS, 1997 et L.-L. Downs, L’inégalité à la chaîne, Paris, Albin Michel, 2002 []
  3. Cf. le mouvement des midinettes in J.-L. Robert, Les ouvriers, la patrie et la révolution, Paris, 1914-1919, Paris, les Belles Lettres, 1995. []
  4. G. Lefranc, Histoire du Front populaire, Paris, Payot, 1974, p. 489-493. []
  5. H. Harden-Chenut, Les ouvrières de la République. Les bonnetières de Troyes sous la Troisième République, Rennes, PUR, 2010, p. 370. []
  6. P. Latour, Le 36 des femmes, Pantin, Le temps des cerises, 2006, p. 40. []
  7. P. Latour, op. cit., p. 46. []
  8. G. Lefranc, op. cit, p. 489-493. []
  9. S. Boulouque, « Les unitaires, le Front populaire et l’unité syndicale : mutations sociales, actions collectives et pragmatisme militant », in G. Morin et G. Richard (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmattan, 2008, p.157-165 []
  10. M.-L. Zylberberg-Hocquard, Femmes et féminisme dans le mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières, 1981, p. 144. []
  11. J. Vigreux, « La grève des sardinières de Douarnenez (Finistère) en 1924 :  une grève communiste ? », ANR PAPRIK@2F, 21 mai 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2102] []
  12. M. Perrot, Les ouvriers en grève. France 1871-1890, Paris, Mouton, 1974. []
  13. Archives Nationales, F22/1587 : Télégramme de la Chambre de commerce de Lille au Président du Conseil, 5 juin 1936. []
  14. S. Weil, « La vie et la grève des ouvrières métallos », La Révolution prolétarienne, 10 juin 1936 : [en ligne] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6244008b/f6.image.r=revolution%20proletarienne.langFR []
  15. M. Rebérioux, « Le mouvement syndical et les femmes jusqu’au Front populaire », in : Parcours engagés dans la France contemporaine, Paris, Belin, 1999, p. 161-190. []
  16. L’Humanité, 30 juin 1936 : « Les femmes dans les grèves » par Cilly Vassard [sic]. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. marie françoise dit :

    regarde aussi le petit film, c’est attendrissant et charmant mais les patates des banquets prolétariens sont toujours pelées par les femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *