De quoi l’internationalisme prolétarien communiste est-il le nom ?

Ouvrant la voie au débat historiographique et épistémologique, l’ANR Paprik@2F présente ici le point de vue de l’historienne Constance Margain sur les origines et la nature de l’internationalisme communiste, avant de proposer d’autres analyses et explications qui contribueront également à enrichir InternationaleCommunistela question.

La célèbre phrase de Karl Marx et Friedrich Engels « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » est l’acte de naissance de la notion d’internationalisme du mouvement ouvrier socialiste appelé ensuite prolétarien. Les ouvriers qui sont considérés comme ayant des conditions identiques de travail industriel et d’exploitation dans le monde doivent mener un combat politique international. Le mot « international » se confond avec les trois organisations du mouvement ouvrier qui se succèdent de 1864 jusqu’en 1943.

La fondation de la Première Internationale en 1864 apparaît comme une forme suprême d’organisation du pouvoir ouvrier en train de s’internationaliser. Cependant, la notion d’internationalisme n’a de cesse d’être prise en tenaille par la dichotomie national/international et ceci dès le début du XXe siècle. La Deuxième Internationale fondée en 1889, ne comprend en son sein que des partis nationaux alors que la Première Internationale rassemblait différents types d’organisations et n’avait pas de structures centralisatrices.

Congrès de Tours

Congrès de Tour (1920) : vue générale de la salle
Source: Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (2660)

Lors de l’éclatement de la Première Guerre mondiale, les intérêts des partis nationaux qui se dissocient, mettent fin à l’« utopie de la non-frontière » (Sophie Coeuré, Sabine Dullin (dir.), Frontières du communisme, Paris, La Découverte, 2007, p. 10). Rosa Luxemburg et Franz Mehring constatent pour leur part dans la revue Die Internationale en 1915 que la social-démocratie après l’échec de 1914 ne peut plus diriger aucune nouvelle Internationale. Cette notion renvoie donc à une réalité politique ancienne et fondamentale dans l’histoire de la social-démocratie puis du communisme qui s’empare du concept après 1919.

La fondation de la Troisième Internationale est le fruit de l’échec de l’internationalisme socialiste. Auparavant lors de la conférence de Kienthal en 1916, l’idée apparaît de répliquer à la guerre impérialiste par une révolution mondiale. La révolution russe bolchevique concrétise ces combats politiques.

Lénine associe l’internationalisme du mouvement social-démocrate au primat d’un parti unifié. C’est par cette matrice que peut être organisée la révolution universelle qui subordonne aux intérêts nationaux ceux de la classe ouvrière. En deuxième lieu, l’internationalisme doit être anti-impérialiste en associant libération nationale des pays dominés et victoire de la révolution soviétique.

L’URSS s’est prévalue d’internationalisme dans les acronymes de ses organisations (par ex. Komintern). Plus encore, les campagnes mondiales communistes, sans parler des congrès, slogans, discours, journaux, meetings, résolutions, hymne (L’Internationale fut l’hymne de l’URSS jusqu’en 1943), sont imprégnés d’internationalisme, du mot et de la pratique.

La volonté d’internationaliser la révolution russe se heurte au fur et à mesure à la nécessité politique de protéger les intérêts soviétiques. Cette tendance se renforce avec le concept de « socialisme dans un seul pays » et plus encore pendant la Seconde Guerre mondiale. En fait dès 1928, la protection de l’URSS devient un slogan et une réalité politique dans les partis et syndicats communistes. En 1934, les politiques du Front uni et de Front populaire marquent un retour à des politiques communistes plus nationales, mais le concept a imprégné de nombreux militants et ceci bien après la Seconde Guerre mondiale.

 Pour aller plus loin

Georges Bensussan, Georges Labica (dir.), Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, 1982, p. 615 : « Internationalisme »

Serge Wolikow, « L’échec des internationalismes au vingtième siècle », in : Nations, nationalismes, transitions, XVIe-XXe siècles, Paris, actes du symposium international de Rouen 12-15 novembre 1992, Éditions sociales, 1993

Une thèse en cours sur le sujet en Allemagne:

Gleb Albert, The Charisma of World Revolution : Revolutionary Internationalism in Early Soviet Society, 1917-1927, Université de Bielefeld (à paraître).

Pour citer ce billet : Constance Margain, « De quoi l’internationalisme prolétarien communiste est-il le nom ? », ANR PAPRIK@2F, 12 mai 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2047]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *