La CGT réunifiée à la recherche de l’unité internationale

Pietr Moskatov

Pietr Moskatov

Depuis le congrès de Toulouse (2 au 5 mars 1936), la CGT tient une place à part dans le paysage syndical mondial. Elle est en effet la première organisation syndicale nationale, depuis la scission de 1922 avec la CGTU, à avoir retrouvé le chemin de l’unité. Cette « expérience française », débutée sur le plan politique entre la SFIO et le PCF, donne à la CGT une dimension internationale. En effet, en quelques mois, l’unité a permis au mouvement syndical français d’obtenir des avancées sociales spectaculaires et a attiré à lui plusieurs millions d’adhérents au point de faire de la CGT une réelle organisation de masse représentative des travailleurs. Elle devient alors un exemple pour beaucoup, une curiosité pour d’autres. Parallèlement, le congrès d’unité de Toulouse avait émis le vœu de parvenir à l’unité internationale entre les deux centrales rivales, la Fédération Syndicale Internationale (FSI) et l’Internationale Syndicale Rouge (ISR), et mandaté son Bureau en ce sens.

Une CGT esseulée en faveur de l’unité internationale

A l’occasion du congrès de la FSI de juillet 1936 à Londres, Léon Jouhaux et Benoît Frachon représentent la CGT réunifiée. Face aux dirigeants de la FSI encore perplexes sur le cas français, le secrétaire général de la CGT et vice-président de la FSI intervient à la tribune du congrès pour exposer les motivations justifiant l’unité syndicale. Il met en avant la lutte nécessaire contre le fascisme et la guerre que seule l’unité internationale rendrait efficace. Il est appuyé par la résolution norvégienne préconisant l’ouverture de négociations entre la FSI, la Russie soviétique et l’ISR. Olav Hindhal, le délégué norvégien, estime que si tous reconnaissent que « la paix est indivisible », alors la FSI doit s’entendre avec l’URSS afin de former un front uni de la paix. Frachon intervient dans le même sens. Il défend l’idée d’un front international face à la menace fasciste qui ne se limite pas à la FSI et à l’Internationale Ouvrière Socialiste (IOS) mais qui s’ouvre aux organisations communistes en vue d’organiser un congrès international d’unité syndicale1.

Cependant les syndicalistes américains et anglais ne veulent pas d’une unité qui affaiblirait la puissance et l’influence de la FSI par l’entrée d’éléments communistes. Ils veulent obtenir des garanties en cas d’unité organique et se refusent à toute unité d’action préalable avec l’ISR. A l’issue de ces débats, le congrès de la FSI se prononce pour l’unité syndicale internationale mais, contrairement à la proposition norvégienne et française, en défendant le principe de l’unité du mouvement syndical international par le rétablissement de l’unité dans chaque pays. Ainsi est décidée l’ouverture de négociations avec les centrales syndicales d’Amérique, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Extrême Orient, d’URSS en vue d’établir l’unité syndicale à travers le monde, mais la FSI se refuse à discuter directement avec l’ISR2. Cette résolution, même minimale, fait de la CGT un exemple à suivre pour toutes les autres centrales. C’est ainsi qu’elle est invitée par le congrès des syndicats rouges de Tchécoslovaquie pour présenter son expérience unitaire malgré les mise en garde de Tayerlé, vice-président tchécoslovaque de la FSI, déconseillant à Jouhaux de répondre à l’invitation3. Les réticences sont donc encore fortes au sein de la direction internationale, malgré les déclarations de bonnes intentions.

Lorsque la guerre d’Espagne éclate, la question de l’unité internationale prend un caractère d’urgence4. Cependant, comme l’illustre l’exemple tchécoslovaque, la FSI ne se montre pas particulièrement coopérative. Lors de la réunion commune des bureaux de l’IOS et de la FSI du 22 octobre 1936, Jouhaux ne cache pas son amertume. Face à la situation internationale, à l’action conjuguée des puissances fascistes en Espagne, il soutient que l’union de toutes les forces prolétariennes est une nécessité et dit ne pas comprendre les hésitations de son organisation : « Certains refus persistants sont d’autant plus étonnants qu’ils ne correspondent pas à l’état d’esprit des masses. En s’opposant aux contacts et aux ententes nécessaires avec les autres représentants de la classe ouvrière internationale, certains membres de l’IOS et de la FSI prennent une lourde responsabilité et loin de servir notre mouvement, le place au contraire dans une posture difficile et réduisent son prestige légitime et sa puissance de rayonnement… en attendant les heures passent et le fascisme monte »5.

Une difficile ouverture

brb2805_001

Brochure de la Bibliothèque Marxiste de Paris
11 mai 1939

La situation va se débloquer avec les changements qui interviennent au même moment à l’Est. Après plusieurs mois de réflexions, l’IC scelle définitivement le sort de l’ISR. A la fin de l’année 1936, la dissolution prochaine de l’Internationale syndicale est rendue publique6. Le Bureau de la FSI décide alors d’adresser une lettre au Comité Central des syndicats d’URSS, le 28 octobre, dans laquelle il propose une rencontre afin de discuter de la réalisation de l’unité7. Cependant les engagements de la FSI ne sont, une nouvelle fois, pas suivis des faits. Des blocages, anglo-saxons principalement, persistent. Au début de l’année 1937, aucune négociation n’est encore engagée avec les syndicats d’URSS. En France, les ex-unitaires de la CGT dénoncent l’inaction de la FSI8. Ces reproches sont repris par Jouhaux lors du Conseil général de la FSI (30 juin – 3 juillet 1937), qui déclare que sur deux questions essentielles, la généralisation des 40 heures et la guerre d’Espagne, l’action de la FSI n’a pas revêtu l’ampleur et la vigueur nécessaires9. Walter Citrine, le président anglais de la FSI, lui répond par un discours passionné contre le communisme et le régime soviétique qu’il reconnaît antifasciste, mais non démocratique10. Cependant face à l’insistance française, espagnole11 et norvégienne, une délégation de la FSI comprenant Jouhaux, le Belge Walter Schevenels, secrétaire général de la FSI et le secrétaire adjoint Georg Stolz, se rend à Moscou en novembre 1937. Bien qu’il ne fasse pas partie de la délégation officielle, Frachon accompagne Jouhaux. On peut raisonnablement penser qu’il y est convié en raison de ses liens personnels avec certains responsables de l’ISR et de l’IC12. La réunion commune des délégations de la FSI et du conseil central des syndicats d’URSS (Moskatov, Chvernik et Nikolaieva) se tient du 23 au 26 novembre, à Moscou au Palais du travail. Les délégations discutent des conditions de l’unité des syndicats soviétiques avec la FSI sur la base de l’unité syndicale pour la lutte contre la guerre et le fascisme dans le monde entier. Concernant les structures, les Russes demandent la tenue d’un congrès extraordinaire de la FSI et l’institution de trois présidents au Bureau, dont un représentant des syndicats soviétiques. Ils réclament également l’un des postes de secrétaires généraux13. Parallèlement, Jouhaux profite de l’occasion pour rencontrer le Maréchal Vorochilov et Staline14 avant de repartir en France où le résultat de ces négociations est salué par tous, mais pas partout.

Les syndicalistes et socialistes suédois sont, par exemple, opposés à l’entrée des syndicats russes dans la FSI à tel point qu’ils menacent de quitter l’Internationale15. Alors qu’un courant de plus en plus grand se développe en son sein contre l’affiliation des syndicats soviétiques, le Bureau de la FSI se réunit les 12 et 13 janvier 1938 pour examiner la question. Il considère finalement inacceptable la demande de représentation des syndicats russes à la direction de la FSI et rejette donc leur entrée. Mais les ponts ne sont pas définitivement coupés, et des contacts s’établissent discrètement et sont certainement à mettre au compte de la CGT et des ex-Unitaires. Au mois de février 1938, Petr Moskatov se rend clandestinement à Paris. Représentant des syndicats soviétiques, il est en France pour poursuivre les négociations16. Il  rencontre Jouhaux pour la CGT, Citrine et Tyllet des trade unions, le belge de Brouckere, Schevenels et Stolz, c’est-à-dire les hommes les plus influents de la FSI. Ces entretiens précèdent la session annuelle du Conseil général de la FSI qui doit avoir  lieu du 17 au 21 mai 1938 à Oslo17. L’affiliation des syndicats soviétiques y est finalement rejetée par une large majorité, ainsi que la proposition complémentaire de Jouhaux de poursuivre les conversations18.

Ultime échec

Il faut attendre 1939 et l’invasion de la Tchécoslovaquie par Hitler, six mois après les accords de Munich, pour que la question de l’unité internationale que l’on croyait définitivement abandonnée revienne sur le devant de la scène. Les Britanniques, après trois années de politique d’apaisement, sont amenés à revoir leur stratégie. Ce repositionnement politique entraîne parallèlement une modification des analyses syndicales en Angleterre. Les trade unions, à l’image du parti travailliste, veulent désormais chercher l’alliance soviétique. Alors qu’ils étaient jusqu’ici des opposants déterminés à l’affiliation des syndicats russes, ils proposent de reprendre les pourparlers et de soumettre cette question au congrès de Zurich. La CGT accueille évidemment très favorablement ce revirement. Alors que plusieurs centrales syndicales européennes ont été anéanties en quelques années, en Allemagne, en Autriche, en Tchécoslovaquie ou en Espagne, elle considère urgent de rassembler toutes les forces ouvrières organisées comme elle le réclame depuis 193619. Mais si le courant favorable à l’unité internationale se renforce au sein de la FSI, il reste encore des opposants. Les membres du Bureau de la CGT de Belgique, par exemple, sont unanimes à considérer qu’il n’y a pas lieu de revenir sur la décision de mai 1938. De plus, la CGT belge estime que la politique générale européenne (entente France, Russie et Angleterre) ne constitue pas un motif suffisant pour modifier la décision d’Oslo. Pour ces motifs, elle fait savoir à ses homologues anglais qu’elle ne peut en aucun cas se rallier à leur proposition20. A Zurich, l’unité syndicale est donc de nouveau au centre des discussions. Le président de la FSI, Walter Citrine, souligne l’importance que les trade unions attachent désormais à la coopération et à la collaboration avec l’Union soviétique, en raison des graves événements récemment survenus. Jouhaux et Racamond, délégués de la CGT, interviennent en faveur de cette adhésion en soulignant que l’unité internationale est en mesure d’apporter la seule réponse efficace aux périls croissants de la situation internationale. Les délégués autrichiens enfin, « forts » de leur expérience du fascisme, appuient l’unité avec les syndicats soviétiques21. Mais la centrale américaine et celles des pays nordiques, excepté la Norvège, menacent toujours de démissionner. Mertens, de la CGT belge, se livre quant à lui à une attaque contre le communisme et l’URSS qu’il accuse d’avoir abandonné l’Espagne, ce qui provoque l’indignation des délégués espagnols et mexicains22. Moins polémiques, les délégués de Suède, de Finlande, du Danemark et de la Pologne justifient leur attitude en exposant les difficultés intérieures et extérieures de leurs pays respectifs et la position de neutralité de leurs gouvernements vis-à-vis de l’Allemagne hitlérienne23. A l’issue du vote, l’adhésion des syndicats soviétiques est repoussée par 46 voix contre 37. Ce résultat marque, malgré tout, une poussée incontestable du courant unitaire par rapport à l’année précédente, à Oslo24.

A la veille de la guerre, l’idée d’unité syndicale internationale a donc progressé dans de nombreux pays. L’action de la CGT, le développement du fascisme et la dégradation du climat européen participent de  cette évolution qui reste toutefois insuffisante pour l’emporter aux voix à la FSI. L’anticommunisme et l’attachement aux réalités nationales maintiennent les syndicats russes isolés et empêchent la réalisation de l’unité internationale souhaitée par la CGT depuis sa propre réunification. Cette unité, que ses partisans considèrent comme la seule arme efficace contre le danger fasciste, est a contrario jugée insuffisante pour ses détracteurs qui, tel Belin secrétaire adjoint de la CGT,  estime que « c’est là un bobard. La paix ou la guerre ne dépend pas de l’affiliation des syndicats soviétiques à la FSI… Vis-à-vis de l’évolution des événements internationaux, la composition de la FSI ne joue qu’un rôle à peu près insignifiant »25. La suite lui donnera raison.

Pour citer ce billet : Morgan Poggioli, « La CGT réunifiée à la recherche de l’unité internationale », ANR PAPRIK@2F, 16 mai 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2039]

  1. Le Peuple, 10 juillet 1936 : « Le Congrès de la FSI » []
  2. La Vie Ouvrière, 17 juillet 1936 : « Résolution du Congrès de la FSI sur l’unité internationale » []
  3. IHS CGT, CFD 97/43 : Lettre de Tayerlé à Jouhaux, 9 octobre 1936 []
  4. IHS CGT, CFD 97/1 : Lettre de l’UGT à la FSI, 20 novembre 1936 []
  5. Le Populaire, 28 octobre 1936 : « La politique syndicale » []
  6. Elle disparaîtra en 1937, cf. TOSSTORFF R., Die Rote Gewerkschafts-Internationale, 1920-1937 , Thèse de doctorat, Université de Mainz, 1999 []
  7. IHS CGT, CFD 97/43 : Lettre du secrétariat de la FSI au CC des syndicats d’URSS, 29 octobre 1936 []
  8. La Vie Ouvrière, 4 février 1937 : « Pour avoir la paix, il faut la vouloir et savoir la défendre » []
  9. Le Peuple, 1er juillet 1937 : « Le Conseil général de la FSI » []
  10. La Vie Ouvrière, 15 juillet 1937 : « La réunion du conseil général de la FSI » []
  11. IHS CGT, CFD 97/43 : Télégramme de Largo Caballero à la FSI, 20 août 1937 []
  12. GIRAULT J., Benoît Frachon, communiste et syndicaliste, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1989, p.180 []
  13. IHS CGT, CFD 97/43 : Compte rendu de la réunion commune des délégations de la FSI et du CC des syndicats d’URSS, du 23 au 26 novembre 37, à Moscou []
  14. MARIE J.-J., « La rencontre Jouhaux-Staline », in Ouvrage collectif, Léon Jouhaux d’Aubervilliers au prix Nobel, Paris, La Documentation Française, 2010, p. 73-75 []
  15. AN, F7/15972/3 : Rapport de l’Agence Fournier au sujet du voyage de Jouhaux à Moscou, 7 janvier 1938 []
  16. AN, F7/15972/3 : Rapport de police sur la présence de Moskatov à Paris, 22 février 1938 []
  17. IHS CGT, CFD 97/42 : Bulletin de la FSI, 26 avril 1938 []
  18. Le Peuple, 20 mai 1938 : « La FSI a repoussé l’affiliation des syndicats soviétiques à son congrès d’Oslo » []
  19. La Vie Ouvrière, 22 juin 1939 « Action commune et unité internationale » []
  20. IHS CGT, CFD 97/43 : Réponse de la CGT belge à la centrale syndicale de Grande Bretagne, 30 mai 1939 []
  21. La Vie Ouvrière, 13 juillet 1939 : « Après le congrès de la FSI, la question de l’unité syndicale internationale reste posée » []
  22. La Vie Ouvrière, 3 août 1939 : « Après Zurich, l’unité se fera quand même » []
  23. La Vie Ouvrière, 13 juillet 1939 : « Après le congrès de la FSI, la question de l’unité syndicale internationale reste posée » []
  24. L’Union des métaux, juillet-août 1939, n°247 : « Après Zurich. Vive l’unité syndicale internationale ! » []
  25. Syndicats, 12 juillet 1939 : « Après le congrès de la FSI à Zurich, où sont les responsabilités ? » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *