Séminaire ANR Paprik@2F: « L’anticommunisme. Figures, idées, pratiques »

La quatrième séance du séminaire « Archives et histoire du communisme » dans le cadre des journées d’études ANR Paprik@2F aura lieu le 14 mai 2014 de 14h à 18h à l’Université Paris-IV, salle 035 (Maison de la recherche, 28 rue Serpente, Paris.)

N9013235_JPEG_1_1DML’anticommunisme est une idéologie partagée, à des degrés divers et selon des temporalités complexes, par toutes les forces politiques de l’entre-deux-guerres. La SFIO rescapée du congrès de Tours (déc. 1920) possède un solide courant d’anticommunisme en son sein : sa force, ses ramifications internationales (les liens, par exemple, avec les mencheviques en exil des années 1920), son évolution sous l’effet de la scission « néo », de la dynamique de Rassemblement populaire, de l’échec du Front populaire et du pacte germano-soviétique mériteraient une journée d’études à eux seuls. Le souvenir de la guerre civile russe, les conflits syndicaux dans la CGTU et la question de l’organisation ont laissé ouvert un lourd contentieux avec l’anarchisme. Si l’on y ajoute l’attitude de la nébuleuse radicale-socialiste et la formule célèbre du ministre de l’Intérieur Albert Sarraut, « le communisme, voilà l’ennemi », l’anticommunisme des gauches est une réalité massive. Cela dit, l’anticommunisme est d’abord une spécialité voire une obsession des droites, qui font preuve d’une inventivité incontestable en la matière, à l’instar du Centre de Propagande des Républicains Nationaux (CRPN) du député Henri de Kerillis (1927-1939), qui inspire le Comité Paix et Liberté dans les années 1950. Sans doute faudrait-il réfléchir au caractère englobant et trompeur du terme même d’« anticommunisme ».

La séance du séminaire de l’ANR Paprik@2F propose d’aborder ces problèmes sous deux angles, celui des intellectuels, à travers les cas du philosophe libéral Raymond Aron (Joël Mouric) et de l’intellectuel d’Action française Thierry Maulnier (Ludovic Morel), et celui de l’anticommunisme d’État, de Daladier à Vichy, à travers trois communications qui poseront la question toujours délicate de la continuité des pratiques et des personnels de la répression républicaine et vichyste au moment du tournant déterminant de la politique extérieure soviétique et de la rupture du Front populaire.

Accueil : Olivier Forcade, professeur d’histoire contemporaine à Paris-Sorbonne et directeur de la Maison de la Recherche

Session 1 : Anticommunisme et intellectuels (sous la présidence d’Olivier Dard, professeur à l’Université Paris-IV, Sorbonne) :

  • Joël Mouric (chercheur associé, CRBC Université de Bretagne Occidentale): Raymond Aron et le communisme
  • Ludovic Morel (docteur, Université de Lorraine) : Thierry Maulnier et le communisme

Session 2 : Anticommunisme(s) d’Etat (sous la présidence de Jean Vigreux, professeur à l’Université de Bourgogne)

  • Louis Poulhes (doctorant, Université de Bourgogne) : 26 septembre 1939 : la dissolution des organisations communistes
  • Florent Gouven (professeur certifié, master 2, d’Avignon), Frédéric Monier (professeur des Universités, Centre Norbert Elias, Avignon) : Les acteurs ordinaires d’un anticommunisme inédit : surveillance, délation, répression en province (été 1938- été 1940)
  • Violaine Challéat-Fonck (conservateur du patrimoine au département de la Justice et de l’Intérieur des Archives nationales) : La répression judiciaire des communistes par le Gouvernement de Vichy à travers les archives de la section spéciale de la cour d’appel de Paris (1941-1944)

Pour en savoir plus cliquez ici

Pour consulter le programme complet du séminaire ANR PAPRIK@2F  cliquez ici.

L’accès est libre et gratuit.
Contact : aurelia.vasile@u-bourgogne.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *