« Unité ! Unité ! » La question internationale dans la réunification syndicale de 1935

FSIAprès le succès de la grève générale du 12 février 1934 et l’unité réalisée dans l’action entre la CGT et la CGTU, les initiatives unitaires se multiplient à partir de l’été 1934. Si la direction confédérée refuse les propositions d’action commune de la CGTU et lui préfère l’unité organique, les premières entorses à la règle apparaissent en Saône-et-Loire, en région parisienne, dans les Alpes-Maritimes, ou encore dans la Drôme1. Parallèlement, la constitution de syndicats uniques préconisés par la CGTU connaît de rapides succès et renforce ses positions2. D’abord initié chez les cheminots, l’expérience se développe dans les autres corporations, aux PTT, dans le tabac, l’enseignement, les transports de la région parisienne, le bâtiment et la métallurgie3.

La question des fractions

Alors que les débuts du Front populaire, lancé par le PCF à l’automne 1934, rencontrent encore l’opposition des radicaux et des socialistes, l’unité syndicale, elle, connaît des progrès significatifs. Pourtant plusieurs obstacles subsistent encore au début de l’année 1935, en particulier au sujet de l’indépendance syndicale et de l’adhésion internationale. Depuis plusieurs mois, les pourparlers engagés entre les deux organisations (1ère rencontre en octobre 1934) achoppent sur ces points. Aussi à la demande des français, l’Internationale Communiste (IC) puis l’Internationale Syndicale Rouge (ISR) reconnaissent la nécessité d’abandonner les fractions communistes au sein des syndicats4. Par le terme de fraction, on désigne alors le regroupement clandestin des syndiqués communistes pour exercer ou s’emparer de la direction des organisations dont ils sont membres. Cette renonciation est officiellement annoncée le 6 juin par Marcel Gitton, secrétaire de la CGTU dans L’Humanité. Le même jour, la Commission exécutive de la CGTU lance un appel « pour le rassemblement et l’action sur un programme positif, contre les oligarchies financières et industrielles »5.

L’impossible réunification internationale

Le 14 juin, la CA de la CGT prend acte des nouvelles dispositions contenues dans la résolution unitaire et répond favorablement à la demande de reprise des négociations en vue de reconstituer la CGT unique6. Une commission composée de Raoul Lenoir, René Bard, Henri Cordier, Charles Laurent, Albert Perrot, Auguste Savoie et Jules Sourbet, est désignée pour reprendre les discussions qui s’étendent du  27 juin au 24 juillet 1935. La délégation unitaire se compose quant à elle de Gaston Monmousseau, Benoît Frachon, Marcel Gitton, Julien Racamond, Pierre Sémard, Raymond Sémat et Ambroise Croizat. Les débats portent principalement sur l’indépendance syndicale, le cumul des mandats politiques et syndicaux, la liberté d’opinion, la représentation proportionnelle et l’adhésion internationale de la future CGT unique. Sur cette dernière question, Monmousseau propose que chacune des deux centrales syndicales fasse pression auprès de son Internationale afin de hâter la reconstitution de l’unité internationale, évitant ainsi au mouvement syndical français de choisir. Si les confédérés rejoignent Monmousseau dans son intérêt porté à l’unité internationale et au rôle que pourraient y jouer les syndicats français, ils ne peuvent pour autant concevoir une future CGT unique avec des syndicats affiliés à l’Internationale Syndicale Rouge (ISR) et d’autres à la Fédération Syndicale Internationale (FSI), en attendant une éventuelle réunification à l’échelle internationale. En effet, les confédérés sont parfaitement conscients qu’à la FSI, la question de l’unité rencontre de nombreuses résistances. Walter Citrine, représentant des trade-unions anglais ou Walter Schevenels, secrétaire général de la FSI, se montrent perplexes, pour ne pas dire hostiles, à toute idée de rapprochement avec l’Internationale moscovite. Aussi la réunification internationale apparaît plus qu’incertaine.

La tactique de Frachon

Benoît Frachon propose alors de laisser le congrès de réunification « trancher » et décider de l’affiliation internationale de la future centrale réunifiée. Face l’étonnement des confédérés7, Frachon déclare que les unitaires se soumettront au vote du congrès d’unité, mais refuse qu’une telle décision puisse être prise par une commission, sans que les syndicats de base aient été consultés. Au vu du rapport de forces (deux tiers/un tiers en faveur des confédérés), se soumettre au vote du congrès d’unité signifie pour les unitaires d’accepter de quitter l’ISR pour la FSI. Mais Frachon confirme sa position le 24 juillet, proposant que chacune des centrales travaille à l’unification des deux Internationales et que, d’ici là, le congrès d’unité vote pour l’une ou l’autre. Une nouvelle fois, Lenoir explique que les unitaires perdront à coup sûr sur cette question au congrès et Frachon de garantir qu’il s’inclinera devant le choix des congressistes. En réalité, si les unitaires acceptent de perdre d’avance sur ce point important, c’est qu’à partir de l’été 1935 – ce que les confédérés ignorent – l’existence même de l’ISR est compromise. À Moscou, on s’interroge sur la pertinence de maintenir une organisation syndicale internationale qui ne réunit guère que les syndicats russes et n’a pas de véritable implantation en Europe occidentale8. L’idée de proposer l’adhésion des syndicats soviétiques à la FSI, et non une réunification des deux Internationales, est même avancée par les délégués français au mois d’août, lors du VIIème Congrès de l’Internationale Communiste9.

Lors du Congrès de Toulouse de mars 1936, scellant la réunification de la CGT, l’adhésion immédiate à la FSI sera effectivement obtenue sans difficultés par 5463 voix contre 2513 et 243 abstentions. Mais pour les Unitaires, l’important est moins de devoir quitter une Internationale en sursis (elle sera dissoute en 1937) que de « se compter » et de peser dans le cadre d’un rapport de force qu’ils entament avec les confédérés dans la perspective d’inverser les rôles10. Ils y parviendront, mais en 1945.

Pour aller plus loin:
Morgan Poggioli, La CGT du Front Populaire à Vichy (1934-1940), Montreuil, Editions IHS-CGT, 2007

Pour citer ce billet : Morgan Poggioli, « « Unité ! Unité ! » La question internationale dans la réunification syndicale de 1935 », ANR PAPRIK@2F, 25 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1987]

  1. PARK D., Les pratiques unitaires entre les syndicats, les fédérations et les unions départementales : C.G.T.-C.G.T.U. de 1929 à la réunification syndicale de 1936, Thèse, Paris 1, 1995. []
  2. BOULOUQUE S., « Les unitaires, le Front populaire et l’unité syndicale : mutations sociales, actions collectives et pragmatisme partisan », in MORIN G., RICHARD G. (dir.), Les deux France du Front populaire. Chocs et contre-chocs, Paris, L’Harmattan, 2008 p. 157-165. []
  3. POGGIOLI M., « Le syndicalisme précurseur de l’unité : politisation et recomposition interne », in MORIN G., RICHARD G. (dir.), Les deux France du Front populaire. op. cit., p. 147-155 []
  4. TOSSTORFF R., Die Rote Gewerkschafts-Internationale, 1920-1937 », Thèse, Université de Mainz, 1999. []
  5. La Vie Ouvrière, 14 juin 1935 : « CE de la CGTU » []
  6. Le Peuple, 15 juin 1935 : « CA de la CGT ». []
  7. La Vie Ouvrière, 5 juillet 1935 : « Compte rendu sténographié de l’entrevue du 27 juin entre la CGT et la CGTU ». Lenoir est réellement surpris : « Ca veut dire que vous accepterez d’adhérer à la FSI ? Car la question ne se pose pas pour nous, nous sommes certains qu’il n’y aura pas un syndicat chez nous qui soit pour l’ISR ». []
  8. IHS CGT, 1936, le congrès d’unité, Paris, Editions de l’IH CGT, 1986, Annexes, p.47. L’ISR compte 22 millions d’adhérents dont 20 en Union soviétique où le syndicalisme libre n’existe pas. Reste alors 2 millions d’adhérents répartis à travers le reste du monde dont 264 000 à la CGTU. []
  9. IHC, 517/1/1711 : Projet confidentiel de la délégation française au secrétariat de l’IC, 8 août 1935. []
  10. Boulouque S., « Intervention de Benoît Frachon à la conférence clandestine de l’Internationale syndicale rouge (Moscou, 23 août 1935) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2003/3 no 79, p. 105-116. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *