Le Parti communiste et le livre

couverture PCFlivreDès sa création, en 1920, le Parti communiste français accomplit de nombreux efforts afin de se doter de structures éditoriales efficaces. Le projet communiste, en effet, cherche à associer dès ses origines « le savoir et l’émancipation politique et sociale»1. Dans cette optique, le livre constitue une arme dont le mouvement ouvrier doit se saisir. Plus qu’une simple présentation de la politique du parti, comme c’était le cas pour le mouvement socialiste dès le début du XXe siècle, le livre s’inscrit ainsi pleinement dans le projet de révolution culturelle, devient un outil d’éducation populaire et participe à l’éveil des consciences. Cette politique du livre est l’objet d’un nouvel ouvrage à paraître aux Éditions Universitaires de Dijon, Le Parti communiste français et le livre, écrire et diffuser le politique en France au XXe siècle, 1920-1992, dirigé par Jean-Numa Ducange, Julien Hage et Jean-Yves Mollier.

Très tôt, l’Internationale communiste (IC) se dote d’un service éditorial à la tête d’un important réseau de maisons d’éditions communistes à travers le monde. À l’issue du congrès de Tours, le PC-SFIC hérite quant à lui du journal L’Humanité (fondé par Jaurès en 1904) ainsi que de sa librairie. Celle-ci, dirigée par Boris Souvarine, est chargée d’éditer, sous forme de livres et brochures, les discours des dirigeants, les comptes rendus de congrès ou l’histoire du mouvement ouvrier. Ses tirages correspondent aux tirages moyens de l’édition française de l’époque et si dans son catalogue, se côtoient d’abord héritage socialiste français et idéologie bolchevique, la bolchevisation a des effets radicaux sur son organisation. Les éditions du PC-SFIC sont ainsi désormais totalement contrôlées par le service d’édition du Komintern, aussi bien pour le choix des textes publiés que dans toutes les étapes de la chaîne éditoriale. La librairie de l’Humanité est alors remplacée par deux maisons d’édition distinctes : le Bureau d’édition (BE), de diffusion et de publicité en 1925, chargé des brochures d’actualités et les Éditions sociales internationales (ESI) en 1927, chargées des textes considérés comme idéologiquement majeurs, envoyés directement depuis Moscou. Le but est alors de diffuser, de manière la plus uniforme possible, la culture politique bolchevique dans les sections de l’Internationale, à travers des textes irréprochables dans le fond et la forme. Néanmoins ce contrôle de l’IC alourdit considérablement le processus de publication et les ventes sont loin d’être satisfaisantes. Les choix éditoriaux ne répondent pas aux attentes de militants français qui attendent davantage de publications traitant de la vie politique et sociale française.

Avec la crise des années 1930, le revirement est total. Désormais, l’édition de manuels formant les militants au marxisme-léninisme devient une priorité, de même que la diffusion d’une culture communiste propre aux pays, dans l’esprit de la construction de la stratégie de Front populaire. Dans le catalogue des maisons d’édition du Parti, les auteurs français reprennent la première place et apparaît également la volonté de s’insérer dans le marché du livre. Dès 1932, le PC crée le Centre de diffusion du livre et la presse (CDLP) afin de moderniser une diffusion qui, jusque-là, ne passait que par des canaux militants. Néanmoins, le BE et les ESI ne parviennent pas à s’imposer dans un marché dominé par quelques géants de l’édition et l’ambition d’édition de masse et de diffusion large est abandonnée. La donne change encore avec la Deuxième Guerre mondiale, période pendant laquelle le PCF devient le « premier éditeur clandestin de France»2. Encore à la Libération, les maisons d’édition du PCF restent un des rares modèles d’édition partisane. Le contexte des années 1960 entraîne par la suite un véritable essor du livre politique et la constitution d’un certain nombre de maisons d’édition d’extrême-gauche, sans oublier les librairies qui en assurent la diffusion.

En s’appuyant sur des sources nouvelles et des témoignages d’auteurs, Le PCF et le livre complète à la fois les travaux menés sur la culture communiste, montre tout l’enjeu de l’édition pour le parti communiste tout en s’inscrivant dans une histoire plus globale du livre politique au XXe siècle.

Pour aller plus loin :

DUCANGE, Jean-Numa, HAGE Julien, MOLLIER Jean-Yves (dir.), Le Parti communiste français et le livre : écrire et diffuser le politique en France au XXe  siècle (1920-1992), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2014.

Pour citer ce billet: Eloise Dreure « Le Parti communiste et le livre », ANR PAPRIK@2F, 11 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1949]

  1. WOLIKOW Serge, « Le livre et l’édition dans le monde communiste européen », in DUCANGE, Jean-Numa, HAGE Julien, MOLLIER Jean-Yves (dir.), Le Parti communiste français et le livre : écrire et diffuser le politique en France au XXe  siècle (1920-1992), Dijon, EUD, 2014 []
  2. Marie-Cécile BOUJU, « Le premier âge des maisons d’édition du Parti communiste français (1920-1958) » in DUCANGE, Jean-Numa, HAGE Julien, MOLLIER Jean-Yves (dir.), Le Parti communiste français et le livre : écrire et diffuser le politique en France au XXe  siècle (1920-1992), Dijon, EUD, 2014. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *