Révolution 1918 : mythe et réalités de l’influence bolchevique en France

1989_CPA_6127

Timbre soviétique à l’effigie de Ian Berzine émis en 1989

Mesurer la réception du bolchevisme hors de Russie à partir de la révolution d’Octobre 1917 est un exercice particulièrement complexe dès que l’on tente de dépasser l’évocation de la « grande lueur à l’Est », selon la métaphore célèbre de l’écrivain pacifiste Jules Romains employée dans le contexte tout autre de la fin des années 1930. L’impact des événements de février et d’octobre 1917 sur les épisodes de grèves et de mutineries chez les Alliés et les neutres n’est pas simple à documenter : ces mouvements sociaux, qui laissent peu de traces archivistiques, possèdent une dynamique endogène sur laquelle les événements révolutionnaires peuvent exercer un rôle mobilisateur difficile à mesurer. Tous ces événements s’inscrivent dans une période cruciale d’agitation ouvrière et de démobilisation violente des armées européennes souvent qualifiée de révolutionnaire, en raison de l’effondrement entre 1917 et 1920, de quatre empires en Europe et de l’avènement du bolchevisme en Russie. Les années 1917-1921 sont marquées par ailleurs par la reprise du Labour unrest enclenché avant-guerre, qui touche l’Europe occidentale à des degrés divers et provoque une vaste mobilisation ouvrière. L’Internationale socialiste, née dans les années 1880, sort discréditée par la guerre et l’année 1919 inaugure une concurrence nouvelle pour le leadership du mouvement ouvrier international marquée par la création à Moscou de la IIIe Internationale bolchevique destinée, selon Lénine et les bolcheviks, à régénérer le mouvement socialiste international ayant trahi sa vocation révolutionnaire en 1914. Dans ce contexte, la France apparaît à la fois comme la règle et l’exception. La République est solide grâce à sa victoire, mais la France est marquée par les mobilisations ouvrières, qui se réveillent en 1917 et culminent avec les journées de mai 1920. Quelle est cependant l’impact réel du bolchevisme sur cette agitation précoce en 1917-1918 ? L’influence directe de la propagande bolchevique et de ses agents sur les fractions radicales et ultragauchistes de la fin de la guerre est délicate à étudier dans un contexte dominé par la censure, l’assimilation du pacifisme au défaitisme et la fermeture des frontières. Le cas de la légation bolchevique de Berne en 1918 est particulièrement révélateur à cet égard.

L’installation de la Légation bolchevique à Berne

La légation bolchevique dirigée par Ian Berzine et composée de 17 membres arrive à Berne le 17 mai 1918. À cette date, ni la France ni la Suisse ne reconnaissent la Russie des Soviets. L’action exclusivement officieuse de la légation est par ailleurs courte, dans la mesure où elle est expulsée de Suisse en novembre 1918, dans un contexte tendu par la grève générale orchestrée par le Parti socialiste et marqué par un anticommunisme actif qui permet de tenir ensemble les cantons helvétiques attirés dans les orbites conflictuelles des belligérants. Ian Berzine (1889-1938) est un bolchevique balte qui entame alors une nouvelle carrière diplomatique, avant de rejoindre les organes de sécurité soviétiques (il occupera d’importantes fonctions pendant la Guerre d’Espagne, avant d’être fusillé pendant la Grande Terreur). D’une santé fragile, il est confronté en Suisse à une activité écrasante avec un personnel réduit et peu qualifié. En tout, comme l’ont montré les historiens Antoine Fleury et Danièle Tosato-Rigo, il adresse à Moscou une vingtaine de rapports. Si sa mission principale est d’entrer en contact avec les représentants des Alliés et des pays neutres et d’y faire un travail d’information sur leur situation et sur la révolution bolchevique, il doit aussi tisser des réseaux avec les militants socialistes ou syndicaux pro-bolcheviques de la région. Dès 1918, il repère dans la jeunesse socialiste suisse un militant plein d’avenir, Willi Münzenberg.

Lénine met la pression

La mission principale de Berzine est quasi-impossible à remplir : « [Les Alliés], écrit-il dans l’un de ses rapports, ne nous prendront en considération que lorsque nous aurons un tant soit peu montré notre force ». Il se montre plus optimiste en ce qui concerne son travail d’information et de propagande : « Le travail d’information est bien mis en train », écrit-il au Narkomindel en juillet 1918. Il diffuse ainsi l’appel « Aux masses laborieuses de France, d’Angleterre, d’Amérique et d’Italie »1 signé par Lénine, Trotski et Tchitchérine. « Sans compter les voies légales, nous utilisons toutes les possibilités illégales pour le répandre en France et en Italie. » Mais elles sont minces, alors que les attentes des bolcheviks « encerclés par les puissances capitalistes » en Russie sont grandes. « N’économisez pas d’argent » lui écrit Lénine le 14 août 1918, puis encore le 20 octobre 1918 : « Ne lésinez pas à dépenser des millions pour les communications illégales avec la France et pour l’agitation parmi les Français et les Anglais. » « Deux ou trois fois par semaine, ajoute-t-il le 18 octobre, vous devriez rencontrer des gens comme Guilbeaux, Hubacher, et autres, de Genève, des Italiens de Lugano, des Allemands de Zurich (pas comme Platten, mais meilleurs : des travailleurs gauchistes de Zurich). Appointez des agents parmi eux, et payez-les extrêmement généreusement pour leurs voyages et leur travail. Prêtez une attention minimale aux formalités officielles. Prêtez une attention maximale aux publications et aux voyages illégaux. Je vous envoie des pamphlets : ordonnez immédiatement (et de façon urgente) la traduction dans toutes les langues. Publiez, publiez, publiez2 » En fait de publications et de millions, les résultats semblent modestes. Le contraste entre les incitations du « centre » moscovite et les réalités de la Suisse neutre et de la France en guerre est abyssal. La paix séparée de Brest-Litovsk (mars 1918) a pour le moins compliqué des contacts déjà réduits. La crainte du désordre et de l’influence bolchevique sur la politique intérieure suisse aboutit à l’expulsion de la légation en novembre 1918.

Henri Guilbeaux : un agent bolchevique ?

L’intermédiaire essentiel entre les bolcheviks de la légation et les milieux syndicalistes et socialistes en France à ce moment est le journaliste pacifiste Henri Guilbeaux. « Ce jeune révolutionnaire inconnu », écrit Romain Rolland dans son journal de guerre, est devenu  « une célébrité révolutionnaire, l’apôtre du bolchevisme en Occident » en raison des poursuites dont il est l’objet en Suisse même, sous l’impulsion de la Légation militaire française installée dans la ville helvétique. Guilbeaux est un personnage un peu trouble, membre du Groupe communiste français de Russie puis biographe officiel de Lénine en 1924. Réformé en avril 1915, il s’est rendu en Suisse dès le mois de mai pour y rejoindre Rolland qu’il admire. Proche du groupe de La Vie ouvrière, il est nourri, comme le note Annie Kriegel, de l’idée d’une « convergence des civilisations européennes […] vers une mission de paix sous le signe et par la vertu de l’art et de la beauté » – un objectif incompatible avec la culture de guerre du premier conflit mondial. Son pacifisme rollandien évolue cependant vers le pro-bolchevisme au fur et à mesure que la guerre avance : « Le seul moyen dont les peuples disposent pour faire la paix, c’est la révolution, tout le reste n’est que littérature », écrit-il avec des accents léninistes. Dès 1916, il est dénoncé en France comme un agent de l’Allemagne. Il anime la revue mensuelle Demain (1916-1918), l’organe du zimmerwaldisme français en Suisse, où s’exprime une sympathie ouverte pour le bolchevisme. En janvier 1918, le n°21 expose ainsi le programme des bolcheviks en matière d’instruction publique. En mars, d’autres textes de Lénine sont publiés, en particulier sur la dissolution de l’assemblée constituante. Guilbeaux signe également le protocole de départ de Lénine en avril 1917, qui lui permet de rentrer en Russie. Condamné à mort par contumace en février 1919, il est contraint à une vie d’exil qui le mène à Moscou dès mars 1919, plus tard en Allemagne, où il connaît la misère avant son retour en France en 1933.

Les grèves de la Loire

Selon les services de police français (Archives nationales, F/7/13372), Guilbeaux aurait touché et transmis des fonds à Raymond Péricat, alors engagé dans une tentative avortée de grève générale insurrectionnelle en France. Guilbeaux aurait rencontré Berzine dès le 16 mai 1918, fortement recommandé par Lénine qui voit en lui un homme de confiance utilisable pour les tâches de propagande et de traduction. Dans ses mémoires de 1933, Guilbeaux signale en effet qu’il est appointé par la légation bolchevique. Après le départ de Lénine, au printemps 1917, Guilbeaux, représentant de la gauche zimmerwaldienne française en Suisse, renseigne tant bien que mal les bolcheviks sur la situation en France, et échange une correspondance avec Kalinine, signalée par Rolland dans son journal. C’est dans ce jeu de double aveugle que la Légation bolchevique de Berne exerce son action d’influence. Le 27 janvier 1918, Guilbeaux adresse un long télégramme à l’antenne bolchevique à Stockholm, intercepté par les services français : « Huit mille ouvriers bâtiment et métaux Saint-Étienne après exposé situation fait par Merrheim protestent contre condamnation militants demandent dénonciations traités secrets et acclament Internationale ouvrière. Berner Tagwacht annonce troubles révolutionnaires à Lyon et Saint-Étienne. Je n’ai pu contrôler ces faits mais on m’annonce troubles à Marseille »3. Kalinine, pour sa part, lui écrit le 26 avril 1918 : « Notre position intérieure est tout à fait ferme, la contre-révolution est écrasée définitivement […] Mais notre position extérieure est très difficile. C’est la discorde entre grands bandits d’impérialisme [sic] qui nous sauve, pour le moment ». Pourtant, la guerre civile commence à peine, et la révolution à l’Ouest n’est pas à l’ordre du jour. Mais ces représentations croisées structurent les attentes réciproques caractéristiques du temps troublé de 1918. En mai, des grèves éclatent dans le bassin de la Loire (Roanne et Firminy), zone-clef de l’effort de guerre français. Le 25 mai, le gouvernement intervient, réprime le mouvement de grève qui se veut générale et décapite le Comité de Défense Syndicaliste (CDS) de Péricat, un groupuscule anarchiste autonome émanant de la CGT, dominé par les ouvriers du Bâtiment et de la métallurgie. Le journaliste Fernand Desprès, antimilitariste, anarchiste et ancien de La Guerre Sociale de Gustave Hervé, s’est rendu en Suisse auprès de Guilbeaux. Peut-être ce dernier lui a-t-il transmis des fonds. Il n’en faut pas plus pour prouver le « complot ». Clemenceau, écrit le secrétaire de la CGT Léon Jouhaux, attendait les pacifistes minoritaires « au détour du chemin ». Malgré son échec rapide et son manque d’envergure par rapport aux événements de 1917, le mouvement de mai 1918 est ce qui se rapproche le plus d’une tentative de « sortie » de la guerre par l’appel de la classe ouvrière à la grève générale. De ce fait, le cas Guilbeaux est intéressant. Parce qu’il est l’un des tout premiers passeurs du bolchevisme en France, à l’époque héroïque des virtualités révolutionnaires, il est aussi la victime de la répression efficace de la France clémenciste, et ses actions, même infimes, se teintent d’une aura de subversion qui n’est pas sans conséquence pour la suite – la scission du mouvement ouvrier français en 1920.

Pour aller plus loin:

Antoine Fleury et Danièle Tosato-Rigo, « A propos de la représentation diplomatique soviétique à Berne (mai-novembre 1918) : un nouvel éclairage à la lumière des rapports de Jan Berzine », Traverse, vol.3, 1995 [en ligne : http://dx.doi.org/10.5169/seals-8119]

Henri Guilbeaux, Du Kremlin au Cherche-Midi, Paris, Gallimard, 1933

Annie Kriegel, Aux Origines du communisme français, tome 1, Paris, Mouton, 1964

Romain Rolland, Journal des Années de Guerre, Paris, Albin Michel, 1952

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « Révolution 1918 : mythe et réalités de l’influence bolchevique en France », ANR PAPRIK@2F, 9 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1936]

  1. www.trotsky-oeuvre.org/18/10/181000.html []
  2. Charles Hubacher est le secrétaire des syndicats métallurgistes de Genève. Fritz Platten (1883-1944) est un socialiste suisse présent lors de la conférence de Zimmerwald. []
  3. AN, F/7/15965/2 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bernard BRETONNIERE dit :

    Ne s’agirait-il pas plutôt de Romain Rolland ?! Jules Romains n’était guère pacifiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *