L’Avenir Social. À l’école du Communisme ?

Dans la série « lieux » de notre blog, Victor Lagarde vous propose aujourd’hui une présentation d’un orphelinat ouvrier, géré par le Secours Ouvrier International (SOI), « l’Avenir Social ».

Les débuts difficiles de l’Avenir Social

avenir social

L' »Avenir Social » à la Villette aux Aulnes en 1923

En  avril 1906, Madeleine Vernet, militante de sensibilité anarchiste et pacifiste, crée l’Avenir Social à , à 20 kilomètres de Paris. Cet orphelinat destiné aux enfants défavorisés accueille un nombre restreint de pensionnaires et connait des problèmes d’ordre financier qui le pousse non seulement à déménager en avril 1908 à Epône (Seine-et-Oise), mais aussi à chercher des fonds de provenance variée, et notamment par la souscription, comme celle du mois d’aout 1911 par le journal L’Humanité qui permet de récolter 3 317 francs.

La prise en main progressive du lieu par le mouvement ouvrier

En 1915, l’apport d’argent régulier venant du mouvement ouvrier amène la direction de l’orphelinat à modifier son conseil d’administration qui compte désormais 12 membres, dont quatre représentent des organisations ouvrières. Ceci marque un premier pas vers la reprise en main progressive de l’orphelinat désormais officiellement qualifié d’« Orphelinat du mouvement ouvrier ». En 1923, l’Avenir social parvient à rallier des organisations proches du PC français, que ce soient des coopératives ou des syndicats, et notamment la Confédération Générale du Travail Unitaire. Refusant d’adhérer au Parti Communiste et étant désormais minoritaire au Conseil d’Administration, Madeleine Vernet doit quitter ce qu’elle appelle « le nid ». L’Humanité du 29 janvier 1923 publie un article « La classe ouvrière doit avoir son orphelinat » dans lequel Marguerite Rosmer souligne la misère qui pèse toujours sur « les petits d’Epône ». Une souscription de 150 000 francs est alors lancée, celle-ci aboutit à l’achat d’une propriété à la Villette aux Aulnes.

538-2-99 folio 30

RGASPI, Fonds 538, sou-fonds 2, dossier 93, folio 30

C’est en 1926 que le SOI prend en charge la gestion de l’orphelinat, dans le cadre de sa politique d’aide à l’enfance, en parallèle notamment des colonies enfantines. Le rôle de la CGTU reste toutefois important, tant pour le financement que dans la prise de décision. L’institutrice Jeanne Fanonnel est en charge de l’animation pédagogique.

Jusqu’en 1934, l’histoire de l’institution est parsemée de hauts et de bas budgétaires, rythmés par les campagnes ponctuelles de souscriptions. Le lieu semble en perpétuelle crise, tant administrative que pédagogique, une délégation de militants du SOI est dépêchée en 1928, cette dernière fait état d’un manque d’organisation et de discipline au sein de l’orphelinat, mais surtout un manque d’hygiène. Finalement, la reprise par l’ouvrier Félix Brunand voit une « rénovation pédagogique » : présence primordiale de psychologues, recrutement basé sur des critères scientifiques, dans la logique de l’éducation de militants modèles.

L’apogée de l’Avenir Social accompagne la victoire du Front Populaire de 1936. La solidarité suit l’élan des grandes conquêtes sociales : cette année-là, l’aide financière est même triplée, amenant avec elle la construction de nouveaux dortoirs, d’une chambre froide, d’une salle des fêtes, mais surtout de l’arrivée de l’électricité. Toutefois avec l’interdiction du PCF et dans le prolongement de la répression anti-communiste, par décret-loi du 26 septembre 1939, le gouvernement dissout l’Avenir social, et ses biens sont mis sous séquestre.

Le recrutement de l’orphelinat

538-2-93 folio 10

RGASPI, Fonds 538, sou-fonds 2, dossier 93, folio 10

Si l’orphelinat accueille à sa création une quarantaine d’enfants dont certains porteurs de handicaps mentaux ou moteurs, à partir de 1935, la volonté d’éducation de militants idéaux entraine le rejet de tout enfnt handicapé : « À la base d’une éducation de classe il faut des enfants sains de corps et d’esprits. La lutte contre le régime capitaliste veut des combattants intelligents, actifs, calmes, disciplinés. Ce sont des qualités impossibles à exiger d’un pauvre petit épileptique, d’un arriéré mental, d’un instable nerveux. » Cela rappelle certaines dispositions particulières de l’École Léniniste Internationale, qui stipule explicitement dès ses premiers règlements de la fin des années 1920 qu’elle refuse de recevoir des étudiants malades ou handicapés.

Le rapport de la direction en 1934 exprime clairement les logiques de recrutement de l’Avenir Social : « Il faudra recruter dans les couches les plus déshéritées des ouvriers et des paysans, des enfants dépourvus de tout parent ou tuteur, qui ne connaitront comme famille que la classe ouvrière. Penchons-nous attentivement sur le problème, il sortira de notre maison de véritables cadres qui sauront entrainer le prolétariat vers son émancipation » (RGASPI, 538/2/99/32).

L’Avenir Social, projet d’un orphelinat destiné aux enfants victimes du capitalisme devient donc un centre de formation de militants, se rapprochant de plus en plus des logiques communistes d’éducation politique de la classe ouvrière.

Pour aller plus loin:

Pierre Boichu, 1903-2004 Notre solidarité, histoire d’un engagement pour l’enfance : Orphelinat National des Chemins de fer de France (ONCF), Orphelinat National des Chemins de fer de France, 2004.

Pour citer ce billet: Victor Lagarde « L’Avenir Social. À l’école du Communisme ? », ANR PAPRIK@2F, 4 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1921]


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Boichu Pierre dit :

    Pour information, les archives de l’Avenir social sont en dépôt aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Par ailleurs un Orphelinat national des chemins de fer (Oncf) a été fondé par la fédération Cgt des cheminots en 1904 ; à l’occasion du centenaire de cette association qui existe encore, un livre a été publié sur cette histoire (j’en suis l’auteur).
    Bravo pour le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *