La persécution des anciens députés communistes allemands sous le Troisième Reich

25 mars 2014
Par
Affiche publicitaire du NSDAP pour un spectacle antibolchevique, Karlsruhe, 1940

Affiche publicitaire du NSDAP pour un spectacle antibolchevique, Karlsruhe, 1940

La résistance des militants du parti communiste sous le Troisième Reich est un sujet qui a été bien étudié, et mis en valeur, il est vrai, surtout dans l’historiographie d’Allemagne de l’Est. Mais dans l’écriture historique ouest-allemande aussi, la persécution des militants sociaux-démocrates et communistes, dès les premiers jours du régime national-socialiste, a fait l’objet d’études approfondies. Un certain nombre d’événements, comme l’incendie du Reichstag ou la création des premiers camps de concentration ont donné lieu à de très nombreuses publications, car ils interrogeaient les grands thèmes classiques de l’analyse de la « terreur » au sein du régime totalitaire. Par ailleurs, les questions de l’exil et des liens entretenus au sein du Komintern et de la résistance anti-fasciste ont connu un renouveau : Bernhard Bayerlein, Yakov Drabkin et Hermann Weber ont ainsi publié, l’année dernière, le premier tome d’une série de trois sur « L’Allemagne, la Russie et le Komintern »1.

Les députés communistes, cible privilégiée de la répression 

Au sein de l’ensemble des militants persécutés – il faut ici rappeler qu’au mois de juillet 1933, 27 000 ennemis « politiques » sont internés dans des camps nazis –, ceux qui furent les députés de la République de Weimar avant la prise du pouvoir constituent un groupe particulier, car il permet, par l’aspect métonymique des représentants du peuple, de dire la persécution de beaucoup en analysant la persécution de quelques-uns. Le monument à la mémoire des 96 députés assassinés par les nazis, situé à quelques mètres du Reichstag, rappelle le prix payé par les militants de gauche : sur 85 des plaques de métal nominatives du mémorial, on peut lire les noms de membres de la gauche allemande, comme ceux, relativement connus, d’Ernst Thälmann, Ernst Schneller ou Walter Stoecker. Un certain nombre de dictionnaires biographiques permettent d’élargir cette perspective parlementaire, comme celui de Siegfried Mielke sur une quarantaine de femmes syndicalistes et leur persécution sous le IIIe Reich (2008) ou l’ouvrage déjà ancien de Hermann Weber, sur les « tâches blanches »2 des purges staliniennes qui touchèrent de nombreux militants communistes exilés à Moscou : l’auteur analyse ainsi 242 cas.

Les recherches que j’ai menées sur la prosopographie des 1 674 députés de la République de Weimar – dont 622 parlementaires de gauche (SPD, USPD, KPD) – permettent de saisir le long terme du devenir de ces hommes et femmes politiques, et de percevoir le degré de rupture qu’ont pu représenter la défaite et le changement de régime de 1918, la prise du pouvoir nazie de 1933 et la Seconde Guerre mondiale. En ce qui concerne la situation des anciens députés sous le IIIe Reich, plusieurs résultats peuvent être ici rapidement décrits.

Les caractéristiques du groupe parlementaire communiste allemand

La comparaison entre la trajectoire des sociaux-démocrates et celles des communistes est éclairante. Klaus-Michael Mallmann, dans son histoire sociale du « milieu » communiste (1996) essaie d’identifier les points communs et les différences des deux partis qui représentent la classe ouvrière. L’espoir d’une révolution est une des différences majeures. La jeunesse des communistes en est une autre. Mais 60 % des militants du KPD sont, en 1927, issus des partis social-démocrate majoritaire ou indépendant (USPD), et les différences, conclut Mallmann, ne sont pas si fondamentales que l’on a pu le croire. Ce que montre, en revanche, mes recherches sur un groupe certes beaucoup plus restreint, c’est qu’au moment de la prise de pouvoir nazie, les députés communistes sont bien mieux préparés que leurs homologues sociaux-démocrates à une expérience particulière : celle de la clandestinité. Les compétences militaires, acquises pendant la Grande Guerre, sont, elles, réparties de manière homogène entre les deux partis et la lente militarisation des institutions anciens-combattantes sont très comparables au SPD et au KPD, entre la Reichsbanner et le Roter Frontkämpferbund. En revanche, les militants communistes ont, eux, participé dès 1918 à des combats de « milices prolétariennes », au soulèvement de mars 1921, à ceux d’octobre 1923, et ont connu de nombreuses périodes de prison. Ils sont nombreux à raconter ces épisodes, que ce soit Anton Jadasch, Robert Neddermeyer, Ernst Schneller, Ernst Wollweber ou encore Fritz Selbmann. Fritz Kahmann résume lapidairement l’incendie du Reichstag et la prise du pouvoir nazie comme un simple « retour à la clandestinité », en l’insérant dans la continuité de son expérience weimarienne. Ernst Wollweber, pour échapper à la persécution, se laisse pousser la moustache et change d’apparence. Un autre atout des députés communistes est leur forte relation avec l’Union soviétique. De très nombreux militants passent une bonne partie des années 1920 à faire des allers retours à Moscou, à la Leninschule (Ecole Léniniste Internationale, ELI). Cet élément est certainement disproportionné par la nature des sources : ces mémoires communistes, écrits après la Seconde Guerre mondiale, sont souvent commandités par l’Institut für Marxismus-Leninismus, qui demande à ces témoins d’insister sur les références à l’URSS. Il n’empêche : si les députés sociaux-démocrates ont pu installer le parti en exil à Prague, les communistes peuvent compter sur des réseaux internationaux bien structurés, thème que devrait éclairer la thèse de Constance Margain sur l’Internationale des gens de la mer (Potsdam/Le Havre).

L’expérience des camps

Ceux qui ne choisissent pas l’exil ou la clandestinité – ou qui n’en n’ont ni la possibilité, ni le temps – connaissent presque tous de longues périodes d’incarcération en camps de concentration. Deux éléments saillants ressortent de l’étude spécifique des parcours parlementaires : le premier, c’est que le statut de militants connus du parti les expose à des brimades spécifiques, qui visent à avilir non seulement l’homme, non seulement l’ennemi politique, mais aussi la fonction parlementaire. Paul Löbe, le président du Reichstag, est ainsi tondu de manière grotesque à son arrivée au camp ; à Oranienburg, les nazis obligent le fils du président de la République Friedrich Ebert, ainsi que d’autres députés, à nettoyer les rues de la ville et transforment ce retournement en événement public. Cette volonté de détruire le capital symbolique et politique des détenus se voit aussi pour les communistes, comme dans le cas de Hans Beimler, d’autant plus que certains des bourreaux nazis de ces premiers camps de concentration ont parfois été eux-mêmes députés : ils ordonnent l’emprisonnement de leurs anciens collègues.

Le deuxième élément de cette répression radicale, c’est l’importance, durant toutes les années 1930 et jusque dans la guerre même, des allers retours en camp. En étudiant dix camps de concentration3 majeurs, on constate qu’ils ont été le lieu de détention de 137 anciens députés, et qu’un nombre non négligeable de ces détenus d’exception (36, soit un quart) a fait plusieurs séjours en camp, certains passant par quatre (comme Max Herm ou Max Benkwitz) et même par plus de cinq d’entre eux (comme Ernst Grube). Pour les uns comme pour les autres, les suites de l’attentat du 20 juillet 1944 sont tragiques : dans une opération de répression massive, appelée « Aktion Gewitter » ou « Gitter » (Orage), qui n’a jamais été étudiée en tant que telle, les derniers députés qui n’ont pas été encore définitivement incarcérés sont emprisonnés, et souvent exécutés dans les derniers mois du régime. À la fin de la guerre, sur les 622 députés de gauche qu’a comptés la République de Weimar, 203 ont trouvé la mort, à un âge médian qui marque la violence de la répression qui s’est abattue sur eux : 48 ans pour les députés communistes.

Pour citer ce billet : Nicolas Patin « La persécution des anciens députés communistes allemands sous le Troisième Reich », ANR PAPRIK@2F, 25 mars 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1885]

  1. Bernhard Bayerlein, Yakov Drabkin, Hermann Weber, Deutschland, Russland, Komintern. Überblicke, Analysen, Diskussionen, De Gruyter, 2013 []
  2. Hermann Weber, Weisse Flecken, Frankfurt am Main : ISP-Verlag, 1989 []
  3. Lichtenburg, Sachsenhausen, Bergen-Belsen, Dachau, Buchenwald, Oranienburg, Ravensbrück, Sonnenburg, Fühlsbuttel, Esterwegen. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Archives du communisme

Laisser un commentaire

Logo_MSHdijon

S’abonner au carnet

S’abonner au carnet

Carnets de recherche
archives du communisme, communisme, numérisation