Le PCF et la répression : le concept d’interaction

minds_sharing_ideas_1600_clr_8481-v2L’ANR Paprik@2F, qui vise à créer un portail d’accès commun aux sources produites par le PCF et par sa répression par les forces de police françaises entre 1917 et 1947, repose sur l’évidence selon laquelle il existe une interaction entre le Parti communiste et les services chargés de sa surveillance et de sa répression en tant qu’institution révolutionnaire et « subversive », pour employer un mot lourdement chargé de sens pendant la Guerre froide.

L’histoire du communisme et les archives de police

Pour l’historien, quelle que soit la prudence avec laquelle il utilise les informations d’origine policière, parfois erronées, difficiles à recouper et collectées par le recrutement d’indicateurs intéressés et plus ou moins fiables, les fonds de police et de justice présentent d’abord l’intérêt de renfermer un matériau militant de première main (tracts, brochures, fichiers de militants, agendas personnels, etc.), saisi lors des opérations de police de l’entre-deux-guerres puis pendant la Seconde Guerre mondiale (sans qu’il soit ici nécessaire d’envisager l’épineux problème de la continuité et des ruptures des pratiques policières avant et après la période 1939-40). Cette façon pragmatique et naturelle d’envisager la recherche, que chacun pratique spontanément dans un champ longtemps dominé par la rareté relative des sources internes au PC français, mérite cependant d’être réfléchie et discutée. Il existe ainsi une vaste littérature consacrée aux mouvements sociaux et à la violence d’État qui pense la protestation et la révolte en général, ou des objets particuliers comme la « forme-procès », en termes d’interaction, et qui peut permettre de réfléchir à la nature du PC français comme acteur de mobilisation collective, mais aussi comme acteur répressif et enfin, comme modèle d’organisation pour d’autres forces politiques confrontées, comme lui, à la répression étatique.

Le concept d’interaction : un concept polysémique

Le concept d’interaction est fortement polysémique et son usage ne s’épuise pas dans la référence à une école sociologique ou historique particulière, bien que l’« interactionnisme symbolique » d’Erving Goffman ait placé le terme au cœur de sa démarche de déconstruction de la « mise en scène de la vie quotidienne ». Appliqué à l’histoire de la répression et des mouvements sociaux, le concept d’interaction incite à penser la révolte et la répression comme un processus ou un système, où les effets produits sur B par l’interaction de A ouvrent sur l’incertitude et aboutissent au maintien ou à la rupture d’un ordre plus ou moins précaire préexistant. Il est possible, dans cette perspective, d’étudier les « équilibres » plus ou moins stables, les « rétroactions » positives ou négatives, les formes de « réajustement » des différents acteurs par l’anticipation des actions adverses qui constituent ensemble la dynamique interactionnelle dans laquelle toute entreprise politique collective est inscrite. L’usage du concept d’interaction suppose donc toujours l’insistance sur le contexte, au point que lui a été parfois préféré le concept de « situation », mieux à même de rendre compte des donations divergentes de sens à une même configuration sociale donnée.

Interaction et conflictualité

Toute approche interactionnelle de la conflictualité sociale et politique repose sur le principe selon lequel les mouvements sociaux adaptent leurs stratégies à des structures d’opportunité et que ces structures sont, pour une part au moins, soumises à l’influence des stratégies de répression. Dans le même temps, elle suppose que le recours à une stratégie répressive par l’État est un choix destiné à répondre à des situations de tension spécifiques. Cette approche rationaliste de l’action collective insiste sur l’importance des schèmes collectifs de mobilisation, sur la construction sociale des répertoires d’action et sur la mobilisation de ressources pour coordonner l’action collective et en répartir les bénéfices. Elle distingue donc des « stades » et des « processus d’escalade » qui permettent à la « contestation » de s’élaborer en « révolte ». Seules ces ressources peuvent en effet permettre de payer le « coût » politique et social attaché à l’action protestataire par l’existence de lois et de normes qui attachent la sanction à certains comportements.

Une telle approche ne cherche pas à expliquer la protestation en soi, mais seulement à comprendre la façon dont la répression influence son développement. Le poids du temps long de l’insubordination ouvrière (X. Vigna), la pluralité des acteurs et des échelles, l’existence de dispositifs légaux de régulation de l’espace public depuis le XIXe siècle et l’importance de l’effet transactionnel du vote sont des dimensions essentielles du temps long des mobilisations qu’il faut cependant prendre en compte. L’interprétation interactionnelle se heurte aussi à l’objection de la « rationalité limitée » des acteurs, tant dans le déclenchement éventuel de la répression que dans les réactions à une situation donnée. Cela étant dit, l’approche interactionnelle permet d’élaborer des modèles parfois très complexes pour dégager des formes de régularité dans les mobilisations collectives, afin de décrire des logiques d’escalade ou au contraire d’involution de la protestation. Dans cette perspective, il est possible d’étudier les « niveaux » de répression, la « chronologie » (timing) des mobilisations, décisive quant à la capacité mobilisatrice plus ou moins durable des ressources par une organisation protestataire, et le « ciblage » des victimes de la répression.

Le cas du PCF

Le Parti communiste, de ce point de vue, est un type d’agent collectif spécifique engagé dans un processus complexe d’interaction répressive avec l’État républicain (puis vichyste). Il est d’abord un « centre » majeur de ressources protestataires pour les mouvements sociaux qu’il endosse. En tant que parti politique doté d’un halo d’organisations de masse syndicales (CGTU) et sociales (SRI), il dispose d’un savoir-faire des mobilisations, d’instances de formation efficaces et d’une capacité de protection juridique et politique des « victimes » potentielles de sa propre action. L’endossement d’une action protestataire par le parti ne va cependant pas de soi. Des logiques de « rattrapage » existent, lorsque le parti et ses organisations syndicales rallient puis contrôlent des mouvements en partie spontanés, comme c’est le cas dans les grèves du Front populaire. Cet endossement obéit également à des logiques conflictuelles au sein de l’extrême-gauche, où une logique concurrentielle existe pour le déclenchement et le leadership des mouvements protestataires, comme lors des grèves de 1947, déclenchées par les trotskistes. L’action communiste n’est pas nécessairement orientée vers l’escalade violente, en dépit de son étiquetage « révolutionnaire ». Ainsi que l’a montré V. Codaccioni pour les procès politiques entre 1947 et 1962, la direction du PCF régule finement son exposition à la répression étatique en politisant sélectivement certains « procès », en fonction de son agenda politique du moment. L’application plus ou moins volontaire au contexte français de la ligne générale de l’Internationale communiste, sectaire (1928-1934) ou ouverte (1934-1939) peut donc se « lire » dans les mouvements sociaux impulsés par le parti et la CGTU, dont l’évaluation de la réussite ou de l’échec peuvent provoquer à leur tour des rectifications de ce travail d’adaptation. La perception du coût des mobilisations est déterminante dans l’apparition de formes de résistance passive ou d’inertie face à l’application de consignes venues d’« en haut ».  Georges Vidal l’a montré pour l’action antimilitariste, mais l’action anticoloniale, évoquée lors de la troisième séance de notre séminaire annuel, fait l’objet au début des années 1920 d’une réticence, ou d’une négligence, caractérisée de la part du Parti français. La mobilisation contre l’engagement français dans la guerre du Rif en 1925, marquée par l’action personnelle de Jacques Doriot, est sans doute une rupture qui souligne la place des Jeunesses communistes dans l’action anticoloniale.

Culture conspirative, complotisme et répression

Doté d’une conception « conspirative » de son organisation interne systématiquement promue par l’IC, le Parti communiste suscite à son tour la peur et le fantasme du « complot », mais aussi des pratiques imitatives de la part d’autres forces politiques, fascinées par son « efficacité » supposée, dont les critères d’évaluation mériteraient une réflexion approfondie. Le parti communiste possède ainsi des caractéristiques qui impliquent presque systématiquement une « sur-réaction » répressive, au moins verbale, que résume la formule célèbre du Président du conseil Albert Sarraut en 1927 : « Le communisme, voilà l’ennemi ». L’élaboration (indigène ou importée) et l’évaluation historienne de l’efficacité de ces pratiques « subversives » communistes restent cependant une boîte noire de l’historiographie du communisme en France. Là encore, l’ampleur de la mobilisation antimilitariste des années 1920 laisse pensif devant la maigreur des résultats concrets dans les casernes, un résultat décevant qui doit beaucoup à l’efficacité de la surveillance militaire. L’effet démobilisateur du Carnet B (un fichier constitué avant 1914 de militants français et étrangers menacés d’arrestation préventive en cas de mobilisation ou de crise politique majeure, toujours en vigueur dans l’entre-deux-guerres), bien connu pour la crise de 1914 qui aboutit au ralliement du PS-SFIO à la politique de défense nationale du gouvernement, joue également dans la France des années 1920 et 1930.

Le PC français comme institution répressive

Le PC français est enfin un acteur répressif des oppositions qui se manifestent en son sein, à l’aide de pratiques d’une grande variété (exclusions, quarantaine sociale, listes noires, etc.) qui peuvent ensuite alimenter ou justifier le recours à un répertoire d’action violente par des agents devenus « anticommunistes ». La période de l’Occupation verra se dénouer dans le sang ces conflits nés des dissidences de l’entre-deux-guerres. La production de l’archive de répression et plus largement, du répertoire d’action anticommuniste, n’est donc pas strictement indépendante du travail répressif communiste. L’anticommunisme, qu’il soit d’État ou de plume, obéit à des logiques circulatoires complexes où la valeur faciale « subversive » du PC français nourrit une « sur-réaction » institutionnelle elle-même sujette à de fortes variations, au fil du travail de normalisation du parti communiste comme acteur politique national.

Pour aller plus loin :

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, CNRS Editions, 2013

Michela Marzano (dir.), Dictionnaire de la violence, PUF, 2011.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « Le PCF et la répression : le concept d’interaction », ANR PAPRIK@2F, 17 mars 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1865]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *