Séminaire ANR Paprik@2F: « Le Parti communiste et la formation des militants anticoloniaux »

La troisième séance du séminaire « Archives et histoire du communisme » dans le cadre des journées d’études ANR PAPRIK@2F aura lieu le 12 mars 2014 de 14h à 18h aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis, Bobigny

11-04-07--PCF-CGTU-colonisation_systeme4L’anticolonialisme n’est pas une invention des communistes. Avant 1914, il connaît déjà un certain développement dans le sillage de l’antimilitarisme, contre les bagnes militaires (« Biribi ») et la conquête coloniale dans les milieux anarchistes et syndicalistes révolutionnaires. Mais le mouvement socialiste possède aussi ses colonialistes, à l’instar des projets de Lucien Deslinières au Maroc en 1913, soutenus par Jules Guesde et Marcel Cachin. Un débat existe donc avant-guerre au sein même du mouvement ouvrier français. La naissance du Parti communiste en France va peser cependant dans son évolution, lente et heurtée, vers l’anticolonialisme, jusqu’aux faux-semblants et aux ruptures de la guerre d’Algérie (1954-1962). Le communisme atteint sa plus grande extension mondiale à la fin de la décolonisation, au début des années 1970, un phénomène majeur d’autonomisation du monde non-européen qu’il a influencé, accompagné et encouragé.

Dès les débats préparatoires au congrès de Tours (déc. 1920), l’IC a insisté régulièrement sur l’accentuation nécessaire de la politique anticoloniale des communistes français. Citoyens d’une « République impériale » (C. Charle), ils doivent se placer en première ligne de la dénonciation de l’impérialisme français, à une époque où, jusqu’au milieu des années 1930, la France est perçue par les Soviétiques comme la puissance impérialiste principale. Les années 1920 et le début des années 1930 forment donc une décennie matricielle, avec des succès même mitigés (« Contre-exposition coloniale », 1931) et des limites. À l’instar de l’antimilitarisme qui rencontre dans sa difficile mise en œuvre des formes de « résistance passive » (G. Vidal), l’anticolonialisme du PC français se heurte à une certaine inertie, des préjugés persistants et des situations complexes liées au rôle de tutelle que le parti exerce sur les mouvements qu’il inspire, comme l’Étoile Nord-Africaine (ENA) dans les années 1920, et les militants coloniaux qui y militent passagèrement, comme Hô Chi Minh (C. Marangé). Le PC français a donc exercé le rôle d’incubateur des élites anticoloniales blanches et de couleur, alors que s’enclenchent avec la guerre du Rif (1921-1926) les premiers conflits de décolonisation. C’est à ce rôle complexe que ce séminaire est consacré aujourd’hui.

Intervenants :

  • Sophie Quinn-Judge (Temple University, Philadelphie), International Influences on the Vietnamese Communist Movement: from Moscow and Paris to Shanghai and Singapore
  • Linda Amiri (historienne, Sciences Po Paris/laboratoire FARE IEP de Strasbourg) : Faire de la main-d’œuvre coloniale un « facteur révolutionnaire ». Le PC-SFIC et l’immigration algérienne (1920-1929)

Discutants :

  • Claire Marynower (doctorante, Sciences Po, Paris)
  • Gilles Morin (chercheur associé, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Paris)

Pour en savoir plus cliquez ici.

Pour consulter le programme complet du séminaire ANR PAPRIK@ cliquez ici

L’accès est libre et gratuit.
Contact : aurelia.vasile@u-bourgogne.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *