Le fantasme du complot communiste : la section des liaisons internationales du Komintern (OMS)

Cette semaine, le blog de l’ANR Paprik@2F a le plaisir de publier cette remarquable synthèse de l’historien et bloggeur David François sur la section des liaisons internationales de l’IC, la célèbre OMS, encore mal connue. Bonne lecture ! 

La section des liaisons internationales, plus connue par ses initiales russes d’OMS (Отдел международной связи, otdel mezhdunarodnoy svyazi), est la section du Komintern qui a le plus fait fantasmer les auteurs de romans d’espionnage, les experts en complots communistes et autres conspirationnistes du XXe siècle. Son travail, essentiellement clandestin en raison de la répression anticommuniste, et ses ramifications dans toutes les grandes villes du monde expliquent cette fascination alors que les archives la concernant sont encore interdites aux chercheurs. Pourtant, sa mission à l’origine est plutôt anodine, assurer la liaison entre le Komintern et les organisations communistes en dehors de la Russie, leur transmettre des informations, des directives et de l’argent, mais aussi permettre aux représentants du Komintern de se rendre à l’étranger sans se faire arrêter et inversement d’assurer la sécurité des militants se rendant à Moscou.

Portrait d'Ossip Piatnitski, né Iossif A. Tarschisse, 1882-1938

Portrait d’Ossip Piatnitski, né Iossif A. Tarschisse, 1882-1938

 Les débuts de l’OMS

La future OMS est créée le 8 août 1920, sous le nom de section secrète puis de section conspirative en novembre, pour remplacer la commission des liaisons organisée après le premier congrès de l’IC en 1919. En juin 1921, elle prend son nom de section des liaisons internationales sous la direction d’Ossip Piatnitski qui s’occupe également des finances du Komintern. Dès le 28 février 1921, le secrétariat du Komintern demande aux différents départements de l’IC de ne plus entretenir de relations directes avec l’étranger notamment pour l’envoi de courriers, de livres et de brochures. Ces relations doivent dorénavant passer obligatoirement par l’OMS.

À partir de décembre 1922, l’OMS est dirigé pour l’essentiel par Peter Wompe, un ancien cheminot qui meurt en 1925. Entre 1924 et 1928, elle prend une place centrale dans l’action du Komintern qui lui donne un statut bien particulier au sein de l’appareil. Ainsi lors de la réorganisation de l’appareil du Komintern, qui voit la création des secrétariats de pays, apparaît une volonté d’accentuer le contrôle sur l’OMS, mais les conditions du travail de cette dernière, notamment la nécessité du secret, interdisent d’élargir le cercle des personnes contrôlant le travail de la section. La section compte alors quatre départements : celui du chiffrage, celui des transmissions, celui de la comptabilité (qui cache en réalité le service de fabrication des faux papiers) et enfin un service technique.

L’OMS et l’État soviétique

Rapidement se pose le problème de la définition des liens entre l’OMS et le réseau diplomatique soviétique. Le 21 janvier 1921, le Komintern demande au Parti communiste (bolchevique) le droit d’utiliser les employés de la section du courrier diplomatique du ministère des Affaires étrangères et des missions commerciales. Si cette demande est dans un premier temps acceptée, peu après, les plaintes des missions commerciales se multiplient : elles craignent que les activités clandestines de l’OMS ne nuisent aux relations diplomatiques soviétiques. Cela contraint les communistes russes à adopter des thèses sur les relations entre le Komintern et le ministère des Affaires étrangères, qui séparent le travail de ces deux structures.

L’OMS s’appuie néanmoins très fortement sur les structures de l’État soviétique. Une importante partie des imprimés destinés à l’étranger passe par le commissariat du peuple au Commerce extérieur, tandis que les télégrammes et les messages radio transitent par le commissariat aux Affaires étrangères. Pour le transport de personnes et de marchandises, l’OMS peut utiliser les wagons des chemins de fer spéciaux. Les liens de l’OMS avec les militants communistes locaux sont aussi problématiques.

L’activité illégale de l’OMS dans de nombreux pays favorise en effet un renforcement des liens avec les services secrets soviétiques. En avril 1923, Peter Wompe signe avec l’un des responsables du GPU (le nouveau de la Tcheka) un accord qui stipule que l’OMS doit autoriser les agents soviétiques à l’étranger à consulter la correspondance de l’OMS. Celle-ci doit également communiquer au GPU l’emplacement de ses postes de liaison ce qui lui permet d’avoir un tableau complet de l’organisation de l’OMS à l’étranger. En échange, le GPU, à travers l’OMS, doit prévenir les militants se trouvant à Moscou des dangers qu’ils encourent dans leur pays comme des risques de perquisitions ou d’arrestation à la frontière. La section étrangère du GPU demande également à l’OMS des renseignements sur l’activité des communistes étrangers arrivant en URSS tandis que le commissariat des Affaires étrangères fournit à l’OMS le contenu des entretiens entre les représentants soviétiques et les dirigeants des PC ainsi que les rapports reçus sur la situation des partis communistes. Dès le milieu des années 1920, la police politique soviétique étend ainsi son influence sur l’appareil du Komintern. Ce processus précoce va s’accentuer à l’époque stalinienne.

Le développement de l’OMS

En 1921-1922, l’OMS, afin d’assurer ses missions, possède des postes de liaison à Berlin, Istanbul, Bakou, Sébastopol, Odessa, Tchita, Riga, Anvers, Varda, Vienne, Stockholm, Shanghai, Tallin, Stettin et Mourmansk, ainsi que des représentants dans de nombreux pays. La plus grande partie du travail de l’OMS consiste alors dans le transport des délégués pour les congrès mondiaux et des représentants du Komintern auprès des PC. Pour assurer ces missions, l’OMS se dote d’un service chargé de la fabrication de faux passeports et de l’organisation de réseaux d’appartements clandestins. La section a aussi pour rôle l’acheminement du matériel de propagande en direction des partis communistes. Elle assure également les liaisons pour le compte du Profintern, de l’ICJ et des autres organisations internationales.

En 1929, l’OMS installe un nouveau poste de liaison à Téhéran pour assurer les liaisons avec l’Iran, l’Inde et l’Irak, mais également à Hong-Kong et à Singapour pour les liaisons avec la Thaïlande et la Birmanie. L’OMS accroît aussi le travail de son poste à Shanghai, le plus grand d’Asie. Ce poste s’occupe du courrier, du chiffrage, des télégrammes, il répartit le matériel de propagande, financer les opérations, transmet des fonds aux partis locaux, transporte les militants et les loge, assure le fonctionnement des représentations du Profintern, de l’Internationale communiste de la Jeunesse, du Secours rouge international, de la Ligue anti-impérialiste. Ce poste, comme de nombreux autres, travaille sous la couverture d’une firme commerciale. Mais l’ossature des postes de liaisons en Asie est essentiellement formée de militants européens soumis aux filatures de la police car ils sont mal préparés aux conditions de vie locale, aux habitudes et traditions des populations asiatiques. Cela explique les échecs et les arrestations qui touchent les employés des postes de Shanghai, Singapour et Hankou.

L’absence d’expérience et de compétence de la majorité des partis communistes dans le domaine du travail clandestin rend nécessaire, pour assurer la sécurité des réseaux de l’OMS, de travailler indépendamment d’eux tout en formant quelques dirigeants pour ce travail en leur sein. Les postes de liaison ne sont donc subordonnés qu’au représentant de l’OMS et en aucun cas au contrôle des directions des partis locaux. D’ailleurs, l’essentiel des employés des postes de liaison n’en sont pas membres, mais sont des émigrés communistes, ce qui se révèle d’ailleurs dangereux lors des vagues de répression.

Dans de nombreux pays, les rapports sont d’ailleurs difficiles entre les représentants de l’OMS et du Comité exécutif de l’IC (CEIC). La direction de l’IC doit même rappeler que les relations entre les représentants et l’OMS doivent exclusivement passer par le directeur de l’OMS ou son adjoint, que les opérations financières se font uniquement sur ordre de l’OMS, ainsi que la commande de passeports. Les membres de l’OMS ne sont donc pas subordonnés aux représentants du Komintern sur place.

À la mort de Wompe en 1925, le Présidium nomme à la tête de l’OMS Mikhail Grollman, puis en juin 1926 Alexandre Abramovitch (1888- ?), brièvement, et enfin Aleksandr Lazarévitch Abramov (1895-1937) qui conserve ce poste jusqu’en 1936.

Le choc de 1933

En 1933, l’arrivée d’Hitler au pouvoir frappe de plein fouet l’activité du poste de Berlin, le plus grand poste européen de l’OMS. En dehors du maintien des liens avec le Parti communiste allemand (KPD), les représentants des autres partis et les organisations internationales dont le siège se trouve en Allemagne, le poste de Berlin sert aussi pour les liaisons avec les principaux partis occidentaux (britannique, français, tchécoslovaque, etc.). À Berlin se trouve également le Bureau d’Europe occidentale du CEIC (WEB), la direction de la Ligue anti-impérialiste et les grandes maisons d’édition du Komintern. Par sa section de Hambourg, le poste de liaison de Berlin assure les liaisons avec New-York, Buenos-Aires, Sydney, Santiago, Bombay, Madras et Alexandrie. Pour l’appareil de l’IC et de l’OMS à l’étranger, l’avènement du nazisme est une catastrophe.

Les fonctions du poste de Berlin sont alors redistribuées progressivement à d’autres postes. Le poste de Stockholm est réactivé. Il ne sert pas seulement de relais pour le transport du courrier mais aussi de station radio depuis 1932. L’année suivante, une radio est aussi installée dans le poste de liaison de Prague. Dès 1920, le poste de Vienne a mis en place des liaisons avec les PC tchécoslovaque, suisse, italien et français quand a pesé sur le KPD une menace d’interdiction, mais il est démantelé par la police en 1931. En fait, l’essentiel des fonctions du poste de Berlin passe à Paris où le poste de l’OMS met au point des contacts avec les PC d’Europe, d’Asie et d’Amérique. Dans les années 1930, le PCF, Paris et la France deviennent une plaque tournante du communisme international.

Les changements du VIIe Congrès

Après le VIIe congrès de l’IC (été 1935), l’activité de l’OMS connaît certains changements. En 1936, elle est renommée service de liaison du secrétariat du CEIC. Le Komintern souhaite désormais que les postes de liaison assurent des communications stables. Pour cela, il recommande de séparer entièrement les liaisons légales et illégales. Dans chaque poste, un représentant des émigrés est alors chargé des liaisons illégales : il a interdiction de se rendre dans les locaux des PC. Durant la guerre d’Espagne, certains postes s’occupent activement du passage des volontaires pour les Brigades internationales, tandis que les postes situés dans les villes portuaires utilisent les marins communistes pour assurer les liaisons lointaines.

En 1937, le travail du chiffre est regroupé dans une section du chiffre, laquelle est retirée du service des liaisons et placé directement sous le contrôle du secrétaire général. En 1938, l’école de radio de la banlieue de Moscou qui prépare les radios pour les postes de liaisons est fermée, cet enseignement se déroulant désormais au niveau local, c’est-à-dire dans les pays où opère l’OMS.

L’OMS dans les purges

Durant les années de répression stalinienne, un contact étroit entre l’OMS et le NKVD existe toujours. Les organes répressifs soviétiques et les départements du Komintern entretiennent en effet de réguliers échanges d’information sur les étrangers et les citoyens soviétiques suspects. Le service de liaison continue également d’utiliser les services étrangers du NKVD et ceux des autres organismes du gouvernement soviétique.

L’OMS est elle aussi durement touchée par les purges notamment dans la personne de ses dirigeants qui se succèdent rapidement jusqu’à la fin 1937. Alexandre Abramov reste en poste jusqu’à son arrestation en septembre 1936 pour être remplacé par Boris Melnikov, lui aussi arrêté en mai 1937, puis Jan Anvelt victime des purges en décembre 1937. Ce sont des hommes du NKVD qui prennent alors la direction de l’OMS dont Mikhaïl (Meer) Trilisser (1883-1940, alias Moskvine) le successeur de Piatnitski secondé par Constantin Soukharev et Ivan Morozov. Par ailleurs, dès la fin de 1935, l’ensemble du personnel est soumis à un processus de vérification qui fait de cette section l’une des plus touchées par la répression.

Au début de 1939, la partie gestion-approvisionnement de l’OMS, qui s’occupe des questions logistiques, de la fabrication de faux documents, des stations radios et de la cryptographie est nommée institut n°301 sous la direction de Nikolai Chevelkov mais reste toujours subordonné à l’OMS. On peut donc dire que dans les années 1930, la prise de contrôle de l’OMS par le NKVD a également signifié une partition croissante de ses secteurs d’activité.

La fin de l’OMS

Le début de la Deuxième Guerre mondiale, malgré l’interdiction et la répression qui touchent le PCF, n’empêche pas le poste de liaisons de Paris (transféré dans le sud de la France après l’invasion allemande), ainsi que ceux de Prague, de Bruxelles, d’Istanbul, de Shanghai et d’autres villes de continuer à fonctionner. À Stockholm, un poste de liaison radio est même créé à la suite de la fermeture des radios des Pays-Bas et de France. En 1939-1940, des postes sont également ouverts en Yougoslavie, au Mexique et au Chili. Le service du courrier est réorganisé puisqu’à la place des courriers permanents, sont nommés de simples messagers désignés par les PC et à qui le Komintern garantit des visas d’entrée en URSS.

En 1942, après l’invasion de l’URSS par l’Allemagne, l’OMS devient la Première section, soumise directement au secrétaire général du Komintern. Elle constitue alors le service technique des opérations secrètes du secrétariat du Komintern et, à ce titre, dirige le travail illégal et les postes de liaison à l’étranger. Elle s’occupe également de la formation des opérateurs radios, de l’envoi des militants, documents et appareils radios à l’étranger, de la fabrication des faux documents, de l’impression de tracts et de journaux et organise le travail des postes de liaison pour la collecte de renseignements politiques et militaires. Transportée à Oufa, la section maintient le contact avec les partis communistes par courriers et radios. Elle réussit également à accomplir ses tâches en Europe occupée et parvient même à ouvrir de nouveaux postes de liaison. Dirigée par Ivan Morozov, elle devient après la dissolution du Komintern, l’Institut de recherche scientifique n°100. Morozov en conserve la direction.

Les archives de l’OMS sont classées dans le fond 495 sous les inventaires 23 et 138 qui contiennent respectivement 457 et 30 dossiers couvrant la période 1921 à 1941. Ces archives mais aussi leurs inventaires restent toujours interdites à la consultation, au risque de continuer à alimenter encore longtemps les fantasmes concernant l’OMS, plus de soixante-dix ans après sa dissolution.

Pour aller plus loin :

Branko Lazitch, « La formation de la section des liaisons internationales du Komintern (OMS), 1921-1923 », Communisme, n° 4, 1983, pp. 65-80.

G. M. Adibekov, E. N. Šahnazarova, K. K. Širinja., Organizacionnaja struktura Kominterna, 1914-1943, Moscou, Rosspen, 1997.

Brigitte Studer, Un parti sous influence, le Parti communiste suisse, une section du Komintern, 1931 à 1939, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1994.

Pour citer ce billet : David François, « Le fantasme du complot communiste : la section des liaisons internationales du Komintern (OMS) », ANR PAPRIK@2F, 20 mars 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1782]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *