Syndicats rouges : la fondation du Profintern

Red_International_of_Labor_Unions_(1922_logo)

Sigle du Profintern en 1922

L’existence du Profintern entre 1921 et 1937 (dans les faits, en 1935, l’organisation n’est déjà plus active) pose l’épineuse question des relations entre parti et syndicat. Le Profintern n’était pas prévu dans la conception communiste du syndicalisme. Les bolcheviks sont partisans d’une stricte subordination des syndicats aux partis. Pour Alexandre Lozovski, qui sera le seul dirigeant du Profintern, connue également en France sous le nom d’Internationale syndicale rouge (ISR), on ne peut séparer le combat politique du combat économique et donc on ne peut séparer le parti du syndicat.

Le débat fondateur : Moscou, 1920

En 1920, les débats sont dominés par l’éclatement possible de la révolution mondiale et les positions divergent sur la question syndicale. Pour les bolcheviks, le fait d’être organisés syndicalement compte moins que d’appliquer le programme politique communiste. Lénine précise en 1920 que les communistes doivent travailler dans les syndicats dits « réactionnaires » plutôt que de créer des syndicats parallèles communistes. Il faut y opérer un travail de noyautage, rester dans les syndicats sociaux-démocrates jusqu’à l’éclatement de la révolution et en attendant faire des compromis afin de gagner la majorité de la classe ouvrière.

Le président du Komintern, Zinoviev, aurait voulu créer une section syndicale dans l’Internationale communiste. Mais une autre solution prédomine : le 15 juillet 1920, le Conseil international des syndicats (CIS), l’embryon du Profintern, est constitué. Les représentants syndicaux d’autres pays présents ne souhaitent pas une subordination pure et simple au Komintern mais un travail de coordination, en commun avec les bolcheviks. À cela, Lénine répond que les détails d’une telle fondation n’ont pas d’importance, qu’il faut créer un centre qui clarifiera ensuite par la pratique, le fonctionnement de l’organisation.

Formez des « fractions » !

Cette réponse sibylline de Lénine faite à Lozovski en juin 1920 (R. Tosstorff, p. 152), est complétée par Karl Radek le 3 août 1920, dans son rapport sur la question syndicale au deuxième congrès de l’IC. Radek considère la relation du Komintern au syndicat comme la question la plus importante du mouvement. Le Komintern doit montrer le chemin tout en considérant comme nécessaire le travail en commun avec les syndicalistes. Les thèses de Radek, au nombre de trois, sont adoptées en commission le 4 août. Le Komintern refuse la création de nouveaux syndicats. Chaque parti communiste doit prendre la direction des syndicats existants et pour cela former des « fractions » communistes en leur sein. Au niveau international, il invite les syndicats à entrer au Komintern. Le Conseil international des syndicats, tout en appartenant pleinement à l’organisation de l’IC, doit fonctionner sur un mode confédéral (R. Tosstorff p. 164).

Une « liaison » problématique

Les oppositions à cette conception bolchevique des syndicats dans le Komintern ne tardent pas mais l’attente d’une révolution mondiale les modère. La Conférence internationale à Berlin, du 16 au 21 décembre 1920, prépare le congrès international syndical à Moscou, prévu en 1921. Le représentant russe y affirme que ceux qui ne sont pas pour Moscou sont pour l’Internationale socialiste d’Amsterdam. Finalement, après des discussions particulièrement houleuses qui portent notamment sur la dictature du prolétariat, perçue par certains syndicalistes comme une domination de l’État, et la nécessaire défense de l’ensemble de la classe ouvrière, les groupes de syndicalistes présents (entre autres : Jean Ceppe, Victor Godonnèche, Tom Baker, Georg Hardy, Jack Tanner…) décident d’envoyer une commission pour le congrès international syndical à Moscou.

Le congrès fondateur du Profintern a lieu du 3 au 19 juillet 1921 à Moscou. Parmi les mesures alors adoptées, figure la création de comités internationaux de propagande par industrie (transports, textile, métallurgie, bâtiment…). Ces comités évitent des scissions à l’intérieur des syndicats tout en permettant à Moscou de se maintenir comme centre organisationnel du mouvement international. Le terrain syndical est compris par Moscou comme espace principal de lutte contre la social-démocratie, et le Profintern pensé comme moyen de conquête du mouvement ouvrier en Europe occidentale.

Pour aller plus loin :

Bruno Groppo, « La création du Conseil international des Syndicats (Moscou, juillet 1920) », Communisme, n° 1, 1982, pp. 5-45

Reiner Tosstorff, Profintern : Die Rote Gewerkschaftsinternationale 1920-1937, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2004

Pour citer ce billet : Constance Margain, « Syndicats rouges : la fondation du Profintern », ANR PAPRIK@2F, 26 février 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1758]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *