Les archives de la Sûreté des Archives nationales : un nouveau regard

En collaboration avec l’ANR PAPRIKA@2F, le département Justice et Intérieur des Archives nationales a lancé en septembre 2013 un vaste projet qui vise à faciliter la recherche dans les archives de la Sûreté générale restituées par la Russie en 1994 et 2001, plus connues sous l’appellation de « fonds de Moscou ». Le premier volet est consacré à une nouvelle description minutieuse et méthodique des dossiers concernant la surveillance du Parti communiste français entre 1921 et 1940 conservés sous les cotes 20010216/1 à 20010216/48. La publication d’un nouvel instrument de recherche s’accompagnera de la numérisation de documents iconographiques (tracts, affiches, brochures) contenus dans le fonds.

20010216-26_24-communistes1Les archives de la direction de la Sûreté générale représentent la partie la plus célèbre des fonds de Moscou conservées aux Archives nationales. Par leurs travaux, Patricia Grimsted et Sophie Cœuré ont permis d’éclairer le parcours et le sort du fonds dont se sont successivement emparés la Gestapo allemande puis l’Armée Rouge. Parallèlement, depuis le retour en France de ces archives, les chercheurs n’ont pu que constater et regretter la complexité des outils de recherche et de l’accès aux dossiers. Après 50 ans passés aux Archives secrètes spéciales (TsGOA), les dossiers de la Sûreté n’ont plus rien en commun avec leurs frères jumeaux entrés aux Archives nationales après la guerre et conservés dans la sous-série F/7 Police générale.

Le traitement opéré par les Russes semble s’être effectué au fil de l’ouverture des caisses dont l’ordre initial a immanquablement été perturbé par les longs trajets de Paris à Ceska Lipa (République tchèque) puis Moscou. L’objectif prioritaire des Russes était de constituer un outil opérationnel. Aucun classement ne semble avoir été entrepris et il n’est pas rare que des pièces jugées sensibles ou intéressantes aient été retirées du fonds français pour être transmises à des institutions qui pouvaient en avoir une utilité immédiate. Le travail n’était pas confié à des archivistes professionnels mais à des agents sûrs, qui, malgré une connaissance linguistique minimale, se heurtaient à leur méconnaissance des institutions françaises. Les inventaires établis reflètent ces incompréhensions et les dossiers ont souvent été décrits de manière incomplète lorsque leur contenu n’intéressait pas les objectifs à atteindre. Du point de vue français, ces inventaires sont en profond décalage avec les réalités des dossiers qu’ils décrivent, phénomène aggravé par la traduction rapide, sans souci de pertinence scientifique, commandée par la DST au retour des archives en France. Or, les analyses russes, souvent tronquées, rédigées selon des préceptes et un vocabulaire communistes, demeurent encore aujourd’hui la seule clé d’accès au fonds.

20010216-26_24-communistes3L’ouverture du nouveau site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine a permis le rapprochement des deux entités jumelles que forment la série F/7 et le fonds de Moscou. Pour la première fois, depuis juin 1940, sont de nouveau réunis les dossiers de la Sûreté, spoliés, et ceux, épargnés, arrivés aux Archives nationales en septembre 1945 (F/7/12942 à F/7/13968). Est alors apparue la nécessité d’en reprendre la description, selon les normes actuelles, tout en respectant l’histoire des deux fonds. Le traitement entrepris par les Archives nationales depuis septembre 2013 ne conduira donc pas à leur fusion matérielle en un seul ensemble, contrairement à la démarche adoptée par le Service historique de la Défense sur ses propres archives restituées. Le principe du « fossile archivistique », adopté par les Archives nationales, de laisser visible les travaux de classement, conditionnement, cotation, reliure ou encore foliotage réalisés par les archivistes russes, fige à jamais l’ordre des dossiers et leur ventilation en plusieurs versements distincts.

Ces contraintes de traitement entraînent la mise en œuvre d’une méthodologie archivistique originale, suivie depuis quatre mois par Gaye Ndiaye, titulaire d’un master en archivistique. Elle suscite également une réflexion originale sur la définition du dossier administratif et du travail de l’archiviste. Les dossiers sont décrits les uns à la suite des autres, tels que physiquement transmis par les Russes, sans s’appuyer sur les instruments de recherche existant. Il s’agit de progresser sans a priori : le but n’est pas de comprendre pourquoi les Soviétiques ont classé de telle ou telle façon, ni de retrouver un état original mais de décrire en respectant la norme internationale ISAD-G. Une fois ce travail de description achevé, M. Ndiaye proposera un instrument de recherche méthodique où les dossiers, conservant leur cote et leur présentation originales, seront présentés selon un plan de classement en grandes thématiques. Ce choix méthodologique permet ainsi une « réversibilité » d’un classement uniquement intellectuel.

Le travail entrepris permet déjà de distinguer deux grands ensembles documentaires :

– d’une part, les dossiers et sous-dossiers nés de l’activité de surveillance que la Sûreté générale a exercé sur la formation communiste, formalisée à partir de la circulaire du 19 décembre 1924. Il s’agit de correspondance administrative entre ministères ou au sein du puissant réseau de contrôle du ministère de l’Intérieur, de notes d’information souvent sommaires, de notes administratives (souvent des notes de service), de rapports issus du travail de collecte d’informations adressés par les inspecteurs aux commissaires de police, de comptes rendus de perquisitions (notamment après la dissolution du PCF), de notices individuelles de militants communistes ;

– d’autre part, les archives provenant du Parti communiste français, ponctuellement récupérées dans le cadre d’opérations de surveillance ou de façon plus massive après des saisies ou des perquisitions : des fascicules de présentation du parti décrivant l’organisation et les structures de la formation politique tant au niveau national que local, des circulaires par lesquelles sont données les directives ou informées les antennes régionales et locales des décisions importantes en interne, des cours, des programmes et des listes de professeurs des écoles léninistes où les thèmes de fond se focalisent sur la lutte anti-bourgeoise, anticapitaliste et anti-impérialiste, des affiches, des tracts et des brochures par lesquels le parti fait passer son message au public, pour lancer un avis ou rendre compte des événements et des activités, des publications en série, de la presse, des journaux et bulletins quotidiens, hebdomadaires ou mensuels.

Il convient de noter qu’un travail identique de description va être mené dans les prochains mois sur les dossiers relatifs à la surveillance du parti communiste français conservés dans la sous-série F/7 (F/7/13091 à F/7/13190). À terme, les descriptions des deux fonds seront fusionnées selon un plan de classement commun au sein d’un même instrument de recherche.

Les objectifs de ce travail sont donc pluriels. Il s’agit de proposer :

  • une nouvelle intelligibilité. Aux approximations des rédactions et des traductions du passé font place des descriptions normalisées, de « première main » ;
  • une fiabilité de l’information. Le travail est réalisé par un diplômé en archivistique qui connaît la période et les institutions françaises de l’entre-deux-guerres. Le recours aux descriptions « communistes » réalisées par des personnes ignorant les réalités administratives françaises ne sera donc plus indispensable ;
  • une précision de l’information. L’inventaire en cours de réalisation se caractérise par un niveau de précision sans égal en France pour les archives contemporaines, grâce au choix d’une description au dossier sur le mode russe (et non au carton selon la tradition française) ;
  • une contextualisation. Les producteurs et destinataires des documents décrits sont mentionnés afin d’appréhender le cadre dans lequel une information apparaît. Cet aspect est primordial car les inventaires russes ne permettent pas forcément de dissocier les documents produits par le parti communiste français de ceux produits sur le parti communiste français par d’autres entités.

Une campagne de numérisation de documents signalés à l’occasion de ces classements permettra en outre de consulter en ligne, au sein même de l’instrument de recherche, les documents iconographiques numérisés.

Pour citer ce billet : Émilie Charrier, Anne Leblay-Kinoshita, Gaye Ndiaye, « Les archives de la Sûreté des Archives nationales : un nouveau regard », ANR PAPRIK@2F, 2 février 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1755]


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Boichu Pierre dit :

    Je relis cet article avec plaisir, bravo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *