La chasse aux insignes: la répression des communistes en 1942

breloqueLes Archives Nationales conservent, sur leur site de Pierrefitte-sur-Seine, des documents d’un grand intérêt pour l’étude de la répression du parti communiste pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment les archives de la section spéciale de la cour d’appel de Paris (voir billet La répression anticommuniste pendant la Seconde Guerre mondiale). Les rapports de police et les procès-verbaux de comparution permettent d’entrevoir à la fois les méthodes de répression, mais aussi le fonctionnement du parti communiste clandestin durant cette période trouble. On retrouve donc au détour de dossiers de procédure quelques objets insolites.

26 septembre 1939 : la dissolution du parti communiste

La signature du pacte germano-soviétique (23 août 1939) est un véritable bouleversement pour l’opinion publique. Il signifie d’une part la certitude de la guerre prochaine, et d’autre part le reniement de l’antifascisme des années 1930, trahi par l’alliance entre l’URSS et le nazisme. Le 25 et le 28 août 1939, une série de décrets-lois sont votés. Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur, et Paul Monchandeau, ministre de la Justice, font saisir les journaux L’Humanité et Ce soir l’après-midi du 25 août 1939. Le 26 août au matin, un décret « passe-partout » permet de saisir mais aussi suspendre « tout journal ou écrit, périodique ou non dont la publication est de nature à nuire à la défense nationale ». Enfin, pour mettre un terme définitif à ses agissements, la loi du 26 septembre 1939 dissout le parti communiste. Le parti se vide de ses adhérents, seul l’appareil des cadres perdure.

Après la défaite de juin 1940 et la signature de l’armistice, la France de Vichy désigne les communistes comme des ennemis intérieurs. L’occupant allemand délègue d’ailleurs largement la répression anticommuniste aux forces de police de Vichy. En juin 1941, avec le déclenchement de la guerre en URSS, le PCF bascule progressivement dans la lutte armée. En août 1941, des brigades (ou sections) spéciales sont constituées sur tout le territoire. Elles se montrent très efficaces en particulier en 1942, époque des grandes « chutes » de réseaux communistes.

Petite breloque, grande conséquence

La découverte de cet objet conservé sous la cote Z/4/67 dossier 470 tient à la malchance d’un jeune homme de 17 ans, arrêté le 27 septembre 1942 au matin sur un marché du XIIIe arrondissement de Paris. Que lui reproche les deux policiers des brigades spéciales qui l’ont interpellé ? Un fait qui pourrait nous sembler anodin aujourd’hui : « Port d’insigne communiste ». En effet, l’adolescent, insouciant, porte à sa boutonnière une paire de petits sabots en bois peints en bleu et rouge suspendus par un cordonnet, identifiée comme symbole communiste. Il lui faut se défendre : les breloques ? Il les a trouvées il y a deux mois dans la rue où il habite, il les porte simplement « par coquetterie ». Les policiers ne sont pas convaincus par les explications et décident de le conduire au commissariat.

La circulaire de police du 1er juin 1942

Ce que le jeune homme ne sait pas, c’est que depuis le 1er juin 1942 les agents des brigades spéciales ont reçu de nouvelles directives. Après son entrée dans l’illégalité, le parti communiste français concentre une partie de ses actions sur la collecte de sommes d’argent en faveur des internés administratifs et des emprisonnés politiques. Pour cela, les militants multiplient les demandes de souscription dans la rue ou les usines, mais mettent également en vente de petites breloques, comme cette paire de sabots en bois. Les acheteurs sont encouragés à les porter à la boutonnière en signe de solidarité à l’égard des victimes de la répression.

Avec le temps, ces objets servent à un autre usage. Le parti clandestin invite en effet les familles de prisonniers politiques à porter cet insigne lorsqu’elles rendent visite aux membres de leur famille détenus. Notre jeune homme ayant été retrouvé en possession d’un ticket de train dont la destination est le lieu d’internement de son père communiste, semble avoir fait partie de ces personnes. L’objectif de cette consigne : permettre de se regrouper lors du départ en gare.

Informées de cette pratique, les autorités nourrissent la crainte que les militants communistes soient envoyés en « observateur » dans les gares pour recruter, parmi ces groupes, des membres « dont le dégoût et la rancœur ou la haine sont susceptibles d’en faire des recrues potentielles pour l’organisation » (AN Z/4/67/470). Elles craignent également que des informations ne filtrent des camps d’internement. La Préfecture de police, dans sa circulaire du 1er juin 1942, demande donc aux agents de police de rechercher et d’arrêter les personnes arborant ces paires de sabots pour les conduire au poste de police.

Le jeune homme qui arborait ces breloques, est finalement acquitté « comme ayant agi sans discernement » et placé en liberté surveillée par la section spéciale de la cour d’appel de Paris le 14 décembre 1942, après deux mois passés en prison !

Pour citer ce billet : Christophe Bouvier « La chasse aux insignes: la répression des communistes en 1942 », ANR PAPRIK@2F, 19 février 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1726]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *