La riposte après le 6 février

Dans le prolongement de l’interview publiée la semaine dernière sur le 6 février 1934, nous interrogeons cette semaine l’historien Jean Vigreux, directeur de l’ANR Paprik@2F et auteur, parmi d’autres livres récents, d’un « Que-Sais-Je » sur le Front populaire.

449f901b955b897dca6ebd2be3f2d867

Discours de Léon Blum devant des ouvriers en grève lors d’une contre-manifestation après les émeutes du 6 février 1934. Paris, cours de Vincennes, 12 février 1934.
Collection Roger-Viollet
Numéro d’image : 2452-9; Numéro d’inventaire : RV-68020

ANR : À la veille des événements du 6 février 1934, la division des gauches est profonde. Comment l’expliquer ?

Jean Vigreux : La division des gauches est liée à plusieurs facteurs. En premier lieu, il y a l’effet de la ligne sectaire imposée par l’Internationale communiste depuis son VIe Congrès de 1928 qui prônait la ligne « classe contre classe » dénonçant les sociaux-traitres, voire les sociaux-fascistes. Toutefois, depuis l’effondrement du parti modèle le KPD (Parti communiste allemand en 1933), la ligne est quelque peu réévaluée. D’autre part, le parti radical-socialiste, « parti pivot » de la IIIe République et parti de gouvernement est enclin à s’allier avec la droite modérée. Enfin, la SFIO depuis le Congrès de Tours, en décembre 1920, est hantée par la scission et elle peut encore dénoncer « le socialisme à la sauce tartare ». Sur le plan syndical, cette division se lit aussi avec la coexistence de la CGT (proche de la SFIO) et de la CGTU liée au PCF. Mais la situation bouge avec l’onde de choc de l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

ANR : Les socialistes et la CGT sont en pointe de l’aspiration à l’unité. Pourquoi ?

JV : Là encore, il y a plusieurs raisons : la crise économique et ses effets sociaux touchent la France depuis 1932. La riposte est multiple face à une crise morale, politique et sociale et la CGT joue un rôle important. D’autre part, l’arrivée de réfugiés antifascistes en exil invite à comprendre ce qui se passe en Allemagne, mais aussi en Italie, d’autant qu’une partie des Ligues d’extrême droite s’inspire largement du fascisme, comme les Francistes de Marcel Bucard. Le 6 février est alors perçu comme un « coup de force fasciste » et entraîne un processus qui conduit au Rassemblement populaire. Dans un premier temps, le PCF et la CGTU organisent une manifestation le 9 février qui est interdite et durement réprimée (six militants communistes sont tués). À cette manifestation, les rangs communistes ont vu l’arrivée de militants socialistes : on en appelle alors au « front unique à la base », c’est-à-dire la position sectaire du PCF. La SFIO et la CGT, de leur côté, décident de manifester le 12 en province et à Paris, cour de Vincennes. En province, on dénombre plus de 250 000 manifestants dans 85 départements. Le rôle moteur de la CGT est essentiel. À Paris, le PCF et la CGTU se joignent au cortège des réformistes, encore dénoncés comme sociaux-traîtres. Toutefois, en fin de manifestation, au moment de la dispersion, l’unité à la base prend une nouvelle dimension ; des militants des deux cortèges se rejoignent aux cris de « Unité !, Unité ! ». Certes, les directions des deux organisations de gauche campent sur leur méfiance réciproque, mais l’élan est donné qui débouche sur un rassemblement antifasciste plus large, sur le Front populaire. L’impulsion syndicale conduit deux ans plus tard au congrès de réunification de la CGT à Toulouse (2 au 5 mars 1936).

N0404914_JPEG_1_1EM

L’Humanité 13 février 1934
Source: Gallica/BNF

ANR : Peut-on déceler des signes avant-coureurs du surgissement du mouvement unitaire des premières semaines de février ?

JV : Les effets de la crise économique sont primordiaux pour comprendre les logiques de la mobilisation. Mais il y aussi un autre facteur : les intellectuels ont alors constitué un laboratoire de la riposte antifasciste, à côté des organisations traditionnelles d’encadrement des masses (partis, syndicats et associations). Ils ont constitué une véritable passerelle entre ces organisations afin de mettre sur pied la naissance du Front populaire. Précurseur du mouvement, un jeune auditeur à la Cour des Comptes, François Walter (alias Pierre Gérôme) s’appuie sur le Syndicat national des instituteurs, en particulier auprès de ses dirigeants André Delmas et Georges Lapierre, qu’il rencontre au lendemain même de la manifestation du 6 février. Tous les trois décident de mettre sur pied un « groupement d’intellectuels ouvert à tous ceux qui voudraient lutter pour la défense des libertés », précisant leur démarche unitaire sans aucune exclusive. Les jours suivants, ils proposent à Paul Rivet, Paul Langevin et Alain de prendre la tête du mouvement et le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes est créé le 5 mars. Les comités locaux du CVIA ont impulsé une dynamique de rapprochement, un Front populaire à la base, tout en diffusant via les brochures et le bulletin Vigilance du CVIA, une culture unitaire de l’antifascisme. À l’échelle locale, c’est un véritable « printemps des comités (février-juin 1934) » selon la belle formule de Gilles Vergnon1. Dans la grande majorité des cas, une manifestation de « défense républicaine » précède la naissance du comité. Ainsi on recense plus de 450 manifestations dans plus de 350 localités du 7 au 12 février 1934. Dès lors, l’impulsion ne vient pas seulement de la riposte parisienne (des 9 et 12 février), mais bel et bien d’une dynamique province/Paris (local/national) qui souligne avec force la peur que suscite l’action des ligues, action qui est rapprochée des manifestations de rue des fascistes italiens, puis des nationaux-socialistes en Allemagne… C’est sur ce terreau que naissent petit à petit les formes du rassemblement en relayant les actions de la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), de la LICA (Ligue Internationale Contre l’Antisémitisme), mais aussi des comités de chômeurs, donnant un « second souffle » aux mobilisations du début des années 1930. Victor Basch, à la tête de la LDH, impulse le rassemblement populaire, jetant toutes les forces de la ligue dans l’antifascisme. Très vite le CVIA revendique plus de 2 000 adhésions d’universitaires, d’écrivains, de journalistes, puis 6 000 à la fin de l’année 19342.

ANR : Comment expliquer l’attitude communiste, hésitante et réticente à la fois ?

JV : Les tâtonnements caractérisent aussi les enjeux du moment. Il est toujours difficile d’opérer un tournant à 180°… Toutefois, après la journée d’émeute des ligues d’extrême droite, se pose le problème de l’union des forces de gauche. Quelques dirigeants communistes interprètent dans un sens nouveau les principes du front unique prônés par le Komintern, d’autant qu’à Moscou, au XVIIe Congrès du PCUS en janvier 1934, la politique stalinienne a évoqué des rapprochements possibles contre le fascisme. Renaud Jean, la figure paysanne du PCF, député de Marmande, responsable de la section agraire du parti et directeur de l’organe La Voix paysanne, Guy Jerram responsable de l’ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), dirigeant du Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme et du comité Amsterdam-Pleyel, et surtout le dirigeant, Jacques Doriot, le député-maire de Saint-Denis, manifestent aux côtés des militants socialistes. Doriot prend appui sur les aspirations unitaires et profite des erreurs d’analyse du XIIIe Plénum de l’Internationale pour défendre l’unité avec les socialistes. Il se rend même à Moscou pour défendre sa thèse. Pourtant, la ligne politique du PCF n’a pas changé ; le parti sous contrôle de Moscou maintient intégralement son analyse du « social-fascisme ». Et même, après les manifestations antifascistes, en particulier celle du 9 février, les rapports entre les deux partis issus du Congrès de Tours restent tendus. Après les obsèques des victimes communistes, Paul Vaillant-Couturier écrit : « Nous n’oublions pas que nos camarades ont été tués par des balles payées sur des crédits votés par les élus socialistes »3. Les deux positions — alliance sans condition avec les socialistes et application du front unique à la base — ne peuvent plus être maintenues. Le PCF adopte, dans un premier temps, une tactique d’isolement de Doriot et de ses proches et il faut « à l’égard de Doriot, procéder par étapes successives, c’est-à-dire, selon l’expression de Manouilsky, manœuvrer, isoler, liquider »4. Puis, il peut commencer à envisager le Front unique, le rapprochement avec les socialistes.

ANR : Pour les communistes, d’où vient dès lors l’impulsion décisive vers l’unité : de Paris ou de Moscou ?

JV : Des deux côtés, il y a de fait une dynamique, un effet cumulatif qui joue. Il faut observer le mouvement à plusieurs échelles et au sein de temporalités emboîtées. Si le PC est pris dans le sectarisme de la période « classe contre classe », il n’a pas tenté en France un rapprochement risqué avec l’extrême droite, comme son homologue en Allemagne, le KPD qui avait mené des grèves et manifestations communes avec les nazis. Dès le 6 mars 1933, Le PCF s’adresse à la SFIO pour lui proposer une rencontre en vue d’organiser des actions communes. L’IC met un terme à toutes ses prises de contact par sa déclaration du 1er avril 1933, réaffirmant le caractère imminent de la Révolution qui renversera conjointement le fascisme et le capitalisme. Le PC est d’ailleurs mis en accusation fin 1933 devant les instances de l’Internationale qui critiquent les erreurs opportunistes de sa direction5. La donne change avec les événements du 6 février 1934, mais la ligne bouge lentement. Le « printemps des comités » (l’unité à la base) enclenche le processus : localement on retrouve, lors des meetings ou des manifestations, côte à côte des élus, des cadres, des militants des organisations de gauche. Toutefois, le déblocage vient de Moscou avec le nouveau dirigeant, de l’Internationale Communiste, Georges Dimitrov, depuis avril 19346. Il infléchit alors la ligne politique en mettant l’accent sur l’unité d’action entre socialistes et communistes, « sur la nécessité de la lutte antifasciste et l’acceptation de la défense démocratique, la perspective révolutionnaire étant repoussée à plus tard » (Serge Wolikow). Dès le 14 mai 1934, Dimitrov propose son ordre du jour du futur VIIe Congrès de l’IC. C’est dans cette optique que le PCF met en œuvre le rapprochement, même si Staline semble très mécontent de la tournure des événements7. Dans ce contexte particulier, les dirigeants communistes français proposent au parti socialiste des actions de solidarité en faveur des victimes du nazisme, puis une action commune pour la défense des libertés démocratiques contre le fascisme. Le PCF devient le laboratoire de la nouvelle ligne de l’IC et reçoit tous les honneurs lors du VIIe Congrès de l’IC en juillet-août 1935. Il semble cependant que Staline ait conservé une certaine méfiance vis-à-vis de cette nouvelle ligne, qu’il accepte sans l’endosser.

Extrait du Mémorandum du Secrétariat des pays latins de l’Internationale Communiste concernant les journées de Février en France
RGASPI, Fonds 495, sous-fonds 4, dossier 278 folio 77-78

ANR : Face à la lenteur de l’évolution communiste, Doriot rompt. Pourquoi ?

JV : Ce n’est pas si simple. Doriot est méthodiquement isolé par le PCF même si localement, la conférence du rayon de Saint-Denis (où il est député-maire) approuve la politique menée par Doriot. Le PCF doit réagir et lors de son Comité central des 14 et 15 mars 1934, c’est Marcel Gitton, secrétaire à l’organisation du parti, qui condamne la ligne de Doriot. Dès lors, la reprise en main du parti ayant eu lieu, le PCF s’engage progressivement vers l’unité. Toutefois, Jacques Doriot persiste et le 9 avril 1934, co-signe avec Jerram une lettre à l’IC. Jacques Doriot est alors convoqué par l’IC à Moscou avec Maurice Thorez. Refusant de se rendre à Moscou, puisqu’il était candidat lors d’élections municipales partielles à Saint-Denis, où il obtint un grand succès (75,9 % des exprimés et 57,6 % des inscrits), il est à nouveau convoqué par un télégramme du Comité exécutif de l’Internationale Communiste, le 10 mai. Là encore, il refuse de se déplacer. Lors de la réunion du Présidium qui se tient le 16 mai 1934, Doriot est au centre des discussions qui entérinent la nouvelle ligne du PCF, Maurice Thorez doit prendre contact avec le Parti socialiste pour mener des actions communes antifascistes. Dès lors, le PCF, sous l’égide de Thorez, aidé activement par Eugen Fried, émissaire politique du Komintern à Paris, engage son parti sur la voie de l’unité. Il ne faut jamais avoir raison trop tôt et surtout contre la direction du parti… et Doriot est exclu le 29 juin 1934, puis lui aussi opère un revirement par anticommunisme8. Doriot n’a pas rompu, il est exclu et il entame une longue dérive pour incarner le collaborationnisme : il fonde la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme (LVF) et porte l’uniforme allemand sur le Front de l’Est.

ANR : Les années 1930 sont placées sous le sceau de l’antifascisme. L’historien François Furet, dans Le Passé d’une illusion (Robert Laffont, 2005) y a décelé une dimension instrumentale au service de la diplomatie soviétique. Comment l’historiographie a-t-elle évolué sur ce point ?

Là encore, il faut penser les jeux d’échelles et les pratiques militantes. François Furet inscrit son travail dans un champ historiographique qui insiste sur la manipulation soviétique à l’œuvre. L’historien américain, Stephen Koch9, considère que la collaboration entre Hitler et Staline n’a pas commencé avec le fameux pacte de l’année 1939, mais beaucoup plus tôt, sur un plan clandestin, elle aurait fonctionné dès l’année 1933 ! Le mouvement antifasciste et les Fronts populaires ne sont fondamentalement, aux yeux de Stephen Koch et de ses épigones, que des façades érigées sur l’ordre de Staline désirant camoufler la politique terroriste qu’il pratiquait à l’intérieur de l’Union Soviétique pour éliminer l’opposition et consolider sa dictature. Il est certain que les grandes purges ont lieu au même moment, que Willy Münzenberg, émissaire de l’Internationale communiste, a un rôle non négligeable dans la mise en place des réseaux antifascistes, mais cette thèse ne tient pas à l’épreuve des faits. On peut effectivement distinguer plusieurs antifascismes, très différents entre eux. Mais chez « les communistes, la principale nouveauté de l’antifascisme qui s’imposa à partir de 1934 pour être officialisé en 1935 consistait dans le fait qu’il incluait désormais la défense de la démocratie « bourgeoise » et une politique d’alliances non seulement avec les socialistes, mais aussi avec des partis « bourgeois » »10. Au-delà des arrière-pensées soviétiques, l’antifascisme se divise sur la question du pacifisme et connaît une crise importante. Faut-il envisager une riposte belliciste ou faut-il garder le pacifisme né de l’horreur de la Grande guerre ? Cette querelle divise durablement le Front populaire et permet de comprendre les enjeux de la Guerre d’Espagne, puis de Munich… La complexité se lit aussi avec le cas allemand, où Staline livrera les réfugiés antifascistes à Hitler en 1939. Bref, cela révèle des logiques entremêlées et contradictoires entre la diplomatie d’un parti-État, le « rêve déchu » de l’Internationalisme prolétarien et les pratiques locales, bref un « antifascisme pluriel et dissonant »11. Dans cette optique, le 12 février 1934 devient dans la mémoire des gauches, en particulier de Léon Blum, le moment fondateur du Front populaire.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « La riposte après le 6 février. Une interview de l’historien Jean Vigreux », ANR PAPRIK@2F, 12 février 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1690]

  1. Gilles Vergnon, «  Processus de politisation et mobilisations politiques », dans Xavier Vigna, Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Le pain, la paix, la liberté. Expériences et territoires du front populaire, Paris, Editions sociales, 2006, p. 31. []
  2. Nicole Racine, « Le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes » dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française, Paris,  PUF, 1995 []
  3. éditorial de L’Humanité du 18 février 1934 []
  4. Jean-Paul Brunet, Doriot, Paris, Balland, 1986, p. 154. []
  5. RGASPI 495/4 /271, télégramme du Comité exécutif de l’IC, du 27 novembre 1933. Ce qui est confirmé au 13e plenum de l’IC, voir Serge Wolikow, L’Internationale Communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la Révolution, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2010, p. 84. []
  6. voir notice Carnets Dimitrov []
  7. Journal Dimitrov, 20 mai 1934 : « conversation avec Staline concernant la question française (très mécontent !) – en France – un front uni fait depuis le sommet… » []
  8. voir la très belle mise au point de Laurent Kestel, La conversion politique. Doriot, le PPF et la question du fascisme français, Paris, Raisons d’agir, 2012 []
  9. Stephen Koch, La Fin de l’innocence, Paris, Grasset, 1995 (traduction d’un ouvrage publié en 1994, Double lives []
  10. Bruno Groppo,  L’antifascisme dans la culture politique communiste » dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au XXe siècle. Entre guerre et modernité, Paris, La Dispute, 2003, pp. 81-94 []
  11. Vincent Chambarlhac, Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Paris, La Ville brûle, 2014, p. 21 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *