Le 9 février 1934, journée rouge, journée sans lendemain ?

bacfa073f4942664bd54c1de8a68b231

Contre-manifestation du 9 au 12 février 1934, place de la Nation. Parisiens en grève à la suite des émeutes du 6 février, le drapeau rouge hissé sur la statue de la République.
Collection Roger-Viollet: Numéro d’image : 6612-8
Numéro d’inventaire : RV-65348

Émeute fasciste, coup de semonce plus que coup d’État, la journée 6 février convoque pour les gauches alors divisées la question d’une riposte unitaire1. Dans la mémoire du Front populaire, ce sera le 12 février 1934, prélude à l’unité antifasciste. La journée du 9 février 1934 paraît pourtant chronologiquement comme l’une des premières réponses au 6 février 1934 à Paris, ce d’autant que la SFIO a abandonné son projet initial de contre-manifestation le 8, se ralliant à l’initiative de la CGT pour le 12 février. Ce d’autant qu’elle se singularise des premières manifestations provinciales, davantage portées par la question d’un antifascisme républicain.

Pour la mobilisation du 9 février, l’appel du Parti communiste précise : « Le gouvernement sanglant Daladier-Frot, soutenu par le Parti socialiste, a préparé la venue au pouvoir de l’Union Nationale. Il vient de lui céder la place. C’est ainsi que le Parti radical et le Parti socialiste font le lit du fascisme ! À la tête des masses, le Parti communiste a déjà ces jours derniers, dirigé de nombreuses actions et manifestations contre le fascisme. En province, dans les rues de Calais, Castres, Toulon, Marseille, Nice, etc., les travailleurs ont réalisé le front unique à son appel2».

Si la thématique s’inscrit encore dans la droite ligne de la politique de front unique, marque encore sa méfiance vis-à-vis de l’appel pour le 12 février et tente de tirer à son profit les premières ripostes provinciales, la manifestation convoquée pour 20 h Place de la République à Paris dénoue pour partie la complexité du 6 février. Elle l’escamote d’ailleurs davantage qu’elle ne la questionne, puisque la manifestation étant réponse au 6, la présence des militants de l’ARAC ce jour-là devient secondaire, puis oubliée, finalement.

N0404911_JPEG_1_1EM

L’Humanité 9 février 1934
Source: Gallica/BNF

La manifestation est violente, durement réprimée, les combats de rue s’enchaînent autour de la gare de l’Est. Jacques Doriot s’illustre, donnant à voir dans le combat une « virilisation » de l’antifascisme sans doute marquée par le legs de la Grande Guerre, mais également construite par la question de la violence au sein du mouvement révolutionnaire et la légitimité qu’elle procure au « chef ».

Dans les quelques brochures qui le relatent par la suite, le 9 février se présente comme une « journée rouge », un retour dans l’espace parisien du souvenir de la Commune d’une classe ouvrière combattante exilée depuis la victoire des Versaillais aux portes de Paris. Rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur le 6 février 34, Laurent Bonnevay, député du Rhône, souligne l’atmosphère de guerre civile qu’accentue le soutien des habitants de l’Est parisien aux manifestants contre les forces de l’ordre. Un Paris ouvrier s’est affirmé, et dans la rue, aux militants communistes se sont mêlés des socialistes de la Fédération de la Seine proches de la tendance de La Bataille socialiste. La répression fait une centaine de blessés, quatre morts, plus de mille arrestations.

Le 9 février pour une grande part de l’historiographie de l’antifascisme est une journée sans lendemain. Elle clôt un cycle finalement, celui de l’isolement du Parti communiste. Elle peut être aussi vue comme un ultime reflux du Paris ouvrier, communard. Bientôt le 12 vaut pour les historiens matrice d’un processus « cumulatif et fédérateur », ainsi que le souligne Jean Vigreux3, matrice donc d’un antifascisme ferment unitaire des gauches. Au ras pourtant du printemps antifasciste de 1934, le 9 février vaut que l’on s’y attarde. Au sein du Parti communiste, l’événement est véritablement constitutif de la stature du « grand Jacques » (Doriot), rival de Maurice Thorez ; au-delà, le pari de Doriot sur l’antifascisme unitaire trouve ici ses premières conditions de possibilité dans l’espace révolutionnaire dominé par le Parti de Maurice Thorez. La manifestation signifie aussi, et immédiatement dans les discours qui vont s’en saisir, la présence d’un antifascisme ouvrier et révolutionnaire où la question du régime et de sa défense, est secondaire sinon anecdotique. Il y a donc plus dans ce 9 février qu’un chant du cygne. L’antifascisme y apparait comme un énoncé collectif, le carburant d’une émotion politique qui ne fait pas encore accord. Cet antifascisme trouve dans la rue son espace : en ce sens, la manifestation jette un pont entre la violence et les pratiques d’occupation de l’espace urbain du parti communiste dans sa période de Front unique et le cycle de manifestation de souveraineté ouvert par le 12 février 1934 décrit par Danielle Tartakowsky4. Événement sans lendemain véritable, le 9 vaut, par cette propriété même, que l’on s’y attarde.

Pour citer ce billet: Vincent Chambarlhac « Le 9 février 1934, journée rouge, journée sans lendemain ? », ANR PAPRIK@2F, 11 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1679]

  1. Voir sur ce blog, l’entretien réalisé avec Olivier Dard []
  2. Sauf cas contraire, toutes les citations sont extraites de Vincent Chambarlhac, Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Paris, La Ville brûle, 2014. []
  3. Jean Vigreux, Le Front populaire, Paris, PUF (Que sais-je ?), 2012 []
  4. Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. février 12, 2014

    […] Rassemblement populaire. Dans un premier temps, le PCF et la CGTU organisent une manifestation le 9 février qui est interdite et durement réprimée (six militants communistes sont tués). À cette […]

  2. mars 5, 2014

    […] 1Voir le livre récent de Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl, 1934-1946. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, 2014, les billets de Vincent Chambarlhac, Commémorer le 12 février ? L’historiographie de l’antifascisme aujourd’hui… (sur le blog de Dissidences, http://dissidences.hypotheses.org/4298 ), et Le 9 février 1934, journée rouge, journée sans lendemain ? sur le portail http://anrpaprika.hypotheses.org/1679 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *