L’antiparlementarisme des députés communistes allemands

À l’occasion de la publication de son livre La catastrophe allemande 1914-1945 chez Fayard, l’historien Nicolas Patin, chargé de recherche à l’Institut historique allemand (IHA) à Paris, évoque pour nous l’histoire de l’antiparlementarisme communiste allemand.

image.htmlL’historiographie concernant le parti communiste allemand (KPD) sous la République de Weimar et le IIIe Reich a commencé à se renouveler lentement depuis la chute du Mur. De larges pans de la recherche est-allemande ont été disqualifiés du fait de leurs orientations apologétiques ; la recherche ouest-allemande, elle, avait délaissé certains sujets, les œuvres d’Hermann Weber (1969, 1989, 2004) et d’Heinrich August Winkler (1984) faisant office de synthèse de références.

Une historiographie classique, mais datée

Le chercheur se trouve donc souvent face à des ouvrages classiques, mais datés : on peut citer un exemple parmi d’autres, concernant l’association paramilitaire du KPD, l’Union rouge des combattants du front (Roter Frontkämpferbund) pour laquelle ne sont disponibles que les deux ouvrages de l’historien ouest-allemand Kurt Schuster (1975) et de l’historien est-allemand, Kurt Finker (1981). Un certain renouvellement est venu de l’étude sur les mouvements de résistance (G. Zumbaum-Tomasi, par exemple), de l’ouvrage de Klaus-Michael Mallmann sur l’histoire sociale du KPD (1996) ou des travaux de Klaus Kinner (1999).

Concernant l’activité des élites communistes à l’échelle centrale de la première République allemande, au Parlement, il n’existe presqu’aucune monographie, si ce n’est un ouvrage hagiographique de 1980 (Haferkorn/Leidigkeit) et une littérature qui applique le paradigme totalitaire pour rejeter dos à dos l’obstruction rouge et celle des chemises brunes. Deux ouvrages sont venus renouveler la perspective : le premier s’intéresse à l’antiparlementarisme de gauche sous la République (R. Bavaj, 2005) ; le second, première étude complète sur le Reichstag sous la République de Weimar, analyse les pratiques quotidiennes et montre la manière dont les députés communistes, s’ils ont continué de garder le verbe haut, se sont intégrés progressivement au travail positif de l’Assemblée : « Quelle que soit la rhétorique de la lutte des classes en séance plénière, c’est le pragmatisme qui régnait dans les instances en coulisse, ce qui était, à certains égards, aussi une réaction aux attentes du prolétariat, qui souhaitait une amélioration concrète de sa situation… » (T. Mergel, 2002, pp. 314-320).

Un antiparlementarisme spécifique

À travers une prosopographie des 1 674 députés du Reichstag de la République de Weimar, mes recherches ont pu apporter un certain nombre d’éléments nouveaux. L’antiparlementarisme des communistes allemands est, à bien des égards, spécifique : s’il se fonde sur le rejet traditionnel propre au marxisme-léninisme de la participation à la « chambre d’enregistrement de la bourgeoisie », la haine de l’institution parlementaire redouble dans le contexte de la révolution allemande de 1918-1919. En effet, la victoire des sociaux-démocrates majoritaires au Congrès national des Conseil d’Ouvriers et de Soldats de décembre 1918 signe aussi la victoire de l’Assemblée constituante sur le « pouvoir aux Conseils ouvriers » défendu par Rosa Luxemburg. La répression sanglante des soulèvements du début 1919 scelle la détestation des communistes contre le parlementarisme bourgeois. Un très grand nombre des députés communistes participent ainsi à des activités violentes, dans la suite logique de leur expérience de guerre et de la lutte contre la République honnie (organisation des « centuries prolétariennes » (proletarische Hundertschaften), action de Mars 1921 ou « Octobre rouge » de 1923…).

L’obstruction parlementaire

La pratique de l’obstruction, que j’ai étudiée entre autres à travers une analyse des 1 582 rappels à l’ordre prononcés par la présidence du Reichstag entre 1919 et 1932, montre la part prédominante de la fraction communiste dans les blocages de l’Assemblée : les 203 députés communistes totalisent, pour les quatorze ans de la République, presque 60 % des interpellations ayant donné lieu à des rappels à l’ordre, depuis les bancs ou depuis le pupitre. Sur les vingt députés les plus rappelés à l’ordre, douze sont communistes, les plus offensifs étant Emil Höllein (élu de 1920 à 1929), Wilhelm Koenen (1919-1932) et Siegfried Rädel (1924-1933). De même, 62 % des expulsions prononcées contre des députés le sont contre des membres du KPD. Cependant, deux types d’arguments permettent de nuancer ce constat. Le premier consiste à ramener le nombre de rappels à l’ordre à la taille du groupe parlementaire. Le parti nazi apparaît alors comme beaucoup plus difficile à gérer : si les communistes reçoivent environ 5 rappels à l’ordre par parlementaire, le parti nazi, en 1928, en reçoit 10 par député, pour un groupe de seulement douze membres.

Un langage commun pour s’opposer

Plus largement, si on s’intéresse à la sémiologie du langage parlementaire (A. Burkhardt, 2003) l’énonciation des communistes ne suit pas les mêmes schémas que celle des nazis. D’une part, les mots qu’utilisent les députés communistes tiennent, dans leur obstruction, du même registre linguistique que leurs opposants bourgeois. Les nazis, eux, ont recours à un vocabulaire beaucoup plus violent et antisémite. D’autre part, alors que dans le groupe national-socialiste, deux députés monopolisent la grande majorité des prises de parole (Wilhelm Frick et Franz Stöhr), celles-ci sont réparties d’une manière plus équitable au sein du groupe communiste. Durant la législature 1924-1928, 85 % des députés montent ainsi au pupitre et 80 % durant la législature 1928-1930. Si Walter Stoecker, Siegfried Rädel, Ernst Torgler et Emil Höllein représentent presque 45 % des interventions, tous les membres du groupe sont sommés de participer. Cette forme de « travail positif » se retrouve d’ailleurs en dehors de l’espace symbolique de l’hémicycle, dans les commissions. Walter Stoecker, président du groupe parlementaire, rappelle ainsi à l’ordre ses camarades indisciplinés, car l’absence de rigueur conduit, selon lui, à tenir des discours non préparés en plénière et en commission. Un certain nombre de députés des partis bourgeois reprochent d’ailleurs ce double jeu aux communistes : travail concret en commission, discours de propagande incendiaire en séance plénière…

Une répression précoce

Enfin, ce que révèle l’étude des trajectoires de ces communistes, c’est le caractère très précoce de la persécution dont les députés communistes sont victimes de la part des militants nazis, et cela au sein même de l’espace protégé du Reichstag. Le 7 décembre 1932, les députés nationaux-socialistes molestent ainsi leurs ennemis communistes dans les couloirs du Reichstag ; plusieurs, dont Willi Budich, sont blessés à cette occasion. Les députés communistes se sont déjà permis de rompre avec violence l’ordre symbolique du Reichstag, comme lorsqu’ils chantent l’Internationale en séance plénière, le 25 février 1932, ou posent une grenade sur la table des sténographes, le 6 février 1929, pour protester contre la politique de réarmement du gouvernement. Mais, à la différence des nazis, ils s’intègrent peu à peu à la bonne marche de l’Assemblée. Une explication de ce rapprochement progressif des députés communistes tient peut-être à ce que sur ces 200 hommes et femmes, 50 % ont fait partie du parti social-démocrate avant, pendant ou après la guerre ; 75 %, si on intègre l’éphémère parti social-démocrate indépendant (USPD, 1917-1922). Les députés communistes sont donc en majorité d’anciens militants socialistes, radicalisés par la guerre et par l’écart de plus de dix ans qui les sépare de leur voisin de droite à l’Assemblée (SPD : 49 ans, KPD : 37 ans). À partir de 1930, cependant, cette intégration n’est plus de mise : non seulement le groupe nazi entre en masse au Parlement, avec 107 députés, mais le renouvellement des élus communistes, d’une part, et le contexte de la doctrine de la lutte contre le « social-fascisme », d’autre part, conduit le KPD à voter bien plus souvent avec les nationaux-socialistes qu’avec les sociaux-démocrates. Le nombre de séances plénières s’effondre : le Reichstag a cessé de fonctionner.

Pour aller plus loin :

Biographies des députés : www.bioparl.de

Débats du Reichstag : www.reichstagsprotokolle.de

Nicolas Patin, La catastrophe allemande, 1914-1945. 1674 destins parlementaires, Fayard, parution le 29 janvier 2014.

Pour citer ce billet : Nicolas Patin « L’antiparlementarisme des députés communistes allemands », ANR PAPRIK@2F, 18 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1625]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *