Le Centre des archives fédérales allemandes à Berlin (Bundesarchiv)

11_280x0_

Le bâtiment historique des Bundesarchiv de Berlin

Pour clore la première semaine allemande de notre blog, une visite virtuelle du Bundesarchiv-Berlin par une historienne habituée des lieux. 

Dans une lointaine banlieue de Berlin, entre Lichterfeld-West et Lichterfeld-Ost, se trouve un des centres d’archives fédérales allemandes, le Bundesarchiv, Berlin-Lichterfeld. Il existe en Allemagne plusieurs centres d’archives fédérales (Bundesarchiv) notamment dans les villes de Bayreuth (histoire régionale, des expulsions d’Allemands après la Seconde Guerre mondiale), de Coblence (centrale des Bundesarchiv), de Ludwigsburg (principalement sur les crimes nazis), de Freiburg (archives militaires), entre autres.

Un site symbolique de l’histoire allemande au XXe siècle

Le Bundesarchiv à Berlin (Lichterfeld) est le centre le plus fréquenté. Il a pris place dans un immense parc dont les bâtiments ont servi à partir de 1873 jusqu’en 1920, aux cadets de la noblesse servant dans l’armée prussienne. Dans ces bâtiments est formée l’élite militaire prussienne, l’ensemble de ses officiers. L’établissement militaire a été symboliquement fermé en 1920, suite au Traité de Versailles. En 1933, Hitler se prévaut de la renommée de l’ancien établissement pour y installer un groupe paramilitaire qu’il dirige directement : le Leibstandarte-SS Adolf Hitler (LAH, 1936). Devenue division de combat intégrée à la SS, la LSSAH se distingue pendant la Seconde Guerre mondiale par des crimes de guerre et des massacres de juifs. Elle combat également en Normandie. Dans ce lieu dédié aujourd’hui à l’étude, il est intéressant de voir défiler ces hommes dans un film que l’on peut visionner sur Internet, sortant de la caserne d’un air martial, entre deux statues de soldats qui ont été depuis déboulonnées1.

Sur le site lui-même, le long du chemin qui mène à la salle de lecture, des ouvriers s’affairent pour rénover la plus grande piscine européenne de l’époque, construite sur ordre d’Hitler en 1937-1938 : bain de 5 mètres de profondeur, fenêtres de 15 mètres de haut, bassin de 50 m sur 25 m. La rénovation actuelle préserve la structure ancienne du bâtiment, digne produit architectural nazi, tout en prenant des distances tangibles avec l’esthétique « NS ». Les traces du passé s’estompent sans pour autant s’effacer.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine occupe le site. En 1994, il est rétrocédé au Land de Berlin. Les archives y prennent place peu après, en 1996. Un nouveau bâtiment au même endroit a été construit et devrait accueillir sous peu les visiteurs, tandis que les lieux de consultation actuels deviendront des espaces d’habitation.

Travailler au Bundesarchiv, Berlin-Lichterfeld

Les 150 places, presque toujours toutes occupées pendant les horaires pourtant extensibles (de 8 h à 19 h), se répartissent en trois salles : la bibliothèque, la salle des microfilms et celle de lecture des archives papiers. Il faut dire quelques mots, pour qui s’intéresse à l’histoire du mouvement ouvrier, de la bibliothèque, nichée dans une ancienne chapelle (à gauche de l’entrée principale). Selon le site du Bundesarchiv, elle regroupe 1,5 millions d’ouvrages. Des journaux, de la littérature spécialisée ont été regroupés dans ce lieu, particulièrement en ce qui concerne la littérature secondaire éditée à l’époque de la RDA. Les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire du mouvement communiste peuvent trouver ici des documents irremplaçables et y compléter utilement le travail entrepris dans les fonds d’archives.

Ces archives considérables forment un ensemble incontournable pour tout chercheur-se qui se consacre à l’histoire allemande contemporaine, d’autant plus qu’une grand majorité des documents étaient il y a encore peu de temps (1990), inaccessibles. Il regroupe des archives concernant la RFA, la RDA, toute l’histoire du KPD (le Parti communiste allemand), les zones occupées après guerre, la période du nazisme, la République de Weimar et certains documents portant sur l’Empire allemand à partir de 1495. L’accès est simple et le personnel nombreux et très disponible. Il s’agit d’un lieu où les conditions de travail sont optimales et où l’on se laisse sans cesse surprendre par la richesse des documents consultés.

 Pour aller plus loin:

Le site des archives fédérales allemandes : http://www.bundesarchiv.de/index.html.de

Bundesarchiv Berlin-Lichterfeld : Finkensteinallee 63, 12 205 Berlin

Pour citer ce billet : Constance Margain, « Le Centre des archives fédérales allemandes à Berlin (Bundesarchiv) », ANR PAPRIK@2F, 13 janvier 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1503]

  1. En allemand, Die SS-Totenkopf (partie 4) : https://www.youtube.com/watch?v=JJIrpZVIXHU de 4’18 à 4’25. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Nicolas Beaupré dit :

    Petite anecdote : les statues à l’entrée n’ont pas été déboulonnées mais coulées dans du béton sur place (on le devine sur Google Street View) comme le béton s’effrite, on risque de voir le casque d’acier faire sa réapparition.

  2. Toelen Stéphane dit :

    Je recherche tous renseignements sur les unités allemandes ayant occupé le Loiret , en particulier le Gienois . Ou le moyen des me les procurer . Num de régiment et leur historique
    merci .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *