Alfortville 1934 : un exemple d' »autodéfense ouvrière » ?

La Cité Jeanne d'Arc, un habitat populaire dense, enchevêtré, insalubre. L'ensemble est détruit à la fin des années 1930.

La Cité Jeanne d’Arc, un habitat populaire dense, enchevêtré, insalubre. L’ensemble est détruit à la fin des années 1930.

Constituée à partir des conquêtes municipales de la SFIO avant-guerre, la « ceinture rouge » est une couronne de villes autour de Paris, dirigées par la gauche socialiste et communiste. D’abord réduite à quelques mairies, elle s’élargit dans les années 1920 et 1930 pour devenir l’une des principales zones d’implantation du Parti communiste en France. Parallèlement à l’organisation du mouvement ouvrier, dans le dernier tiers du XIXe siècle, faubourgs et banlieues populaires jouent un rôle croissant dans la vie de Paris, de façon parfois fort agitée.

Du rififi dans le Paris rouge

Lors des événements mouvementés des années 1930, c’est en effet la banlieue qui tend la main au Paris populaire. En 1934, deux quartiers, les HBM d’Alfortville et la Cité Jeanne d’Arc, dans le 13e arrondissement, sont le théâtre d’affrontements violents avec la garde républicaine.

En 1929, Alfortville est devenu une municipalité communiste. Marcel Capron est élu maire. De nombreux travaux sont effectués : rénovation de quartiers insalubres, construction de logements sociaux (de type HBM, Habitant à Bon Marché), et édification du groupe scolaire Octobre, en 1934, conçu sous la forme d’un paquebot par l’architecte Georges Gautier. La Cité Jeanne d’Arc, quant à elle, a été construite en 1908 par la Ville de Paris, dans le 13e arrondissement. Un film projeté au 6e congrès de la CGTU (8 novembre 1931), et consacré aux manifestations du 1er mai de la même année, évoque déjà les « charges de flics à la cité Jeanne-d’Arc ». Mais ce sont d’autres affrontements qui vont rendre célèbre cet îlot d’habitations modestes, ainsi que les récents HBM de banlieue.

Ma 6-T va crack-er, version 1934

Le 1er mai 1934, des interpellations sont effectuées suite au rassemblement CGTU/PC dans la clairière de Reuilly, à Vincennes. Le député du 13e arrondissement, Lucien Monjauvis, présent sur un piquet de grève dans la matinée, est arrêté. En rentrant du meeting de Vincennes, au cours de la soirée, les habitants de la cité Jeanne d’Arc y tiennent une réunion. Une manifestation s’organise, aussitôt contrecarrée par la police. Les habitants dressent alors deux barricades dans la cité, édifiées au moyen de pavés. La police reçoit des projectiles lancés depuis les étages des appartements insalubres en cours de démolition.

Le souvenir de la Commune

Déjà L’Humanité, dans son appel à manifester, a mis en garde contre les « 12 régiments d’infanterie, 10 escadrons de cavalerie concentrés à Paris en vue du 1er mai ». Le gouvernement aurait « fait occuper Paris […] par des troupes choisies venues de province et encadrées par des officiers fascistes ». Dans son édition du lendemain (2 mai 1934), le journal célèbre la résistance des ouvriers de la cité Jeanne-d’Arc, ces « fils de la Commune », décrivant de « violentes batailles » où la police est accusée d’avoir tiré « sur les fenêtres des maisons ». Le journal communiste établit le parallèle avec les affrontements des HBM d’Alfortville, où là encore la police a fait parler la poudre, cette fois-ci « contre une école ». En effet, dans les habitations bon marché (HBM) d’Alfortville, des affrontements éclatent avec la police.

Paul Vaillant-Couturier décrit ainsi « ces véritables groupes spontanés d’autodéfense [qui] se sont armés de tout ce qui peut résister à la police. Ils ont des bâtons, des barres de fer, ils ont arraché des pavés et en ont fait des tas à côté d’eux. […] Ils ont fait des tranchées, barrant les rues devant l’entrée des HBM. Ils ont, dans les maisons, entassés des projectiles dans les couloirs, derrière les fenêtres. Ils se sont distribués leurs postes de défense. Ils se tiennent prêts à recevoir les flics et à leur lancer des fenêtres un matériel considérable. »1

Autodéfense ou insurrection urbaine ?

Par la voix de Vaillant-Couturier, le PCF englobe l’émeute d’Alfortville dans un discours légitimant d’autodéfense populaire, sous le signe de la mobilisation alors très actuelle contre le fascisme assimilé aux forces de l’ordre. Si ces dernières ont dû finalement se retirer de la cité ouvrière d’Alfortville, elles restent toute la nuit cité Jeanne-d’Arc, recevant des renforts par cars, tirant des coups de feu. Elles arrêtent seize personnes pour tentative de meurtre : douze ouvriers, une ouvrière, un mutilé de guerre à 100 % et deux jeunes de 17 ans.

Ces affrontements sont l’occasion pour le Parti communiste de démontrer, outre sa simple capacité à faire face à la répression, son enracinement dans la population française et dans la géographie parisienne. Il le fait en mettant en avant l’action de ses élus locaux : Marcel Capron, maire d’Alfortville depuis 1929, également député, organise l’autodéfense, prend en charge les blessés. Les conseillers municipaux Milot et Guérin sont blessés devant les piquets de grève. Au-delà des élus, c’est la « municipalité rouge » qui est célébrée, avec ses réalisations, telle l’école Octobre. À travers l’exemple de bastions (ici dans leur sens politiques comme militaires), c’est la future société, prise en main par le Parti qui se profile. Paul Vaillant-Couturier ne termine-t-il pas ainsi son article : « l’Internationale monte jusqu’aux drapeaux flottants, devant les écoles Octobre, œuvre de notre Parti » ? Pour le reste de la presse, du Figaro au Populaire, l’ordre public n’a guère été troublé. Alfortville fait exception, Le Populaire en particulier souligne la « déconcertante facilité » avec laquelle la police fait usage de ses armes à feu. C’est surtout l’important dispositif de sécurité déployé à Paris par le gouvernement de Gaston Doumergue, trois mois après les émeutes du 6 février, qui fait l’objet des critiques les plus vives de la presse de gauche. Ces réserves faites, une réalité urbaine plus prosaïque, faite de chômage et de misère populaire sur fond de crise économique, se dessine derrière le lyrisme des communistes. Entre « Journée des tuiles » (Grenoble, 7 juin 1788) et émeute urbaine moderne, les événements d’Alfortville sont un exemple typique d’« émotion urbaine » dans les années 1930.

Dimitri Manessis, avec Romain Ducoulombier

Pour aller plus loin :

« Les réalisations de la municipalité d’Alfortville », film d’Albert Mourlan, réalisé en 1935, disponible sur Ciné-archives.

Emmanuel Bellanger, Julian Mischi (dir.), Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Armand Colin, 2013

Pour citer ce billet: Dimitri Manessis «Alfortville 1934 :  un exemple d' »autodéfense ouvrière » ? », ANR PAPRIK@2F, 27 janvier 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1431]

  1. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404992j/f1.zoom.r=L%27Humanit%C3%A9%20:%20journal%20socialiste%20quotidien.langFR []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *