La ligue des combattants du Front rouge (RFB) : une organisation du Parti communiste allemand

Dans le prolongement des travaux de notre blog sur les rapports entre communisme et violence dans l’entre-deux-guerres, l’historienne Constance Margain évoque pour notre semaine allemande le Roter Frontkämpferbund (RFB), la puissante organisation paramilitaire du KPD dans les années 1920.

La Ligue des combattants du Front rouge, en allemand, a été  fondée en juillet 1924. Selon l’historien allemand Klaus-Michael Mallmann, le RFB rassemble 100 000 adhérents fin 1925, 150 000 au début de 1926, 118 000 fin 1926, 127 000 en août 1927 et en 1928, 106 000 militants. Des effectifs considérables, comparés à la maigreur des formations paramilitaires du Parti communiste français à la même époque1.

L’emblème du RFB : le poing fermé est un symbole fort qui s’internationalise

La figure d’Ernst Thälmann

Le premier congrès ou Reichskonferenz du RFB se tient le 1er février 1925. Ernst Thälmann en est nommé président (Bundesvorsitzende). Si Ruth Fischer (dirigeante du KPD de 1924 à l’automne 1925) se moque ouvertement de ces « jeux de soldats », cela correspond pourtant parfaitement au style politique d’Ernst Thälmann qui la remplace à la tête du KPD, imprégné de l’expérience de la Première Guerre mondiale dans laquelle il a été soldat dès 1915. Le rôle de Thälmann comme dirigeant du RFB, ancien combattant en uniforme, est inséparable de sa stature de dirigeant du KPD. L’emblème du RFB, le poing fermé, est un symbole fort qui s’internationalise.

Un style militaire

Le RFB a attiré dans ses rangs des milliers de jeunes allemands avides d’action. Il constitue une réponse aux organisations similaires du parti social-démocrate (SPD) et de l’extrême-droite. Il concilie la tradition militaire de la génération du feu avec le mouvement ouvrier. L’uniforme (casquette de Lénine, veste verte cintrée d’une ceinture noire, culotte de cheval, bottes noires), la parade, les marches et la musique militaire, les drapeaux, la hiérarchie même, sont la marque caractéristique d’une époque révolue et pourtant symbolique de l’atmosphère politique de la République de Weimar.

Une organisation très hiérarchisée

Le RFB est strictement organisé : chaque groupe est composé de huit hommes qui, formés par grappe de quatre groupes, dessinent une procession (Zug). Trois « processions » (Züge) désignent une camaraderie (Kameradschaft), un peu moins de cent hommes. Plusieurs camaraderies permettent de fonder une section (Abteilung) et plusieurs sections, un comité local (Ortsgruppe) qui multipliés, représentent une région (Gau). Chaque année a lieu un congrès (mai 1926, juin 1927, mai 1928) qui en désigne en principe la direction. Le RFB accorde une attention particulière à un groupe spécifique, les « marins rouges » (die rote Marine), les marins à l’origine de la révolution allemande mais qui sont aussi les héritiers de la puissante marine impériale wilhelmienne.

La sociologie du RFB

Les membres du RFB sont donc principalement des hommes (mais il y a aussi une section de femmes), jeunes, peu formés, sans travail, déçus de la social-démocratie et dont l’expérience principale est celle de la guerre. Thälmann personnalise cela et plus encore : il est celui qui va vaincre les ennemis des ouvriers de son poing « rouge et de fer » et lancer le mouvement révolutionnaire. Ce projet est un succès comme il n’en a existé aucun autre dans les organisations communistes. Le parti touche là un point névralgique. Cette menace d’agir militairement donne au KPD l’apparence d’un parti puissant occupant l’espace politique du pays.

Combats de rue dans l’Allemagne de Weimar

Cependant, les batailles de rues avec les « Casques d’acier » (Stahlhelm) (une organisation paramilitaire très puissante, soutien du parti nazi (NSDAP)) et les SA (l’organisation paramilitaire du NSDAP, dirigée par Ernst Röhm) se multiplient. Le 1er mai 1929, les affrontements avec la police, qui a interdit tout rassemblement, font trente morts. Le RFB est interdit le 3 mai 1929 en Prusse puis cette interdiction s’étend à l’ensemble du pays. En 1930, le Kampfbund gegen den Faschismus (Ligue des combattants contre le fascisme) le remplace sans jamais exercer la même fascination. Le RFB a fait croire à beaucoup à l’infaillibilité du combat au risque d’une désillusion plus qu’amère en 1933.

Pour aller plus loin :

Klaus-Michael Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik. Sozialgeschichte einer revolutionären Bewegung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996

Kurt Finker, Geschichte des Roten Frontkämpferbundes, Berlin/RDA, Dietz Verlag, 1982

Une page Wikipédia en anglais (résumé de celle en allemand) : http://en.wikipedia.org/wiki/Rotfrontk%C3%A4mpferbund

Pour citer ce billet : Constance Margain, « La ligue des combattants du Front rouge (RFB) : une organisation du Parti communiste allemand », ANR PAPRIK@2F, 10 janvier 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1419]

  1. http://anrpaprika.hypotheses.org/749 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Nicolas Beaupré dit :

    Les effectifs du RFB sont effectivement importants mais vraiment très inférieurs à ceux des autres organisations paramilitaires d’anciens combattants allemands, qu’elles soient de gauche, républicaines (Reichsbanner) ou de droite (Stahlhelm et Kyffhaüser).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *