Entre division et unité : la « Maison des syndicats », 33 rue de la Grange-aux-Belles

Quartier populaire et industriel, le 10e arrondissement de Paris possède une histoire liée au mouvement ouvrier français. S’y installe, à compter du 14 juillet 1921, le siège du parti communiste, au 120 de la rue Lafayette – et ce jusqu’en 1937.

Le « 33 » de la Grange-aux-Belles

Au 33 de la rue Grange-aux-Belles, se trouve dès le début du XXe siècle la « Maison des syndicats ». L’immeuble est en effet le lieu d’activités de la CGT (Confédération générale du travail) à partir de juin 1907. Il sert de lieu de rassemblement des militants pacifistes (les « minoritaires ») durant la Grande guerre. La salle du rez-de-chaussée, pouvant accueillir jusqu’à 3 000 personnes, est très prisée des militants ouvriers. S’y ajoute un dispensaire ainsi qu’une imprimerie.

En plus de l’aspect syndical, le politique y est très présent. Anarchistes, socialistes, puis communistes y organisent congrès, réunions et événements. C’est au 33 que le premier congrès national administratif du parti en mai 1921 décide de l’appellation « Section Française de l’Internationale Communiste » pour le 1er janvier 1922, et adopte les premiers statuts de l’organisation. Le 15 octobre 1922 s’y déroule le 2ème congrès du PC-SFIC, en présence de Dimitri Manouilsky, délégué du Komintern.

L'intérieur de la vaste salle du 33 de la rue Grange-aux-Belles. Source : BNF gallica.fr

L’intérieur de la vaste salle du 33 de la rue Grange-aux-Belles. Source : BNF gallica.fr

10 janvier 1924 : la fusillade de la Grange-aux-Belles

Le 10 janvier 1924, Le Libertaire, quotidien anarchiste, appelle à porter la contradiction lors d’un meeting communiste contre la vie chère et la politique extérieure de la France en Allemagne. Les relations entre libertaires et communistes sont tendues. Ils se heurtent sur la question syndicale au sein de la CGTU, de plus en plus influencée par les communistes. La centrale a d’ailleurs rejoint l’Internationale syndicale rouge (ISR) lors de son 2ème congrès en novembre 1923. L’usage de la « Maison des syndicats » par des groupes politiques est, de plus, mal perçu par les syndicalistes libertaires. Albert Treint, secrétaire du parti, est à la tribune ce soir-là, protégé par un service d’ordre. Des insultes fusent, des affrontements éclatent, et deux anarchistes sont tués : Adrien Poncet et Nicolas Clos. Une polémique s’engagera par ailleurs entre anarchistes et communistes sur l’appartenance politique de ce dernier. Chaque camp se renvoie la responsabilité du drame.

Certes, le mouvement communiste est marqué par la culture de guerre, de cette guerre totale dans laquelle l’ensemble de la société française est mobilisée pendant quatre ans. Mais la « guerre civile » est une notion largement promue par le Komintern et la SFIC. Nous pouvons donc apercevoir l’effet de la « brutalisation des sociétés », notion développée par l’historien George L. Mosse1 et pas seulement une innovation bolchevique, même si l’explication est sans doute plus complexe et si la notion de « brutalisation » fait toujours débat. Dans ces années 1920, des affrontements politiques durs se produisent, que l’on pense à la fusillade de la rue Damrémont déjà étudiée sur ce blog, ou aux multiples agressions de fascistes italiens contre leurs compatriotes, comme en Isère ou en Savoie, départements de forte présence antifasciste italienne. Cet affrontement de la rue Grange-aux-Belles, qui s’inscrit donc dans un contexte tendu, conduit au départ définitif des libertaires de la CGTU. Les uns fondent la CGT-SR (CGT-Syndicaliste-révolutionnaire), les autres rejoignent les « confédérés » de la rue Lafayette.

La Grange-aux-Belles dans les années 1930

Cette victoire des communistes sur les autres courants pour le contrôle de la « Grange-aux-Belles » est illustrée par ce numéro du Premier Mai, daté du 1er mai 1927, périodique CGTU, flanqué du logo de la centrale et de celui de l’ISR, et indiquant comme adresse la célèbre salle de réunion, et arborant en Une la faucille et le marteau. Le territoire est ainsi « marqué ». Le parti y multiplie réunions et meetings. Mais la « Maison » devient aussi le lieu du rassemblement, dans la dynamique du Front populaire. Les 23 et 24 décembre 1934, l’USSCG socialiste et la FST communiste décident de leur fusion, créant la Fédération sportive et gymnique du Travail (FSGT). Le 27 septembre 1935, la CGTU y tient son dernier congrès, la réunification avec la CGT « confédérée », entamée à la base, devenant officielle. En 1939, la « Maison » est mise sous séquestre. Délaissé durant l’après-guerre, le bâtiment est finalement vendu en 1989.

Pour aller plus loin :

Danielle Tartakowsky, Joël Biard, La Grange-aux-Belles, Maison des syndicats, Créaphis Editions, 2012

Alain Rustenholz, Paris ouvrier. Des sublimes aux camarades, Parigramme / Compagnie parisienne du livre, 2003

Sylvain Boulouque, « 11 janvier 1924, 33 rue de la Grange-aux-Belles », Le Monde libertaire, hors-série n°24, 25 décembre 2003-11 février 2004.

Pour citer ce billet: Dimitri Manessis « Entre division et unité : la « Maison des syndicats », 33 rue de la Grange-aux-Belles », ANR PAPRIK@2F, 31 janvier 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1340]

  1. George L. MOSSE, De la grande guerre aux totalitarismes. La brutalisation des sociétés, Hachette Littératures, 1999 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *