Résister à Hitler : l’historiographie de la résistance communiste allemande

Pour sa semaine de rentrée, l’ANR Paprik@2F met l’Allemagne à l’honneur. Si elle se concentre en effet sur l’histoire et l’historiographie du Parti communiste en France, l’ANR Paprik@2F entend aussi s’ouvrir sur l’histoire comparée, internationale et transnationale du phénomène communiste. Un tel choix face à l’objet communisme(s) est naturel. Nous remercions l’historienne Constance Margain, qui consacre sa thèse à l’Internationale des gens de la mer (1930-1937), de nous proposer cette semaine deux notes sur quelques aspects de l’histoire, si mal connue en France, du Parti communiste allemand (KPD), dans le prolongement de la première séance de notre séminaire, qui a été consacrée le 18 décembre 2013, en présence des professeurs Bernhard Bayerlein (Univ. de Bochum) et Serge Wolikow (Univ. de Dijon), aux relations entre le PCF et le KPD.

Le traitement historiographique de la résistance communiste est singulier car il s’est divisé entre la RFA et la RDA. En RFA, l’histoire de la résistance communiste a été en partie occultée à cause de la Guerre froide. En RDA, la résistance a été étudiée non seulement d’un point de vue communiste et partisan mais elle n’a évoqué que « les siens ». D’un côté, donc, se produit une héroïsation des résistants, très politisée, dans le but de légitimer la RDA dans son pouvoir ; de l’autre, à l’Ouest, s’installe une indifférence silencieuse voire un refus d’analyser la résistance dans son ensemble, à l’exception du récit de la conjuration ambigüe du 20 juillet 1944 (le célèbre « attentat contre Hitler »). L’enjeu est important et le dialogue scientifique, en raison des tensions politiques, reste difficile.

Les origines du débat

L'historien Günther Weisenborn en 1946

L’historien Günther Weisenborn en 1946

En 1953, l’ancien résistant Günther Weisenborn publie dans une édition ouest-allemande Der lautlose Aufstand1, le premier ouvrage qui rend compte de l’ensemble des mouvements de résistance en Allemagne à partir de 1933 avec un spectre d’acteurs allemands auquel il rend hommage. Dans ce recueil de documents commentés par l’auteur, Weisenborn ne distingue aucun groupe en particulier. Ce point de vue en pleine Guerre froide est unique. En effet, certains historiens dans les années 1960 considérèrent la résistance communiste comme une trahison.

En Allemagne de l’Ouest, les premiers travaux sur le sujet paraissent dans les années 1970 (Horst Duhnke), puis 1980 (Detlev Peukert, Beatrix Herlemann). En même temps, d’ex-militants communistes s’emparent du sujet comme l’Anglais Allan Merson ou le militant allemand Karl-Heinz Roth qui accuse en 1977 les scientifiques ouest-allemands de négliger l’histoire de la résistance ouvrière. La contestation des années 1967-68 joue en faveur de ce renouvellement. À la fin des années 1970, si la résistance communiste apparaît dans l’historiographie en Allemagne de l’Ouest, elle n’a pas pour autant pris la place qui lui revient. Cela est aussi dû à l’accès difficile des archives sur le sujet.

Le débat après la réunification : la question totalitaire

Après la réunification, de nouvelles polémiques éclatent. L’historien allemand du mouvement communiste Hermann Weber souligne l’ambivalence tactique et meurtrière du parti communiste allemand (KPD), qui décida de poursuivre la résistance sans considération pour son coût humain. Ce débat est repris en 2003 par l’historien Hans-Ulrich Wehler, qui affirme que les résistants communistes ont imposé un autre totalitarisme, de gauche cette fois-ci. Ce texte est commenté en 2005, non sans grincements, par l’historien lié à la fondation Rosa Luxemburg, Klaus Kinner, qui se demande si après les événements de la Shoah, il faut de nouveau remettre en cause la résistance communiste. Hermann Weber, la même année, insiste sur le caractère totalitaire du communisme. Il ajoute que le bilan de la résistance communiste est minime. Pourtant, concède-t-il, elle représente la meilleure part de l’histoire communiste en Allemagne, le sacrifice et l’ardeur de ses combattants ont été reconnus par les autres mouvements de résistance et l’ampleur des sacrifices consentis dépasse les pertes de tout autre groupe politique.

Ainsi, mis à part le délai nécessaire à toute écriture de l’histoire et les polémiques non dénuées de visées politiques que son écriture engendre, celle de la résistance communiste a trouvé sa place après la réunification de l’Allemagne dans les débats civiques, les rayons de bibliothèques avec de multiples publications sur le sujet, les musées et les lieux de commémorations. En effet, cette histoire a été libérée de l’étau politique qui enserrait son écriture scientifique et appartient dès lors, dans son entier, à l’histoire nationale allemande, européenne et mondiale.

Pour aller plus loin :

Gilbert Merlio, Les résistances allemandes à Hitler, Paris, Tallandier, 2003

Hélène Camarade, Écritures de la résistance. Le journal intime sous le Troisième Reich, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2007.

Pour citer ce billet : Constance Margain, « Résister à Hitler : l’historiographie de la résistance communiste allemande », ANR PAPRIK@2F, 8 janvier 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1338]

  1. Günther Weisenborn, Der lautlose Aufstand, Hambourg, Rowohl, 1953 [rééditions en 1954, 1962, 1974] ; en français : Une Allemagne contre Hitler, Paris, Editions Le Félin, 2000. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *