Séminaire ANR Paprik@2F: « Les relations KPD – PCF »

1932-kpd-schluss-mit-diesem-systemLa première séance du séminaire « Archives et histoire du communisme » dans le cadre des journées d’études ANR PAPRIK@2F aura lieu le 18 décembre 2013 de 14h à 18h à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, Salle du conseil, rez-de-chaussée.

Le premier thème est consacré aux relations entre le Parti communiste allemand (KPD) et le Parti communiste français (PCF). Il s’agira au cours de cette séance de présenter les regards croisés du KPD et du PCF, mais aussi leurs relations qui permettent de mieux saisir les enjeux nationaux et les logiques de l’Internationale communiste, à la lumière des sources nouvelles disponibles.

Le parti communiste allemand (die Kommunistische Partei Deutschlands KPD) fut l’élève modèle de l’Internationale communiste dans l’entre-deux-guerres. Pour Lénine, dans la lignée de Marx, le prolétariat allemand gardait une vertu révolutionnaire et Lénine pensait même installer le siège de la Troisième internationale à Berlin. La mise en place du cordon sanitaire dès 1919, les échecs des soulèvements spartakistes ont cependant raison du projet. Le KPD possède donc sa propre expérience révolutionnaire, ses références, ses grands hommes assassinés. Au début des années 1920, le KPD devient un élément essentiel de l’IC, on évoque même son « centre de gravité ». Sur place, Karl Radek et d’autres émissaires de l’IC ont la charge d’organiser le parti (voir la biographie de Jean-François Fayet, Karl Radek (1885-1939). Biographie politique, Berne, Peter Lang, 2004). Dès cette époque, la propagande visuelle du KPD s’imprègne de l’esthétique soviétique. L’échec d’une nouvelle tentative d’insurrection en mars 1921 (märzaktion) porte cependant un coup très dur à la section allemande de l’IC.

Intervenants :

  • Bernhard Bayerlein (chercheur au Centre d’Histoire Contemporaine de Potsdam)
  • Serge Wolikow (professeur émérite d’histoire contemporaine, Université de Bourgogne)

Discutants :

  • Jean Vigreux (professeur à l’Université de Bourgogne)
  • Nicolas Patin (chargé de recherche, Institut Historique Allemand)
  • Romain Ducoulombier (post-doctorant, Université de Bourgogne)

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

Pour consulter le programme complet du séminaire ANR PAPRIK@, cliquez ici

 

L’accès est libre et gratuit.
Contact : aurelia.vasile@u-bourgogne.fr


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. avril 20, 2016

    […] Séance 1 : Les relations KPD – PCF […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *