Prosopographie et histoire du communisme : une identité plurielle

RGASPI Fonds 517. 1_1908_1

RGASPI Fonds 517, sous-fonds 1, dossier 1908 folio 14

La prosopographie étudie les biographies collectives d’individus ou d’objets non-physiques. Elle permet d’élaborer l’étude sociologique d’un groupe spécifique ou d’une institution au sens large : profils-type, différences internes à l’intérieur du groupe, relations des membres du groupe étudié, etc. Selon la définition de l’historien Christophe Charle, elle consiste ainsi à « définir une population à partir d’un ou plusieurs critères et [à] établir à son propos un questionnaire biographique dont les diverses variables ou critères serviront à la décrire dans sa dynamique sociale, privée, publique voire culturelle, idéologique ou politique selon la population et le questionnaire retenus ». Les informations tirées des archives doivent donc être codées pour constituer des catégories. La saisie et le codage supposent une connaissance intime des sources : chacun doit donc se les approprier par un travail patient dans les archives. De plus, il s’agit entre la saisie et le codage, de bien déterminer ses propres questionnements afin de construire précisément la troisième phase : celle de la rédaction. Il faut donc problématiser en amont l’objet prosopographique au risque, dans le cas contraire, de perdre un temps précieux en remplissant des tableaux Excel de données inutiles.

L’intérêt de la prosopographie est multiple en ce qui concerne l’histoire du communisme. En étudiant un groupe précis de militants, elle met en rapport les biographies individuelles pour faire apparaître des différences et des similitudes de parcours. Les événements historiques et personnels permettent d’expliquer ce qui différencie ou rassemble les militant(e)s. La prosopographie relie histoire individuelle et histoire collective. Elle contribue aussi à faire émerger du passé des trajectoires singulières. Tout l’intérêt d’un travail prosopographique est donc de jouer entre le pluriel et le singulier, entre l’organisation et le militant.

Il est tentant d’écrire l’histoire du communisme uniquement de manière linéaire. Mais la chronologie des événements permet difficilement de comprendre un des soubassements principaux du militantisme communiste : l’espoir en l’avènement d’une société nouvelle, inspirée du modèle soviétique. S’interroger sur cette croyance permet d’appréhender l’identité communiste. La prosopographie, science de la biographie, forme une sorte de verticale entre la naissance et la mort et croise la trame chronologique et événementielle. Plus encore, ce processus de singularisation permet de dégager des personnalités représentatives de l’ensemble des militants.

La personne singulière concentre toutes les caractéristiques d’un groupe et la contextualisation historique permet d’en dessiner le portrait en définissant une époque. C’est dire que la prosopographie permet à la fois de représenter un homme ou une femme dans son temps et de généraliser cette biographie à une échelle plus large.

La conjonction d’une approche qualitative et d’une approche quantitative au sein de l’approche prosopographique favorise, étant donné que la matière traitée est conséquente, l’examen en profondeur du fonctionnement des institutions ou des organisations. Il n’existe pas en effet, de structure, toute politique qu’elle soit, qui ne soit liée aux hommes qui la modèlent.

Ce travail permet de créer le lien entre le militant et le monde auquel il appartient et d’établir le caractère dynamique du fait politique communiste, qui dès lors prend le pas sur les considérations strictement formelles et structurelles de l’histoire de ce mouvement. Rémi Skoultelsky offre dans sa thèse sur les Brigadistes1 un exemple de l’utilité de cette méthode : il a changé le portrait mythique, idéalisé du combattant des Brigades internationales.

Le Comité exécutif de l’Internationale communiste (CEIC) décide, le 18 septembre 1936, de « procéder au recrutement, parmi les ouvriers de tous les pays, de volontaires ayant une expérience militaire, en vue de leur envoi en Espagne »2 pour former des unités de combat. L’historien Rémi Skoutelsky insiste sur la place essentielle de la France dans cette mobilisation. Elle « devient la plaque tournante du dispositif », même si le gouvernement de Léon Blum maintient la logique de la non-intervention. D’octobre 1936 à l’été 1938, 32 000 combattants ou 35 000, voire 40 000 (selon les estimations de différents historiens) de plus de cinquante nationalités, dont près d’un tiers de Français — environ 10 000 Brigadistes, dont 3 000 sont tués lors des combats —, s’intègrent ainsi dans les Brigades internationales. Rémi Skoutelsky, grâce aux archives du Komintern, a pu proposer un portrait neuf des Brigadistes : « ouvriers dans leur écrasante majorité », ils sont éloignés du mythe du jeune ou de l’adolescent romantique révolutionnaire, leur âge tournant autour de la trentaine. « Plus de la moitié sont des hommes mûrs, entre 26 et 34 ans, ayant donc une vie familiale et professionnelle — avec plusieurs centaines de vétérans de la Grande Guerre ». Très souvent militants, les Brigadistes n’appartiennent pas tous à la mouvance communiste : « Plus de la moitié sont membres du PCF ou des JC. Si l’on y ajoute les militants socialistes, anarchistes, trotskystes et les syndicalistes, on dépasse les 80% ». Ils sont principalement issus des départements fortement urbanisés et industrialisés (un sur deux vient de Paris et de sa banlieue, le reste surtout du Nord Pas-de-Calais, du triangle Lyon–Saint-Etienne–Grenoble, de la région de Marseille), « le grand Sud-Ouest (Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Aquitaine) n’envoie que 5 % du contingent ». La prosopographie est donc un instrument indispensable pour toute histoire sociale du communisme.

Pour aller plus loin :

Claire Lemercier, Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, La Découverte, « Repères », 2008

Bruno Groppo (dir.), « Le mouvement ouvrier au miroir de la biographie », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°104, 2012

Un blog de référence : http://prosopographie.hypotheses.org/

Pour citer ce billet : Constance Margain, « Prosopographie et histoire du communisme : une identité plurielle », ANR PAPRIK@2F, 12 décembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1262]

  1. Rémi Skoultelsky, L’espoir guidait leur pas. Les volontaires français en Espagne républicaine. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998 []
  2. RGASPI, 495/18/1135 : 7e point du procès verbal de la réunion du CEIC []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *