Se battre pour le Front populaire : la Défense républicaine

manifestation 1936La montée des tensions politiques depuis février 1934, qui nourrit en partie la dynamique du Front populaire victorieux en mai-juin 1936, puis la vague de grèves qui succède à ces élections législatives posent la question de l’autodéfense ouvrière au milieu des années 1930. Envisagée dès 1935, elle connaît un renouveau en 1937, ce dont témoigne l’épisode de la Défense républicaine.

Après la suppression de ses groupes d’autodéfense début 1936, consécutive à la dissolution des ligues, le Parti communiste conserve un service d’ordre dont les attributions sont limitées à la protection des locaux, des dirigeants et des principales manifestations et réunions. Mais la direction du parti, consciente de la faiblesse de celui-ci en cas d’offensive d’envergure d’une droite qui se reconstitue et se radicalise, demande de prendre les mesures nécessaires pour assurer de façon sérieuse la protection des militants.

Défendre le Front populaire

Un rapport de police du début de l’année 19351 indique que le Comité central du parti communiste et le comité Amsterdam-Pleyel prennent l’initiative de créer une organisation de Défense républicaine de la région parisienne. La direction générale en est assurée par une « commission de défense populaire » assistée par des techniciens qui s’occupent de l’organisation pratique et élaborent les directives.

La commission de défense populaire supervise la création de la nouvelle organisation dont les groupes locaux sont placés sous la direction des comités de Front populaire. La Défense populaire, comme son nom l’indique, a un caractère essentiellement défensif. Elle est considérée comme une organisation de front unique chargée d’englober tous les organismes de défense existant au sein des formations du Front populaire avec pour mission de défendre les locaux, les vendeurs de journaux, les militants, les réunions et manifestations. En cas de coup de force fasciste, sa tâche consiste à défendre les municipalités de Front populaire, les entreprises, ainsi que certaines positions stratégiques : routes, ponts, gares et centraux de communication. Pour diriger l’organisation, le comité régional de la Seine du Front populaire met en place un comité de huit membres, composé de deux représentants de la CGT et d’un représentant du Parti communiste, de la SFIO, de la Ligue Internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICA), du comité Amsterdam-Pleyel et de l’Association des officiers et sous-officiers républicains.

Défense républicaine : une enquête historique en cours

Si aucun élément ne confirme pour l’heure les détails donnés par ce rapport, il semble que les municipalités Front populaire de la région parisienne ont conservé un système d’alerte et de mobilisation en cas d’agression « fasciste ». Il est donc possible que le parti communiste ait cherché à remettre sur pied un système d’autodéfense ne sortant pas des cadres du Rassemblement populaire, à la fois gage d’efficacité et de modération. Dans les principales régions d’implantation communiste, un service d’ordre propre aux communistes semble donc coexister avec une autodéfense populaire au recrutement plus large, théoriquement issue des formations du Front populaire, mais en réalité contrôlée par le parti communiste, comme le montre l’historien Georges Vidal, s’appuyant sur un rapport de police de mai 1938 conservé aux Archives d’histoire militaire de l’État russe (RGVIA) à Moscou. Les projets de formation d’une Défense populaire tentent ainsi de relancer la dynamique du Front populaire et de combattre, comme en 1935, les tentations paramilitaires qui se font jour face au « fascisme » dans certains secteurs du Front populaire et mettent en péril son unité. Sans doute s’agit-il enfin d’esquisser une forme d’organisation paramilitaire qui fait écho à la guerre civile espagnole à laquelle le gouvernement de Front populaire a décidé de « non-participer ».

Pour aller plus loin :

Georges Vidal, « Violence et politique dans la France des années 1930 : le cas de l’autodéfense communiste », Revue Historique, 4/2006, n°640, pp 901-922

David François, La violence dans le discours et les pratiques du PCF de 1920 à la Seconde guerre mondiale, thèse sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2 vol., 2012

Pour citer ce billet : David François, « Se battre pour le Front populaire : la Défense républicaine », ANR PAPRIK@2F, 20 janvier 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1210]

  1. CAC 20010216/10/157 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *