Deux journaux locaux pour le monde rural: « Jacques Bonhomme » et « Le Vigneron Rouge »

La presse est un instrument de politisation des campagnes sous la IIIe République. Si La Voix paysanne puis La Terre ont eu leur importance dans la conquête d’un électorat rural, il ne faut pas oublier le rôle joué par les journaux des cellules locales et des régions communistes. Le plus souvent, ces journaux ont disparu du fait de leur faible diffusion, de leur caractère éphémère et de la mauvaise qualité du papier de ces feuilles ronéotées. Les archives du RGASPI peuvent être un recours : des journaux perdus en France s’y trouvent encore, envoyés à titre documentaire par le Parti communiste. C’est le cas des titres Jacques Bonhomme et Le Vigneron rouge, publiés pour ce qu’on en sait en 1924.

J.BonhommeLe communisme à Montfort (Seine-et-Oise) : Jacques Bonhomme

Le premier est édité par le rayon communiste de la région de Montfort (Seine-et-Oise), sous l’impulsion d’Ernest Girault et de Jacques Desnots. La référence explicite à Jacques Bonhomme, tout comme les pseudonymes utilisés dans la presse paysanne du parti (comme celui de « Jacquou le Croquant ») et la lutte contre les seigneurs, les hobereaux et leurs régisseurs sont une marque identitaire du communisme rural. Comme le rappelle l’historien Ronald Hubscher, cette rhétorique prend « sa source dans les manuels de l’école primaire usés par des générations de petits campagnards. C’est l’histoire réinterprétée par la IIIe République triomphante, immuable d’éditions en éditions, imposant une vision manichéenne du statut des paysans, misérables sous l’ancien régime, émancipés par la révolution »1. Ce titre Jacques Bonhomme en appelle à la mémoire paysanne, aux images collectives de l’histoire nationale diffusées dans le cadre du modèle républicain.

Le « soleil radieux » qui se lève à l’Est irrigue la campagne de Seine-et-Oise. Le village est ici largement présent, même dans sa dynamique « d’esprit de clocher ». Il ne faut pas oublier que le département de Seine-et-Oise, au cours des années 1920, entre véritablement dans la banlieue parisienne et les communes rurales restent dynamiques afin de nourrir la capitale. Au sein de ce triangle Houdan, Montfort et Plaisir à l’Ouest de la Seine-et-Oise, le processus d’urbanisation est plus lent et la ruralité est encore fortement marquée, mais la proximité de Paris ou de ce qui deviendra la ceinture rouge permet des échanges, des migrations de militants qui font naître chez les ouvriers agricoles et les petits exploitants des revendications sociales et politiques accrues.

Le Vigneron rouge : les « rouges » de Saône-et-Loire

Vigneron rougeLe Vigneron Rouge est édité en Saône-et-Loire sous la responsabilité de Marius Sabre. D’une facture classique, il s’adresse aux ruraux et aux vignerons de la région Bourgogne. Au cours de cette période où se profile la mise en place des appellations dans le monde viticole, le journal s’emploie à souligner les « intérêts opposés » de ce que l’on nomme « la querelle des appellations ». Les communistes prennent position en faveur de la création et de la multiplication de coopératives de producteurs, vers « une coopérative fédérale pour la vente directe des vins de la Bourgogne, du Mâconnais et du Beaujolais », une revendication ancienne du socialisme rural.

Le journal dénonce également le fascisme qui « s’organise dans les principales localités sous le prétexte de libertés religieuses ; il organise des groupe de combat. Le fascisme est l’appareil de répression de la haute métallurgie et des gros Magnats de la Propriété Agraire qui, si nous y prenons garde, s’empareront du pouvoir par la violence, pour imposer leur domination aux travailleurs et aux petits propriétaires ». Le mot « fascisme » est, comme souvent, employé dans un sens très large et identifié à des menaces multiples qui n’ont souvent rien de commun avec les régimes ou les mouvements fascistes. Il recouvre ici les vieux clivages des deux France cléricale et anticléricale, ou populaire et patronale. Le Vigneron rouge joue ainsi son rôle d’organe de propagande et de diffusion de mots d’ordre nouveaux, fondus avec un succès inégal dans les héritages de la vie politique de la IIIe République.

Pour aller plus loin :

Jean Vigreux, La Faucille après le marteau. Le communisme aux champs dans l’entre-deux-guerres, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2012.

Pour citer ce billet : Jean Vigreux, « Deux journaux locaux pour le monde rural: « Jacques Bonhomme » et « Le Vigneron Rouge » », ANR PAPRIK@2F, 28 octobre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1172]

  1. Ronald Hubscher, « Le bolchevisme au village : une déviation paysanniste ? », dans Jordi Canal, Gilles Pécout et Maurizio Ridolfi [dir.], Sociétés rurales du XXe siècle. France, Italie et Espagne, Rome, École Française de Rome, 2004, p. 283. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *