Le travail antimilitariste : le PCF et l’armée dans les années 1920

JC_bandeauLe Parti communiste français est né du refus de la guerre de 1914-1918, aussi l’activité antimilitariste occupe-t-elle une place de choix dans la propagande et le militantisme communiste des premiers temps. Nantie d’une solide tradition avant-guerre, elle se développe et se précise notamment à travers les événements auxquels l’armée française se trouve mêlée dans les années 1920, en particulier l’occupation de la Ruhr et la guerre du Rif.

Un appareil antimilitariste dédié : le « travail-anti »

Dans l’appareil communiste, certains militants sont particulièrement affectés à cette tâche, soumis à une clandestinité plus rigoureuse que les autres, et étroitement contrôlés pour éviter toute infiltration de « provocateurs » stipendiés par la police – plusieurs cas sont avérés, d’autres soupçonnés. Ce travail militant, appelé « travail anti » dans le jargon du parti, mené au niveau local par des « commissions mixtes » parti-jeunesses, est dirigé par une « troïka » de trois responsables : un secrétaire du PCF, le secrétaire général des Jeunesses communistes (JC), et un cadre opérationnel choisi au comité national des JC appelé le « technique ». En 1926, par exemple, ce sont respectivement Maurice Thorez, Henri Barbé et Raymond Guyot.

La propagande antimilitariste communiste

L’activité de propagande consiste en la collecte d’échos des casernes, qui dénoncent les conditions de vie des bidasses et les brimades des gradés, et en articles politiques qui stigmatisent les décisions du gouvernement. Le président Poincaré et le ministre Painlevé sont particulièrement visés. Au plan local, le concours dit des « gueules de vaches » s’en prend à partir de 1926 aux officiers les plus honnis. Ces articles figurent dans des rubriques ad hoc de l’Avant-Garde ou de l’Humanité, mais dès 1923 un journal spécialisé, la Caserne, est publié clandestinement, puis plusieurs autres, le Conscrit, le Réserviste, à raison de quelques numéros par an. Des militants, dans toutes les villes de garnisons, s’efforcent non sans risques de faire pénétrer journaux ou tracts dans les casernes.

Des journées voire des mois « d’action antimilitariste » tentent de mobiliser la jeunesse, parfois à l’échelle internationale. Les JC français s’efforcent également de toucher les conscrits par le biais d’amicales, de « vins d’adieu », de fêtes, de colis envoyés par les municipalités communistes. Pendant quelques années, ils convoquent des « congrès de conscrits », deux fois par an au moment du départ des classes. Eux-mêmes ne refusent pas le service militaire, bien au contraire, en application de la théorie léniniste, mais plusieurs de leurs cadres, traqués par la police, préfèrent se dérober et se retrouvent dans l’illégalité. De très nombreux militants des JC, civils ou militaires, sont arrêtés et jugés, toujours à des peines de plusieurs mois de prison.

Des résultats modestes

Malgré l’intensité de l’activité déployée, les résultats restent modestes. Les amicales ne rassemblent que quelques individus, les congrès quelques dizaines tout au plus. La répression policière se montre suffisamment efficace pour que vers la fin des années 1920 le travail antimilitariste soit pratiquement réduit à néant, le PCF et les JC étant d’ailleurs contraints à une quasi-clandestinité, et nombre de leurs cadres dirigeants emprisonnés ou contraints à l’exil.

Avec l’abandon progressif de la propagande classe contre classe, puis le « tournant » assumé vers le front populaire, le travail « anti » perd de sa pertinence. Il est définitivement abandonné en mai 1935 lorsqu’est signé le pacte franco-soviétique. Les JC sont alors la cible de quolibets des groupes qui maintiennent un militantisme plus radical, trotskistes ou jeunes socialistes révolutionnaires. Laurent Casanova fut le dernier « technique anti », avant de gravir les échelons hiérarchiques pour atteindre de hautes fonctions après la Libération.

Pour aller plus loin :

Georges Vidal, La grande illusion ? Le Parti communiste et la Défense nationale à l’époque du Front populaire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2006


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *