Consulter les archives de la S.N.C.F

Fonds SNCF, 25LM, 1934-008, folio 235

Les archives de la  S.N.C.F, du fait du caractère public de l’entreprise, sont des documents publics à proprement parler. Le service des archives historique de la S.N.C.F est situé au Mans.

Dans le cadre d’un partenariat, le service d’archives a procédé à la numérisation de l’ensemble de ses archives de la période 1939-1945. Ces copies ont ensuite été déposées auprès du Mémorial de la Shoah de Paris, du Centre Yad Vashem à Jérusalem et de l’Holocaust Museum à Washington1. Suite à cet échange avec les centres mémoriaux de la Shoah, la compagnie a procédé à la mise en ligne générale des documents via une base de données2

Outre la documentation concernant la déportation, les fonds numérisés comportent un certain nombre de documents qui peuvent intéresser les chercheurs travaillant sur la résistance, mais aussi sur l’action des communistes pendant la guerre.

Une indexation assez efficace permet une interrogation de la base de données par moteur de recherche. Aux termes « communisme » et « communiste » répondent 28 entrées dans l’inventaire. Référence trouvée pour les termes « communisme » et « communiste »

Fonds SNCF, 25LM0258 – 1 folio 918

La surveillance et le maintien du réseau ferroviaire étant un enjeu majeur de l’occupant, la société ferroviaire est chargée de surveiller les activités de contestation et de résistance, non seulement sur son réseau de voies ferrées mais aussi au sein de son personnel, connu pour son activisme politique et syndical.

On trouve donc au sein des fonds un grand nombre de rapports concernant les « activités communistes » ou les « menées antinationales ». Ces rapports font également état des mesures prises contre les personnels de la compagnie : on trouve ainsi des documents concernant des agents surveillés, révoqués, arrêtés, incarcérés et même fusillés. Rapport concernant l’activité communiste en 19413.

Afin d’étayer les rapports affichant la menace des communistes, les agents compilent également les tracts, affiches, billets et papillons trouvés dans le cadre de leur activité. Ces pièces sont scrupuleusement référencées et font toutes l’objet d’un rapport4. Ceci est très intéressant, cela permet d’élaborer non seulement une cartographie de cette activité au niveau national mais aussi au niveau local voire intime : les rapports montrant généralement que ces outils de propagande sont trouvés cachés dans les casiers des cheminots, dans les postes d’aiguillage et même dans les toilettes des personnels.

Au final, ces documents largement ignorés méritent que l’on si attarde, par leur richesse, par leur diversité mais aussi par le regard affiné qu’ils apportent sur la mobilisation qui se construit au sein mais aussi autour du réseau ferroviaire français pendant la période.

Pour citer ce billet: Victor Lagarde « Consulter les archives de la S.N.C.F », ANR PAPRIK@2F, 17 avril 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1114]

  1. https://www.youtube.com/watch?v=ynEwcoemKiw Reportage de France 3 Maine, on peut apercevoir un tract « l’avant-garde » orné du symbole de la faucille et du marteau. []
  2. http://www.archives-historiques.sncf.fr/spark_archives/spark/login []
  3. fonds SNCF 25 LM 1934-008, folio 10 A 16 []
  4. On consultera en particulier les cotes 0025LM0258 et 025LM1934-8 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. BERTRANT-PUIG dit :

    bonjour
    je recherche des archives de la SNCF sur les convois de républicains espagnols vers les camps . Mon père venant de St laurent de cerdans ( 66 ) est arrivé en Mars 1939 a la gare de Borredon pour ensuite être dirigé sur le camp de Septfonds ( 82 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *