La faucille et le marteau : Jules Grandjouan

590126675Le graphisme des affiches communistes des années 1920, époque fondatrice s’il en est, est le fruit d’une hybridation complexe entre une vision idéalisée de la révolution bolchevique d’octobre 1917, une interprétation anticapitaliste de la guerre et l’héritage prépondérant du syndicalisme révolutionnaire d’avant-guerre. Ce travail de synthèse est opéré par un dessinateur-affichiste de grand talent, Jules Grandjouan.

Né à Nantes le 22 décembre 1875, Grandjouan a fait ses premières armes comme directeur artistique de l’éphémère mais très belle Revue nantaise en 1897. Sur l’affichette qui en annonce la parution, un soleil radieux apparaît déjà : c’est un motif récurrent qui symbolise l’avenir et, par la suite, l’orientation du syndicalisme révolutionnaire vers un futur à construire. Dans le numéro 4, il publie une étude sur L’Affiche illustrée où il constate « la place très importante conquise par l’affiche dans l’art industriel et même dans la vie de tous les jours ». L’école française de l’affiche publicitaire est, il est vrai, l’une des plus talentueuses de l’époque. Les travaux de sa jeunesse nantaise témoignent aussi de son attention précoce aux gens de peu et aux hommes à la peine. En 1907, il consacre aux métiers ouvriers une très belle série de dessins intitulés Esclaves modernes. Son affiche du Réveil social du 21 janvier 1900 trahit déjà ses engagements et sa critique acerbe des piliers de la « société bourgeoise » : l’armée, l’église, la justice. Il ne ménage pas Jaurès non plus, par exemple dans son célèbre livret illustré de L’Assiette au beurre, « L’ascète au beurre ».

RGASPI Fonds 517, sous-fonds 1, dossier 327, folio 117

Après Le Rire, où il entre en 1900, L’Assiette au beurre est l’hebdo satirique dans lequel Grandjouan va pouvoir donner toute la mesure de son talent. Son titre un peu désuet aujourd’hui, désigne simplement la « galette » de beurre dont tout le monde veut la plus grande part. De grands peintres et affichistes y dessinent, comme Maximilien Luce ou Franz Kupka. Surtout lu semble-t-il par la petite bourgeoisie républicaine et progressiste, l’hebdo commente avec une grande dureté la vie politique et sociale. Caricaturiste et dessinateur, Grandjouan met également son crayon au service des organisations syndicales et ouvrières. En 1908, dans le n°48 de la Guerre sociale où il illustre pour la CGT la répression des manifestations de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges par le gouvernement Clemenceau, Grandjouan note : « C’est la première fois, à part quelques affiches de journaux, que les révolutionnaires se servent de cet admirable moyen de propagande qu’est l’affiche. Ce ne sera pas la dernière ». En effet ! Secrétaire du Comité révolutionnaire antiparlementaire en 1910, Grandjouan compose deux affiches restées célèbres : « Ne vote plus, prépare la révolte » et surtout « Le vol des Quinz’Mill’ » – les députés avaient voté en précipitation l’augmentation de leur indemnité à 15 000 francs en novembre 1906 (elle était fixée à 9 000 francs depuis 1848). Sa contribution à la diffusion des thèmes et des symboles du syndicalisme révolutionnaire est donc d’une importance capitale.

En tant que doctrine quasi-officielle de la CGT d’avant-guerre, le syndicalisme révolutionnaire prône à la fois l’action directe et l’autonomie ouvrière : la révolution par la grève générale, et la défiance vis-à-vis des partis, des élus et de la politique. Au syndicat, revient la tâche de lutter contre la société bourgeoise et pour des améliorations immédiates de la condition ouvrière ; mais il lui incombe aussi, après la révolution, d’être le noyau organique de la société future. C’est la conviction de Grandjouan lui-même. L’antimilitarisme, l’anticolonialisme, l’anticléricalisme sont ses thèmes de prédilection. Il conçoit son action comme une forme d’éducation du peuple, avec la volonté d’en élever la conscience jusqu’à la conviction révolutionnaire – un trait là encore typiquement syndicaliste révolutionnaire. Condamné en 1911 à 18 mois de prison pour son activité antimilitariste, il doit s’exiler un an à Berlin (où il vit avec la très brillante Isadora Duncan) : il est amnistié en février 1913 et rentre en France.

Pendant la guerre, Grandjouan a comme d’autres, fait quelques affiches antiallemandes, assez belles au demeurant, en particulier en 1915 pour condamner le torpillage du Lusitania. Mais la révolution russe est l’événement qui va en quelque sorte le rendre à lui-même. « Nous avions le sentiment, écrit-il, qu’elle était l’événement le plus colossal de l’histoire contemporaine ». Très vite, il dessine pour le Parti communiste. Son style n’a pas subi de changement notoire : des affiches chargées, d’une composition complexe et envahie par une typographie qu’il réalise lui-même. Jusqu’à la rupture de 1930, le style des affiches de Grandjouan reste dominé par ses convictions d’avant-guerre. Mais celles-ci ont évolué au contact du bolchevisme et de la Grande guerre. Des changements thématiques et graphiques s’opèrent. La référence à l’URSS, comme société idéale et comme puissance révolutionnaire, envahit progressivement le graphisme communiste : la solidarité avec elle devient un devoir impératif du militant. Grandjouan lui consacre en 1925 une création unique en son genre, un timbre qui représente une « République soviétique française » cernée de fleurs et d’épis en abondance : le soviet occupe alors le rôle dévolu avant-guerre au syndicat, être la cellule vivante de la révolution communiste. Grandjouan contribue par ailleurs à l’introduction du symbole soviétique de la faucille et du marteau dans les productions graphiques du Parti. Le symbole lui-même a été porté en manchette de L’Humanité sur décision du Bureau politique en août 1924, à l’initiative d’Albert Treint : sa déclinaison tous azimuts doit soutenir la campagne de reconnaissance de l’URSS par la France, finalement obtenue le 29 octobre 1924. Le symbole apparaît pour la première fois dans l’édition du 4 octobre 1924, cerné d’épis et dominé par un soleil rayonnant. On peut penser qu’il en est l’auteur, au regard des multiples essais malheureusement non-datés qui parsèment ses archives.

Le 1er mai 1926, Grandjouan illustre, sur quatre pages, un numéro entier de L’Humanité. Cette entreprise, sans véritable précédent, est révélatrice de son rôle de premier plan dans la stratégie graphique des communistes. Albert Treint le confirme dans un rapport au Komintern : « Le camarade Grandjouan est délégué par le Parti en Russie sur la demande de L’Humanité pour mission artistique intéressant notre propagande et notre agitation pour l’URSS. Le camarade Grandjouan est notre meilleur dessinateur et il fera ici une œuvre considérable1. » De fait, c’est à son retour d’URSS en 1927 que l’affichiste réalise deux projets où l’influence constructiviste russe, alors quasi-nulle en France, est manifeste. Son voyage en URSS, largement organisé par les autorités soviétiques, comme il est d’usage, sera prolongé par un volume de dessins, La Russie vivante, qui témoigne encore de l’enthousiasme du Français pour la Russie nouvelle. Il ne va pas tarder à s’affadir : en 1930, après avoir signé un appel lancé par l’intellectuel roumain Panaït Istrati, très critique sur la réalité soviétique, Grandjouan est démissionné de ses fonctions internationales, et exclu du parti. Il n’en retrouvera plus le chemin, même si la vie ne dessert pas tous les liens : il est le beau-fils de Paul Langevin, un physicien célèbre qui compte parmi les animateurs des mouvements unitaires antifascistes des années 1930.

Pour aller plus loin:

Romain Ducoulombier, Vive les Soviets. Un siècle d’affiches communistes, Paris, Éditions Les Échappés, 2012.

Fabienne Dumont, Marie-Hélène Jouzeau et Joël Moris (dir.), Jules Grandjouan, créateur de l’affiche politique illustrée en France, Paris, Somogy Editions d’Art, 2002.
Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « La faucille et le marteau : Jules Grandjouan », ANR PAPRIK@2F, 18 novembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1095]
  1. Rapport d’Albert Treint, 26 juillet 1926. RGASPI, 517/1/329. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Rachel Mazuy dit :

    Bonjour,
    Si je peux me permettre, il y a plusieurs voyages en URSS de Jules Grandjouan : le premier en 1926, le second en 1927 (comme délégué aux fêtes du Xe anniversaire) et le dernier en 1930. Je pense également qu’il faut évoquer davantage son rôle au sein des Amis de l’URSS et surtout au sein du Cercle de la Russie neuve dont il fut l’un des actifs fondateurs au départ.

    « Jules Grandjouan (1875-1968), dessinateur et affichiste engagé à l’extrême-gauche, s’était rapproché du Parti communiste après la Première Guerre mondiale, publiant dans l’Humanité. Il avait accompagné en 1926 une délégation de la CGTU des transports en URSS, avait exposé ses dessins à Moscou la même année et été invité aux fêtes du Xe anniversaire d’Octobre en 1927. Elu en décembre 1927 membre du Comité national et membre du Bureau de la Société des Amis de l’Union soviétique (L’Appel des Soviets, n°1, octobre 1928, même si la fondation des Amis de l’URSS est datée de janvier 1928 dans le numéro – ce qui correspond aux dépôts des statuts à la PPo) et participe activement à la fondation du Cercle de la Russie neuve. Il publie également un récit illustré, La Russie vivante, images de la vie soviétique (Éd. du Comité des amitiés franco-soviétiques, 1927). Très actif aux débuts du Cercle de la Russie neuve, invité à nouveau à Moscou en 1930, il est exclu en la même année du Bureau international des peintres révolutionnaires. Il s’éloigne du PCF et de l’URSS après avoir cosigné une déclaration critique avec l’écrivain Panaït Istrati et se retire du débat public en 1932.

    Je me permets de vous rapporter aux documents contenus dans Cousu de fil rouge,…, Ed. du CNRS, 2012. que j’ai codirigé avec Sophie Coeuré.
    Cf. notamment le document 131 p. 199 de Cousu de fil rouge, sur la création du Cercle de la Russie neuve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *