La faucille et le marteau

L’Humanité, 1 mai 1926

Hérités de l’époque soviétique, la faucille et le marteau sont des symboles qui se sont répandus aux quatre coins du monde. Ils suscitent encore aujourd’hui passions et débats. Le choix du Parti communiste français lors de son dernier congrès de retirer de la carte d’adhérent le logo qui les représentaient, et la polémique qui agita alors le milieu militant, en est une illustration. Les origines de cet emblème sont souvent mal connues. Courte enquête.

Au début de la révolution bolchevique, une charrue et un marteau ornent certains drapeaux et bannières. Symbole de l’union du prolétariat des villes et des champs, il évolue vers une forme plus simple à reproduire, telle que nous la connaissons aujourd’hui, la faucille remplaçant la charrue. Ce choix date du printemps 1918 : il est opéré par la Section des arts plastiques du Commissariat du Peuple à l’Instruction publique. Il apparaît pour la première fois de façon officielle lors du défilé du 1er mai 1918. Les armoiries soviétiques l’exhibent en juillet 1918.

Il est difficile de savoir avec précision à quel moment la figure s’impose en France. La Vie Ouvrière, journal syndicaliste révolutionnaire, est le premier à exposer la faucille et le marteau à sa Une, le 2 janvier 1920. L’Humanité le présente sur son bandeau à gauche (ce que l’on nomme « l’oreille ») à partir du 4 octobre 1924. Peut-être dessiné par le célèbre affichiste Jules Grandjouan qui réalise des études sur ce thème, il est alors enserré dans des épis de blé et se superpose à un soleil levant. À travers l’unité des exploités, l’emblème communiste promet la corne d’abondance, l’épanouissement et l’avenir radieux. Les outils sont surmontés de l’appel fameux du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels : « Prolétaires de tous les pays, unissez- vous ! ». Si le symbole est apposé sur le quotidien communiste, sur proposition d’Albert Treint, c’est moins pour son contenu universaliste que parce qu’il est « l’emblème de la République ouvrière et paysanne de Russie1». La défense de l’URSS devient un « enjeu identitaire 2» pour la génération bolchevisée du PCF, comme le souligne l’historien Romain Ducoulombier. La faucille et le marteau représentent avant tout la solidarité avec la jeune Union soviétique. Le symbole se répand dès lors sur le matériel militant de la section française de l’Internationale communiste : drapeaux, journaux, affiches, papillons, etc.

Cette adoption de la symbolique soviétique est liée, dans ces années 1920, à l’abandon de la symbolique républicaine (drapeau tricolore, Marseillaise, etc.) qui faisait jusque-là partie de la symbolique du mouvement ouvrier, et qui n’apparait plus dans les manifestations communistes. L’Union sacrée et la guerre sont passées par là, et toute marque de patriotisme est rejetée, assimilée au nationalisme, au chauvinisme et à la « trahison » socialiste de 1914.

L’accès à la presse communiste et aux archives nous permet de saisir les dynamiques qui présidèrent aux choix des symboles, mais aussi les évolutions de ceux-ci, tant au niveau de leur graphisme (l’orientation de la courbe de la faucille à droite ou à gauche varie ainsi souvent) que du sens politique qui leur est attaché. La faucille et le marteau sont ainsi un élément central mais non unique de l’imagerie communiste, un symbole innovant mais qui s’inscrit également dans des traditions maçonniques, ouvrières, et syndicales françaises.

Pour aller plus loin :

Guillaume Bourgeois, « L’héraldique de la faucille et du marteau dans l’univers communiste », in Denise Turrel, Martin Aurell, Christine Manigand, Laurent Hablot, Catalina Girbea (dir.), Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Age à nos jours, Rennes, PUR, 2008, p. 115-151.

Romain Ducoulombier, Vive les Soviets ! Un siècle d’affiches communistes, Paris, Les Echappés, 2012

Pour citer ce billet: Dimitri Manessis « La faucille et le marteau », ANR PAPRIK@2F, 15 novembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1069]

  1. RGASPI 517/1/161, Lettre d’Albert Treint au Bureau politique du PC-SFIC, 28 août 1924. []
  2. DUCOULOMBIER, Romain, Camarades ! La naissance du parti communiste en France, Perrin, 2010, p. 318. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *