La CGTU, cette inconnue (4) : A l’école syndicale 1932

En regard de son importance, la Confédération Générale du Travail Unitaire (CGTU) est l’organisation la plus mal connue du conglomérat communiste. Dernier volet de notre série.

0004_CGTU_517_1_1313_18

Plan des cours : école syndicale de la CGTU 1932 source : RGASPI 517/1/1313/18

Dès le début des années 1920, le Parti communiste a mis l’accent sur la formation militante par l’organisation d’écoles. D’une durée plus ou moins longue, par correspondance ou dispensée par des professeurs-militants dans des locaux ad hoc, et organisées à tous les niveaux de l’organisation (de l’« élémentaire » au « central », voire à l’« international »), l’« école » est une étape majeure du processus de promotion des cadres communistes.

Le dispositif de formation militante du PCF est bien connu, depuis les travaux pionniers de Danielle Tartakowsky à la fin des années 1970. Du moins dans le Parti, car les organisations de masse, et la CGTU en particulier, ont elles aussi leurs programmes de formation. L’« école syndicale » de mai-juin 1932 illustre parfaitement l’importance que lui confère la direction de la CGTU, ainsi que les mécanismes de sélection, le déroulement et les limites de cet effort pédagogique sans équivalent dans la France de l’époque. Le dossier 517/1/1313 du RGASPI (conservé dans le fonds « français » du PCF, et non dans le fonds 534 de la CGTU, donc) contient un dossier d’une vingtaine de pages qui la décrit en détail.

L’école syndicale centrale s’est tenue en région parisienne, du 23 mai au 18 juin 1932. En tout, 23 élèves y assistent. Le recrutement de l’école fonctionne sur la montée « au centre » : la direction de la CGTU oriente les choix vers les « régions et industries décisives », par exemple « métaux : 3 [élèves de] province, 2 [élèves de] Paris », ou vers des localités ou des organisations désignés avec précision. Mais la réponse des Unions régionales est inégale : finalement, seules 7 régions (sur 29) envoient entre 1 et 4 élèves (le maximum pour l’UR de Lyon). Le rapport déplore ce manque d’intérêt pour la formation dans les unions syndicales. Du coup : « pas de mineur du Nord », mais une composition sociologique qui révèle l’importance des métallos (6 élèves sur 23), des ouvriers du textile (3), des services municipaux (2), du bâtiment (2) et des cheminots (2). Un reflet, pas entièrement fidèle, de la sociologie des effectifs de la CGTU.

Les professeurs sont recrutés parmi les militants en vue de la CGTU et du Parti, comme Léon Mauvais, Paul Bouthonnier, ou Albert Vassart. Pendant 4 semaines, 48 cours en tout sont offerts aux élèves, à raison d’un par demi-journée, à l’exception des demi-journées de repos ou dédiées à certains « travaux pratiques, interrogations, études ». Les cours concernent, selon les catégories élaborées par la direction de l’école elle-même, l’« économie politique », le « mouvement ouvrier », la « législation ouvrière », « stratégie et tactique », « organisation », « sociologie » et les « problèmes actuels ». Le souci du militantisme ouvrier à la base est essentiel, celui de doter ces militants sélectionnés d’un pouvoir d’expertise également.

Les élèves ont un profil exclusivement ouvrier. Ils sont plutôt jeunes, plus de la moitié ont moins de trente ans, les deux plus âgés 43 ans ; dans leur immense majorité (20), ils sont membres du Parti. Les élèves sont logés et nourris, leurs familles reçoivent un dédommagement pour les jours chômés, le matériel scolaire leur est fourni. L’école publique est un modèle, c’est évident, mais ce constat a ses limites. L’école de la CGTU est en effet organisée collectivement. Les élèves possèdent leur représentation de 5 membres, les professeurs également. La direction matérielle de l’école est assurée par un professeur (Léon Mauvais) et un élève (Eugène Hénaff). Les élèves font montre, dixit le rapport, « de bonne volonté et d’effort », même pour les « répétitions », c’est-à-dire les interros… Trois ont été écartés avant ou au début de l’école, pour des motifs inconnus mais jugés « futiles » par sa direction, l’ambiance de travail n’a pas été entachée de tensions. Le travail est collectif, des journaux muraux sont rédigés, des « travaux pratiques » comme la rédaction d’un tract sont organisés.

L’évaluation, problème inhérent à toute démarche pédagogique, est une dimension essentielle de l’entreprise scolaire communiste. En général, elle est sans complaisance, puisque c’est le rendement politique des organisations communistes qui est en jeu. Les professeurs ne sont pas épargnés par les critiques, qui peuvent émaner des élèves eux-mêmes sur la difficulté d’un cours, les absences d’un enseignant. Mais le niveau général est jugé « trop bas pour une école centrale des cadres ». Pour certains d’entre eux, c’est pourtant un tremplin. Pour André Tollet par exemple, « bon travail, intelligent », ou pour Eugène Hénaff. Une « courte caractéristique des élèves » (le mot, impropre en apparence, est emprunté au russe) accompagne la conclusion du rapport : un tel à faire « monter », un autre à placer au parti, un troisième (ajusteur au chômage de 26 ans) « à entraîner au parti – envoyer à l’usine – suivre son activité si bonne, donner poste de direction aux métaux ». Pour un parti de classe, qui doit former à la politique des individus issus de milieux populaires, les « écoles » sont un instrument majeur de promotion d’une « élite non-ploutocratique » (Max Weber). Sans cet effort, la croissance du mouvement communiste au milieu des années 1930 n’est pas compréhensible.

Pour aller plus loin :

Danielle Tartakowsky, École et éditions communistes 1921-1933, essai sur la formation des cadres du PCF, doctorat de troisième cycle d’histoire, Université Paris 8, 1977.

Pour citer ce billet : Romain Ducoulombier, « La CGTU, cette inconnue (4) : A l’école syndicale 1932 », ANR PAPRIK@2F, 1 novembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1034]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *