L’Orient est rouge: le secrétariat oriental du Komintern

Secrétariat orientalParti de la révolution mondiale, le Komintern veut, dès sa création, s’implanter en Orient – du moins dans ce que les bolcheviks appellent l’Orient, une zone très vaste qui englobe le Proche et le Moyen-Orient ainsi que l’Asie dans son ensemble. Pour cela, une section orientale est fondée le 11 décembre 1919 mais qui fait preuve de peu d’activité. Dans le même temps, différentes structures qui travaillent en direction des pays d’Orient voient également le jour comme le Bureau sibérien à Irkoutsk ou le Bureau du Proche-Orient à Tachkent tandis que le congrès des peuples d’Orient réuni en septembre 1920 à Bakou crée un Conseil de propagande et d’action. En janvier 1921, le Komintern organise sous la direction de l’Iranien Avetis Sultan-Zade (1889-1938) une Section du Proche-Orient tandis que le secrétariat d’Extrême-Orient d’Irkoutsk et la section orientale du PC russe sont intégrés à l’Internationale. Après le IIIe congrès du Komintern en 1921, la formation d’une section orientale unique se poursuit avec la constitution d’une section du Proche et Moyen Orient dirigée par le Russe Georgi Safarov. Durant l’automne 1922, le Komintern travaille toujours sur la création d’un secteur oriental unique.

En mai 1923 Karl Radek est nommé à la tête de la section avec comme adjoint Grigori Voitinsky. La section est divisée en trois sous-sections : du Proche-Orient, du Moyen-Orient, d’Extrême-Orient, chacune ayant des commissions par pays ou par régions. La section s’appuie aussi sur des bureaux et secrétariats régionaux et des postes de liaison. Ainsi en décembre 1922, est créé à Vladivostok un bureau de la section orientale dirigée par G. Voitinsky, le Japonais Sen Katayama et le Néerlandais Henk Sneevliet.

En mars 1924 la direction du Komintern nomme Fedor Petrov à la tête de la section, secondé par G. Voitinsky. Elle établit des contacts étroits avec les autres départements du Komintern. Ainsi la section d’information lui fournit-elle des renseignements tandis que le secrétariat féminin international met une place un secteur oriental.

Après le Ve congrès (été 1924), la direction de la section est composée de F. Petrov, G. Voitinsky, S. Katayama et de l’Indien Manabendra Nath Roy. Chaque membre de cette direction est responsable du travail pour une région déterminée. La section possède alors un secrétariat qui s’occupe du travail technique et d’organisation, collecte le matériel de propagande et supervise le travail des instructeurs. Une sous-section est chargée du travail d’agitation-propagande et surveille également le travail de l’Université communiste des travailleurs d’Orient.

En mars 1926, suite à la décision de réorganiser la structure du Komintern sur la base des secrétariats de pays, la direction de l’Internationale décide de dissoudre la section orientale qui est remplacée par le secrétariat du Proche et Moyen-Orient. Ce secrétariat se scinde rapidement en deux structures : une section du Proche-Orient chargée de la Turquie, de la Palestine, de l’Iran, de l’Égypte, de la Syrie, du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie sous la direction de F. Petrov et une section d’Extrême-Orient qui s’occupe de la Chine, de la Mongolie, du Japon, de la Corée sous la direction de G. Voitinsky. A partir de septembre 1928, le secrétariat est dirigé par le finlandais Otto Kussinen et comprend également à partir de 1929 des commissions permanentes chinoise, japonaise, coréenne, indienne, proche-orientale et noire.

Les archives du secrétariat oriental sont regroupées dans l’inventaire 154 du fond 495. Elles sont composées de 801 dossiers dont certains conservent les archives de PC des pays orientaux notamment ceux du Parti communiste indonésien ou du Parti communiste indochinois.

Pour aller plus loin:

G. M. Adibekov, E. N. Šahnazarova, K. K. Širinja, Organizacionnaja struktura Kominterna, 1914-1943, Moscou, Rosspe, 1997.

Jean Vigreux, « Manabendra Nath Roy (1887-1954), « représentant des Indes britanniques » au Komintern ou la critique de l’impérialisme britannique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°111, 2010, p. 81-95

Pour citer ce billet : David François, « L’Orient est rouge: le secrétariat oriental du Komintern », ANR PAPRIK@2F, 4 novembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1005]


2 réponses

  1. brocheux pierre dit :

    Bonjour
    j’étudie les répercussions de la révolution de 1917 en Asie, je suis donc particulièrement intéressé par le fonds 495 que vous citez parce qu’il contient des archives concernant le Secrétariat oriental du Komintern, notamment les archives concernant le PCIndochinois, , le PC indonésien. Où puis je les consulter ?
    Pierre Brocheux

  2. David FRANCOIS dit :

    Bonjour,
    Le fond 495/154 qui contient les archives du Secrétariat oriental de l’IC se trouve au RGASPI à Moscou. Heureusement, il a été numérisé et mis en ligne sur le site du RGASPI. Voici l’adresse qui méne directement à ce fond: http://sovdoc.rusarchives.ru/#showunit&id=95357
    En espérant qu’il vous sera utile.
    Cordialement
    David FRANCOIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *