L’Insurrection armée: destin d’un manuel de guerre civile

L_Insurrection_Armee(1931)L’année 1931 est marquée en France par la publication de deux manuels insurrectionnels. Le premier, Technique du coup d’État est l’œuvre de l’écrivain italien Curzio Malaparte. Le second, L’Insurrection armée, est signé par un certain A. Neuberg, et publié par le Bureau d’éditions, la maison d’édition du Parti communiste français. Si le premier connait un certain retentissement, le second passe plus ou moins inaperçu. Cela s’explique par le fait que L’Insurrection armée est d’abord un ouvrage communiste destiné aux cadres et qui s’inscrit dans un contexte particulier, celui de la période « classe contre classe », formule qui résume la ligne stratégique « gauchiste » élaborée par le Komintern à partir de 1927. A ce titre, la rédaction de L’Insurrection armée apparaît comme l’aboutissement des efforts du Komintern pour se doter d’une littérature insurrectionnelle.

Le 20 juin 1931 paraît donc L’Insurrection armée, avec une préface du comité central du parti français. L’auteur, A. Neuberg, est en réalité un pseudonyme qui, selon l’historien Erich Wollenberg, dissimule un collectif d’auteurs réunissant Hans Kippenberger, Ho Chi Minh, Iosif Unschlicht, Vassili Blücher et Mikhail Toukhatchevski. L’ouvrage se veut un manuel de techniques insurrectionnelles s’appuyant sur l’étude de la révolution d’Octobre et des tentatives d’insurrection en Europe et en Chine dans les années 1920. Ces analyses débouchent sur un exposé théorique précisant les conditions techniques idéales pour réussir une insurrection tant sur le plan politique que militaire. Au final, l’ouvrage accorde peu de place aux problèmes politiques, donnant au contraire une place centrale à la tactique militaire dans l’activité militante.

Rapidement, le Komintern craint que cette publication n’accroisse les risques de dérive violente au sein du PCF. André Marty, le représentant français à Moscou écrit alors à Paris que la préface est une erreur dont le comité central doit publiquement se désolidariser. Le Komintern prend ainsi ses distances avec un ouvrage pourtant rédigé par une équipe de kominterniens mais qui symbolise un discours et des méthodes d’action dorénavant condamnés. C’est Albert Vassart, d’abord chargé de la publication, qui doit en empêcher la diffusion au prétexte que la préface fournit une base pour de possibles poursuites judiciaires contre les communistes français. Le livre est pourtant réédité en 1934 à l’initiative de Maurice Tréand qui, critiqué sur ce point, est défendu par le représentant du Komintern en France, Eugen Fried. Il est à nouveau rapidement retiré de la vente.

Le destin de L’Insurrection armée ne s’arrête pourtant pas là. Il acquiert rapidement une dimension mythique, devenant le livre de chevet de nombreux dirigeants et militants de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche jusque dans les années 1970. L’historien Frédéric Monier a ainsi montré le rôle qu’il joue dans la stratégie élaborée par la Cagoule à partir de 1937. Il est de nouveau publié dans différentes langues au tournant des années 1960-1970. L’édition française de 1970, publiée chez Maspero, est un fac-similé de l’édition de 1931, symbole de l’existence d’un courant insurrectionnel au sein de l’extrême-gauche française qui revient sur le devant de la scène à différents moments, de l’hervéisme des années 1910 aux groupes gauchistes des années 1970 et que le PCF a incarné à la fin des années 1920.

Pour aller plus loin:

David François, La violence dans le discours et les pratiques du PCF de 1920 à la Seconde guerre mondiale, thèse sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 2 vols., 2012.

Pour citer ce billet : David François, « L’Insurrection armée: destin d’un manuel de guerre civile », ANR PAPRIK@2F, 8 novembre 2013 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/1001]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *